You are here: Home » Actualités » Les malheurs d’Azali Assoumani font ricaner à Mayotte

Les malheurs d’Azali Assoumani font ricaner à Mayotte

Les malheurs d’Azali Assoumani font ricaner à Mayotte

La presse mahoraise se délecte des déboires du dictateur inculte

Par ARM

   La presse mahoraise a trouvé un nouveau sujet de plaisanteries grasses et salées: les malheurs déclenchés par les voyages interplanétaires du dictateur inculte Azali Assoumani, surtout son déplacement très controversé en France. La presse mahoraise parcourt celle des Comores et constate à quel point les voyages intergalactiques du «pouvoiriste» polygame avec sa Madame et ses maîtresses énervent les Comoriens. C’est d’une honte.

   Pour preuve, le journal France Mayotte Matin a sorti le grand jeu dans un article au vitriol:

   «Double consternation des médias aux Comores. Visite présidentielle: Rencontre Azali Hollande ou un échec perçu.

   Le président de l’Union des Comores, Azali Assoumani, était en visite mardi au Palais de l’Élysée pour une rencontre officielle, la première depuis qu’il est élu avec le président de la République François Hollande. Alors que la question de Mayotte devait être centrale pour les médias comoriens, le tête à tête s’est résumé à la mise en place de la coopération franco-comorienne et au renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine en provenance de l’archipel voisin. En clair, François Hollande n’aura pas eu à réaffirmer l’appartenance de Mayotte à la France, le sujet n’étant pas pour lui à l’ordre du jour. Tel est le premier sujet de déception pour la presse comorienne qui, en visualisant les images de la rencontre des deux chefs d’État, s’est aperçue que la délégation comorienne était particulièrement importante.

   […]. Le ton n’est pas celui des bons jours, et le retour au pays risque de faire couler de l’encre. En attendant, à Mayotte, il est permis de se réjouir de la fermeté affichée par François Hollande».

   Samuel Boscher: Double consternation des médias aux Comores. Visite présidentielle: Rencontre Azali Hollande ou un échec perçu, France Mayotte Matin n°1403, Mamoudzou, jeudi 6 octobre 2016, p. 11.

   Ce que Samuel Boscher ne dit pas dans son excellent article, c’est que le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani aurait dû avoir appris deux mots par cœur pour les balancer à la presse devant l’Élysée, avant de s’enfuir. Or, au lieu de cela, il s’est lancé dans un long discours entièrement incohérent, décousu et truffé d’inacceptables fautes de français, et il avait fallu que son chef du Protocole dise à son aide de camp qu’il fallait lui intimer l’ordre de s’arrêter pour limiter les dégâts et la honte parce que la cour de l’Élysée n’était pas une cour de récréation. Ce qui fait rire, c’est que pour gérer sa «communication», le dictateur de Moroni a choisi Msa Ali Djamal, Mohamed Abdou Mbéchezi et Saïd Ahmed Saïd Ali, qui s’avèrent chaque jour comme des arrivistes aigris et non comme des spécialistes et des experts en matière de communication. Il n’y a qu’à regarder les images de cette scène lugubre pour constater que ces individus s’ignorent et se méprisent. En plus, on s’interroge sur leur présence à Paris, dans cette délégation pléthorique. Et ce Mohamed Chatur Badaoui, le Directeur de la Société comorienne des Hydrocarbures, qu’est-il venu faire à Paris?

   En tout cas, à l’heure qu’il est, il est de plus en plus certain que certains membres de cette délégation démoniaque ne vont pas rentrer à Moroni. Le Cabinet du «pouvoiriste» polygame a abusé de la confiance des services consulaires français à Moroni, reprenant des habitudes qui sont chères à deux ministres du gouvernement illégitime de Moroni et au fugitif international Hamada Madi Boléro. Des vendeurs de visas. Justement, en parlant du fugitif international Hamada Madi Boléro, il a raconté trop mensonges à un diplomate français, et ce dernier se rend compte actuellement que le promeneur mondial de la Commission de l’océan Indien est resté un petit voyou qui dit tout ce qui lui passe par la bouche pour jouer l’intéressant.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 8 octobre 2016.

Powered by Comores infos