You are here: Home » Actualités » Les manifestations comoriennes en France compromettent-elles les intérêts du pays?

Les manifestations comoriennes en France compromettent-elles les intérêts du pays?

Les manifestations comoriennes en France compromettent-elles les intérêts du pays?
Le président Français, E. MACRON, a heurté les esprits par des propos indignes qu’il a prononcés lors de son déplacement en Bretagne la semaine dernière. «Les Kwassakwassa pêche peu, mais il ramène du Comorien », a déclaré le chef de l’Etat français. Cette erreur provoque une levée de bouclier chez certains politiques français et renverse tout le peuple comorien. Toute la société comorienne est montée au créneau et plus particulièrement la diaspora, pour dénoncer ces propos. Et parmi les moyens utilisés  pour exprimer l’indignation du peuple, il y a le communiqué du gouvernement comorien, la mobilisation des centaines des milliers de Comoriens à Paris, à Marseille, afin d’exiger des excuses publiques de la part du président français.

La question qui se pose maintenant n’est pas de foncer aveuglement sans réfléchir sur les conséquences possibles qui en découleront d’une telle rigidité : tant au niveau de l’immigration, diplomatique et économique. N’oublions pas qu’en début juillet 2009, le peuple comorien qui a été frappé par la disparation de 152 passagers dans le crash du yemenia, a versé tant des larmes et organisé des manifestations ici et là, pour dénoncer la compagnie yemenia et pourtant nos conditions de voyage ne se sont pas améliorées. Au contraire des petits malins ont monnayé le deuil de tout un peuple pour leurs petits intérêts. Et pour cause, nous sommes un peuple indiscipliné qui a du mal à désigné un représentant afin d’optimiser les chances d’etre entendu sur nos revendications.

Désolé, mais nous nous retrouvons dans la même configuration aujourd’hui avec l’affaire-MACRON. De Marseille à Paris, les clans se déchirent comme des enfants dans une cour de récréation. A Marseille, Farid et Saïd AHAMADA , tous deux chacun à son propre peuple qu’il incarne et d’ailleurs, il semblerait que le groupe de SAID Ahamada veut se rendre à l’Elysée pour rencontrer le président. Puis, à Paris il y a le groupe des anciens dirigé Moustoifa ABDOURAOUF et celui des jeunes coiffé par un certain Ali MSA, président d’une association estudiantine. Mais alors qui parle au nom du peuple comorien ou du moins au nom de la diaspora ?

De l’autre coté, il y a le président MACRON qui a décroché son téléphone pour appeler son homologue, le président AZALI , afin de temporisé sur ce propos malheureux.
Mais alors, en quoi la multiplication des manifestations contre MACRON va servir le peuple comorien du moment où ce dernier a fait son mea-culpa auprès de la 1ère autorité comorienne ?

Alors, s’il y a des pressions à exercer, c’est auprès du chef de l’Etat comorien.
En effet, il est de notre devoir de se questionner sur la manière par laquelle il a géré cette crise. Notre chef d’Etat a fait preuve d’amateurisme sur cette affaire, et cela par une déclaration non officielle et humiliante envers le président MACRON.

S’il y a quelque chose à faire, il faudrait que le chef de l’état décrète une journée de deuil pour la mémoire de nos 15000 comoriens disparus dans le bras de mer qui sépare Anjouan et Mayotte. Enfin, il est aussi de notre devoir d’exiger auprès du gouverneur Salami d’Anjouan la construction d’un mémorial, afin de ne jamais oublier ces morts du visa Balladur.
Mbadakome

Powered by Comores infos