You are here: Home » Actualités » Lettre ouverte à Monsieur Agostinho Marcelino Zakarias

Lettre ouverte à Monsieur Agostinho Marcelino Zakarias

Lettre ouverte à Monsieur Agostinho Marcelino ZakariasLettre ouverte à Monsieur Agostinho Marcelino Zakarias
Coordinateur du Système des Nations Unies et
Représentant résident du PNUD aux Comores

Monsieur le Coordinateur,

Les Comoriens lamda, comme moi, ont suivi avec attention votre intervention à RFI (Radio France International) par laquelle vous avez exprimé votre appréciation sur la situation politique qui prévaut en Union des Comores, notamment concernant le processus électoral en cours.

Au cours de votre prestation, vous avez, contre les règles, les us et coutumes diplomatiques pris partie dans le débat politique intérieur, en vous posant comme le défenseur du candidat Sambazali, jetant ainsi le discrédit sur votre statut de diplomate onusien.

Cette appréciation intervient après que vous ayez saisi la Cour Constitutionnelle pour demander à obtenir des explications sur les règles du jeu pour la reprise des “élections du président de l’Union et du gouverneur dans certaines localités de l’ile autonome de Ndzuwani, ce qui n’est d’ailleurs pas de votre ressort.

Par courtoisie, la Cour constitutionnelle, selon nos informations vous a de long en large fourni toutes les explications demandées, explications, qui, au regard de vos sorties intempestives et mal placées, tant au niveau de la presse tant qu’au niveau des médias jette le doute quant à vos intentions et vos réelles motivations, sur l’élection en cours.

Monsieur le Coordinateur,

A quel jeu vous adonnez-vous ?
Sachez qu’en matière d’élections en Union des Comores, les règles du jeu sont connues et sacralisées dans le Code électoral et les autres textes de loi y afférents.

Aussi permettez-moi de déplorer quelques errements dans les propos que vous avez tenus à travers le journal Al-Watwan dans sa livraison de ce lundi 9 mai. Comment un diplomate ose critiquer les positions d’une Cour constitutionnelle d’un pays souverain ?

Est-ce qu’il vous appartient de dire qu’il doit y avoir des résultats provisoires ou pas? Qu’il doit y avoir recours ou pas ? Là, Monsieur le Représentant, vous avez outrepassé manifestement les limites qui sont les vôtres. Heureusement que vous prêchez dans un environnement où les responsables semblent avoir perdu un peu de leur attention, sinon vous devrez vous trouver dans l’avion de retour chez vous. Il m’apparait même que vous avez oublié vos origines mozambicaines en matière d’élection.

Vous devez convenir avec moi que si ‘il est vrai que la paix civile des Comoriens vous tienne à cœur, vous vous êtes trompé d’approches. Ce n’est pas de cette façon qu’on prodigue des conseils à un pays ami. Ce n’est pas à travers les ondes des radios internationales, comme RFI, ou à travers les médias que cela se fait. Ce serait en tête à tête avec les autorités concernées que cela se discute, se concerte et s’échange.
Votre démarche correspond exactement à celle d’un pompier pyromane qui s’affaire à éteindre le feu qu’il a volontairement allumé. Prenez garde que le feu que vous voulez allumer ne vous brûle pas.

F.S.M
Paris

Powered by Comores infos