You are here: Home » Uncategorized » Lettres aux Comoriens de Ngazidja

Lettres aux Comoriens de Ngazidja

L’insularité ? – Oh quels horribles morphèmes, diront certains. – Oui, ceux qui n’en voient que le négatif lorsqu’on en fait un sujet, puis un débat, diront « mais n’est-ce pas ça le séparatisme ? ». Eh oh ! Eh oh ! Obtempérez ! Notre insularité, nous devons l’assumer haut et fort. Les eaux douces, l’écume qu’elles produisent sans modération et qui, toutes bercent et caressent les pieds des falaises à leur contacts permanents, eh bien ces eaux et cette mousse-là relèvent de la nature et jamais de la culture. On peut se demander « mais que peut-on faire face à la nature ? » On peut y répondre banalement, eh bien, on n’y peut rien car la nature restera toujours plus forte que l’apport humain. Mais dès lors que cet apport humain fait objet d’une profonde réflexion, d’une analyse approfondie, d’une maîtrise irrévocable par l’homme, il se mesure à la force sauvage pour y faire face. C’est cet apport relevant de l’acquis que l’homme célébrera une fois justifiée par des succès et qui par la suite défiera sans peur rochers et falaises, vagues et eaux profondes, tempêtes et pluies déchaînées, vents et éclairs, soif et famine. Oui, c’est grâce à la culture humaine que l’homme met en défis les journées sombrées et ombragées comme les nuits englouties et perdues dans le noir profond.

Cher compatriotes Comoriens de l’île de Ngazidja,

Je vous appelle à parcourir les pages récentes de l’Histoire de l’Union des Comores, vous verrez bien que lors des élections présidentielles de 2006, alors que Azali Assoumani venait de faire ses adieux à Beiti-Salam en cédant la place à son homologue anjouanais, Ahmed Abdallah Sambi, vous verrez bien que la liste des candidats affichait 13 candidats dont suivent les noms :

  1. Caabi M. El-Yachouroutu
  2. Ahmed Abdallah Mohamed Sambi
  3. Abdérémane Ibrahim Halidi
  4. Nourdine Midiladji
  5. Nassuf Ahmed Abdallah
  6. Mohamed Djaanfari
  7. Halidy Charif
  8. Said Ali Youssouf
  9. Chandhouli Abdou
  10. Mohamed Ahmed-Chamanga
  11. Moussa Houmadi
  12. Loutfi Soulaimane
  13. Abdourahmane Mohamed Ben Ali

En 2010, alors que Sambi devait partir et laisser le tour au Comorien d’origine mohélienne, l’actuel président de l’Union Monsieur Ikililou Dhoinine, Mohéli a présenté sa liste de candidats suivants :

  1. Ikililou Dhoinine
  2. Mohamed Larifou Oukacha
  3. Bianrifi Tarmidhi
  4. Abdou Djabir
  5. Said Dhoifir Bounou
  6. Mohamed Sad Fazul¨
  7. Ahamada Madi Bolero
  8. Abdloulhakim Ben Saïd Allaoui
  9. Mohamed Hassanaly
  10. Zahariat Saïd Ahmed

PS : A l’inauguration de la nouvelle constitution en 2002, les élections des 17 mars et 14 avril 2002 ont été honoré en Grande-Comore par la participation d’une liste très réduite nous ayant fait honneur. Elle fut composée comme suit :

  1. Azali Assoumani
  2. Moustoifa Said Cheich
  3. Abbas Djoussouf
  4. Abdallah Halifa
  5. Said Ali Kemal
  6. Mahamoud Mradabi
  7. Mtara Maécha
  8. Ali Mdroudjaé
  9. Youssouf Said

Et aujourd’hui ? Le tour revient à l’île de Ngazidja et tout le monde se déchaine, tout le monde a voulu être candidat comme si tous les Wangazidja veulent devenir présidents de l’Union, tous. C’est quand-même ridicule constat à observer car c’est comme si toutes les communes de la Grande-Comore, chacune en a un candidat. Triste réalité !

Face à un tel constat nauséabond, face à une telle scène que nous offrent les Wangazidja, on ne peut que déplorer l’acte politique qui n’est pas observé et analysé vis avis des enjeux et des défis présents mais vus d’une si grande simplicité du « pourquoi pas moi, moi président aussi ».

Je tenais à vous dire enfin, que vous, les Wangazidja, vous n’avez pas réfléchi une seconde sur les défis à relever d’abord pour le pays, ensuite pour l’île de Ngazidja. Le sens de la tournante, elle doit renforcer la confiance entre les Comoriens, chacun dans son espace hélas caressé jours et nuits par des eaux marines qui nous empêchent les coucous physiques quotidiens. Pour l’instant, on fait avec cette constitution. C’est avec elle que les élections se sont déroulées en 2002, en 2006, en 2010 et aujourd’hui en 2016. Vous, les Wangazidja, en vous amassant ainsi à cette course, vous avez opté le mauvais choix, celui de passer à côté de l’intérêt général, à côté des intérêts que l’île devrait en avoir comme c’était le cas d’Anjouan entre 2006 et 2011, des Mohéliens entre 2011 et 2016.

Mais pourquoi vous le rappeler ainsi puisque vous, les Wangazidja, vous le savez et que (sauf si l’Histoire me tiendra rigueur), vous serez tout de même les premiers à descendre dans les rues à envahir les lieux publics, les médias pour crier « à bas le président de l’Union » puisqu’il est d’origine grand-comorienne !

Azali Assoumani, homme sobre et expérimenté, j’espère te voir très prochainement faire face à cette grogne des Wangazidja le plus souvent injustifiée pour avoir remporté ces élections et donné de l’espoir à ceux qui n’attendent que le sursaut du pays, un pays qu’on espère émergeant !

Powered by Comores infos