You are here: Home » Non classé » Les opposants savent maintenant que le président Azali peut aller où il veut et quand il veut !

Les opposants savent maintenant que le président Azali peut aller où il veut et quand il veut !

Il l’a promis, il l’a fait. Le président Azali Assoumani s’est bien rendu à Mbeni et a dirigé la prière mortuaire de son ancien ministre (sous Azali 1), Mohamed Nassur, décédé en France il y a quelques jours. Depuis quelques temps, certains juraient, la main sur le Coran, que le président n’oserait pas mettre ses pieds dans cette ville où des agitateurs règnent en maitres. Ils avaient tort et sont restés bouche bée.

Ceux qui veulent faire de Mbeni un lieu de non-droit sont aujourd’hui restés sans voix. Cette ville où a vu naitre feu Mohamed Taki Abdoulkarim ne doit pas être transformée en camp retranché pour des agitateurs sans foi ni loi. De nombreux habitants ont honte de cette mauvaise image collée à leur ville.
Des voix commencent d’ailleurs à s’opposer à la ligne imposée par des jeunes corrompus et manipulés par le parti Juwa, soutenus par quelques notables et qui continuent à donner une mauvaise image à la ville. Tout le monde connait les spécificités de Mbeni avec sa richesse intellectuelle et culturelle.

Mbeni a toujours gardé le statut d’un havre de paix où le respect a toujours été une valeur partagée par tous ses enfants. L’histoire a montré que Mbeni restait bien accueillante. Pouvoir et opposition se relaient et bénéficiaient de l’accueil légendaire qui a toujours caractérisé la ville depuis bien des lustres. Aujourd’hui, cette image tend à disparaitre, ce que ne veulent pas de nombreux hauts cadres et chefs religieux de la ville qui promettent d’agir en urgence pour restaurer cette belle image d’une ville ouverte au débat d’idées dans le respect mutuel.

Le déplacement du président dans la ville devrait sonner la fin des querelles inutiles. Les agitateurs de la ville doivent comprendre que peu importe ce qu’ils peuvent dire maintenant, le président a bien foulé le sol de la ville et qu’il se rendra aussi longtemps que cela sera nécessaire. Rien ne peut lui empêcher d’y mettre ses pieds.

Et surtout aux opposants qui avaient promis la deuxième guerre mondiale à Mbeni le jour où le président s’y rendra. Qu’ils comprennent que le président Azali ira où il voudra et à tout moment qu’il voudra sur l’ensemble du territoire national. Rien ne peut l’empêcher dans une ville ou village. C’était un défi et le président l’a relevé. Il s’est rendu et y a dirigé la prière. Les agitateurs peuvent s’agiter jusqu’en 2040. Mais le président Azali reviendra à Mbeni quand il voudra comme il l’a fait lundi en dirigeant la prière de l’un des dignes fils de la ville.

Powered by WPeMatico