You are here: Home » Actualités » Lettre ouverte au vice-président Dr Fouad Mohadji

Lettre ouverte au vice-président Dr Fouad Mohadji

Lettre ouverte au vice-président Dr Fouad Mohadji

Monsieur le vice-président ,

Ces derniers jours, vous avez préféré vous retirer de la scène publique pour mesurer les conséquences du rejet de la candidature de Sambi, et surtout vous préparer pour affronter le peuple mohélien qui vous attend à la fin de votre mandat accompagné de votre cadet, Dr Ikililou Dhoinine. Oui, nous le savons tous que vous allez tous les deux retourner à Mohéli pour expliquer aux mohéliens ce que vous avez fait de leur tournante, un exercice difficile mais qui s’impose car nous ne pensons pas que cette chance de diriger le pays une deuxième fois, frappera à nos portes.

Monsieur le vice-président ,

Nous saluons d’abord la fidélité que vous avez affichée aux côtés de l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi, qui vous a choisi comme vice-président de votre cadet, Dr Ikililou Dhoinine, tout en pensant, que votre sens de l’Etat et votre intelligence vous auraient conduit à le trahir une fois, qu’il vous aurait désigné comme candidat titulaire à la place d’Ikililou dans la tournante mohélienne. Avec tout le respect qu’on vous doit avec Sambi, mais laissez-nous vous dire ici, que Sambi est frappé par cette maladie qui le ronge, en croyant que les faibles obéissent toujours au maître. En choisissant Bourhane Hamidou comme président de l’Assemblée nationale à la place de Mamadou (Doumama), Sambi s’était toujours dit dans sa tête que ce caporal lui obéirait toujours. Et le voilà, lui défier en refusant de devenir le vice-président de l’avocat Fahami Said Ibrahim, aujourd’hui, qui constitue le plan B de Sambi, alors qu’il criait à qui veut l’entendre que Sambi sera candidat et qu’aucun plan B n’est en cours.

Monsieur le vice-président ,

Face à cette cacophonie, malgré les humiliations que vous avez essuyées ces cinq dernières années tout au long de notre tournante, vous devez rester humble, et écouter les leçons de l’histoire, car tôt ou tard elle rendra son verdict, et croyez-nous, vous sortirez grandi. Nous vous invitons tout en respectant votre intelligence à vous mettre en retrait tout au long de ces échéances électorales, car vous avez fait ce que vous avez pu, et surtout vous avez eu le courage de vous faire fusiller par Ikililou et ses deux autres vice-présidents, en voulant faire profiter Mohéli de sa tournante, mais on vous a pas écouté, et celui dont on donnait raison à l’époque, en l’occurrence, le gouverneur Mohamed Ali Said, le voici aujourd’hui, déshabillé publiquement et rattrapé par ses magouilles qui ont dépouillé tout Mohéli de ses maigres ressources. Comme vous, on a pensé que, par la tournante ou l’arrivée d’un enfant mohelien à la Magistrature suprême, la pauvre Ile allait se voir doter d’un port, d’un aéroport et d’un dépôt d’hydrocarbures mais hélas!

Nous ne pouvons pas vous cacher ici notre grande surprise face au soutien de votre cadet Ikililou à Mamadou qui, à votre insu et à l’insu du chef de l’Etat, a signé le contrat le plus scandaleux avec Boule Mining et demain???

Monsieur le vice-président ,

Nous voulons à travers cette lettre ouverte, vous remercier d’avoir décliné l’offre du candidat, caporal Bourhane Hamidou, car cela aurait être une insulte à votre intelligence, même si nous regrettons les manipulations orchestrées par ceux qui, aujourd’hui, jubilent à travers le rejet de la candidature de Sambi, et se mettent au devant pour lui remplacer. Pour nous, c’est une démarche honteuse mais qui nous porte peu, car, entant que mohéliens, ce qui nous préoccupe maintenant c’est l’avenir de notre Île, qui a raté son décollage après avoir bénéficié les dividendes de la présidence tournante. Oui, vous avez crié haut et fort que Mohéli à travers vous, Mr le vice-président est perdante, mais notre naïveté nous a gagnée tous en croyant que c’est Fouad le grand perdant. Nous profitons également sans vous froisser, de vous rappeler que votre ami Sambi n’a jamais été clair dans ses idées, et a toujours cherché à avoir toujours raison dans ses dérapages. Comment lui, qui disait toujours trahi par un Djoiezien en la personne d’Ikililou, et qui se comporte comme le champion de lutte contre le séparatisme, a encore choisi un Djoiezien séparatiste pour le soutenir ? N’a-t-il pas dit lui-même que  » qui a bu boira » ?

Monsieur le vice-président ,

S’il vous reste un peu d’énergie, nous vous serions reconnaissants de vous rendre à Mohéli pour mettre de l’ordre dans ces multiples de candidatures qui exposent notre Île au ridicule. Pensez à nous, mohéliens car l’heure est grave et notre unité est la seule alternative qui nous reste. Nous sommes convaincus que seule la tournante pourrait nous offrir l’occasion de briguer encore la magistrature suprême, or, on lit ici et là les déclarations des supporteurs de Fahami, qui lui conseillent de battre campagne pour la suppression de la tournante. Nous vous disons que c’est un danger pour nous, et pensez aux nouvelles générations.

Monsieur le vice-président ,

Nous vous remercions de votre aimable compréhension et vous souhaitons bonne chance dans votre rôle de médiateur pour la construction et le développement de Mohéli.

Jeunes patriotes mohéliens, soucieux du développement de Mohéli

Powered by Comores infos