You are here: Home » Actualités » «Les Mohéliens sont culottés. Leur petit règne est fini»

«Les Mohéliens sont culottés. Leur petit règne est fini»

«Les Mohéliens sont culottés. Leur petit règne est fini»

Ikililou Dhoinine mentait pour son «ami» Azali Assoumani

Par ARM

     Aujourd’hui, tout le monde se rend compte qu’Ikililou Dhoinine a créé les pires ennuis à ses proches, qui tombent comme des mouches. Un à un. Les uns après les autres. Malheureusement, en misant sur le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, à un moment où il croyait pouvoir rouler le monde dans la farine, il a plongé les Comores en général et Mohéli en particulier dans le magma d’un volcan de l’enfer. Aujourd’hui, lui et son petit cercle de marrants sont tellement désemparés qu’ils ne savent même pas à quelle sauce ils vont être mangés. Pourtant… Pourtant, il fut un temps, les personnalités grandes-comoriennes avec qui il est en relation des années avant son ascension politique avaient senti qu’il s’apprêtait à déconner. Ces personnalités ont allées le voir pour le mettre en garde contre le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani, à un moment où elles avaient senti qu’il allait trahir ignominieusement le Vice-président Mohamed Ali Soilihi. Alors, il se passa une chose inouïe: Ikililou Dhoinine fournit à ses Mohéliens de Beït-Salam une liste noire sur laquelle étaient inscrits les noms de tous ses amis et de toutes ses amies de Grande-Comore qui lui disaient qu’en favorisant anticonstitutionnellement la candidature du putschiste Azali Assoumani, il se créait lui-même des problèmes mortels et qu’il mettait les Comores en danger. Il donna alors l’ordre à sa bande de chats sauvages de ne plus permettre l’accès à Beït-Salam de ces Grands-Comoriens qui le mettaient en garde contre sa propre haine. C’est ainsi que, du jour au lendemain, ces gens furent interdits de Beït-Salam.

     Cette mise en quarantaine est le fruit d’un drame qui a eu lieu à Beït-Salam. Commençons par le commencement. Une personnalité grande-comorienne est allée le voir et lui a dit, les yeux dans les yeux: «Tu as pactisé avec Azali Assoumani, et tu prends des risques énormes. Tu fais courir des risques à tout un pays. Fais attention, mon frère. Fais vraiment attention. Tu ne sais pas dans quoi tu mets tes pieds». C’est alors que, pour toute réaction, Ikililou Dhoinine se mit à jurer comme un charretier, prétendant mensongèrement qu’il n’avait aucun contact avec le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani: «Je jure par Dieu que je n’ai aucun contact avec lui. Je ne l’appelle jamais. Il ne m’appelle jamais. Je ne le vois jamais. Je ne l’aide pas à retourner à Beït-Salam». La personne partait quand elle nota la présence d’une voiture dans le parking. Elle connaissait cette voiture. Elle s’approcha d’un militaire et lui demanda à qui appartenait la fameuse voiture. Il lui dit: «C’est la voiture d’Azali Assoumani. Ça fait trois heures qu’il est ici. D’habitude, il en passe quatre». La personne provoqua alors un immense scandale à Beït-Salam, criant le nom de la Première Dame pour se faire recevoir d’elle, donnant des coups à la voiture du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani pour expliquer qu’elle n’est pas dupe. Elle fut évacuée de Beït-Salam manu militari, et dès ce jour, tous les Grands-Comoriens qui mettaient en garde Ikililou Dhoinine contre le putschiste Azali Assoumani furent interdits de Beït-Salam.

     Pourtant, quand d’autres personnes demandaient à Ikililou Dhoinine de faire attention, leur nom arrivait immédiatement aux oreilles d’Azali Assoumani, d’Ahmed Sambi et de leur supplétif. Les principales victimes de la trahison d’Ikililou Dhoinine se comptent actuellement parmi les siens, dont certains sont en prison, et d’autres renvoyés de leur travail. Il avait cru faire du mal aux autres, et sa propre merde se retourne contre lui. À Mohéli, très peu de gens vont pleurer pour ses malheurs et pour les malheurs qu’il a causés aux siens propres. On dit qu’il est plongé dans un océan de regrets, mais cela ne regarde que lui. Les Comoriens s’en moquent. Toute sa vie, il devra vivre avec, dans la conscience, le désastre qu’il a causé aux siens et aux Comores, et qui, un jour va le prendre en tenailles, quand on lui demandera des comptes. Ça va venir. Oui, ça va venir. Il doit se préparer au pire parce que le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani se moque ouvertement de lui devant ses roquets, en disant: «Les Mohéliens sont culottés. Leur petit règne est fini. Quand c’était leur tour, ils ont régné. Et ils croient qu’ils vont régner encore sous notre règne? Ah non! Ah non! C’est notre tour. Qu’ils aillent se faire foutre!».

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 27 septembre 2016.

Powered by Comores infos