You are here: Home » Actualité » Les Nouveaux Démocrates: la démocratie et la liberté

Les Nouveaux Démocrates: la démocratie et la liberté

Les Nouveaux Démocrates: la démocratie et la liberté

Un mouvement pour faire sortir les Comores de l’impasse

Par ARM

       Drôle de pays, tout de même. Ayant constaté la sclérose ayant tué la politique aux Comores, Mme Nadia Tourqui, absolument de bonne foi, voulait en finir et créer un dialogue politique par la Troisième Voie. Elle n’avait pas fini de s’expliquer sur le sujet que l’ignoble, méprisable et méprisé, haïssable et haï Msa Ali Djamal jeta des injures sur elle sur les réseaux asociaux. Quelques minutes plus tard, la dictature de Mitsoudjé l’accusa des desseins les plus noirs, les plus abracadabrantesques et les plus saugrenus, dont celui de provoquer une guerre entre l’Armée française et l’inexistante Armée comorienne, dirigée par un Youssoufa Idjihadi dit «Youssoufa Mfamanga», «Youssoufa Poisson Séché», en souvenir de son passé de vendeur de poisson séché au marché. Quelques secondes plus tard, Mme Nadia Tourqui, à qui il ne manquait que le bracelet électronique, fut placée sous un contrôle judiciaire qui dure encore.

Elle voulait juste qu’aux Comores, le pouvoir en place et l’opposition dialoguent.

Yhoulam Athoumani: Président

La sacralisation du fanatisme, la béatification de l’intolérance et la sanctification de l’intransigeance auraient dû décourager tout Comorien désireux de créer le dialogue dans son pays. Eh bien, non. Justement, non. Des Comoriens et Comoriennes, refusant la haine et la détestation ont créé le Mouvement des Nouveaux Démocrates, qui n’est pas sans rappeler aux initiés la Démocratie Nouvelle du Front démocratique (FD) dans les années 1980.

Abdouchacour Issiaka: Conseiller stratégique

Yhoulam Athoumani, juriste et Président du Mouvement, s’explique: «Notre Mouvement souhaite faire renaître le dialogue. Depuis quelques années, aucun dialogue n’est possible dans notre pays. Les Comoriens ne se parlent plus, s’ignorent, s’isolent et s’enferment dans des certitudes fanatiques et meurtrières. Cela a tué la démocratie. C’est un frein à tout: un frein aux débats de société, à l’État de Droit, à la démocratie, à la bonne gouvernance, à la communauté de destin et donc au développement. À qui la faute? Le gouvernement et l’opposition sont dans une situation de blocage. C’est la première fois que dans l’Histoire de notre pays, il y a une absence totale de dialogue. Or, parmi nos institutions que les étrangers admirent le plus, il y a le fameux “Chouaraˮ, “La Solutionˮ, le Dialogue. De là, est née l’idée de créer ce Mouvement en vue de proposer une autre manière de faire de la politique.

       Pour cela, nous avons fait de la liberté, du respect et de l’innovation notre devise, notre priorité. Le respect parce que le pays n’avancera qu’avec l’acceptation des divergences d’idées, de l’autre tel qu’il est, tel qu’il pense, pour peu que les idéaux, normes et exigences de la vie sociale soient respectés. La liberté parce que sans elle, on n’est plus dans l’État et dans la société démocratique. La liberté permet de créer, d’entreprendre, d’oser, de prendre le risque. L’innovation parce qu’il faut inciter le Comorien à plus de volontarisme, à plus d’inventivité, à proposer la nouveauté, à investir et avoir l’esprit créatif. Grâce à l’innovation, le pays avancera dans la bonne voie, vers la bonne direction. Il en a besoin.

       Pour l’instant, nous ne sommes pas nombreux. Nous comptons une vingtaine d’adhérents vivant ou étudiant au Sénégal, en France et aux Comores. J’en suis le Président. J’ai pour mission de faire connaître son utilité, malgré le coronavirus. Rahmata Youssouf, étudiante en première année d’Administration économique et sociale (AÉS), en fait de même à l’Université des Comores (UDC). Les étudiants d’aujourd’hui sont les dirigeants de demain. Nous avons créé une page Facebook, portant le nom Les Nouveaux Démocrates.

       Le Bureau central composé de: Yhoulam Athoumani, juriste et président du mouvement; Rahmata Youssouf, étudiante en AÉS et représentante du Mouvement au Pôle Université; Abdouchacour Issihaka, chef d’entreprise et Conseiller stratégique du Mouvement; Benjoma Kacem, employé commercial, et Conseiller politique du Mouvement».

Le Mouvement des Nouveaux Démocrates est une initiative citoyenne méritant d’être soutenue car il faut un dialogue pour éviter un bain de sang et un clash mortel aux Comores.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 20 février 2021.

Powered by WPeMatico