You are here: Home » Actualité » «Libérer» des innocents n’apaise pas mais exaspère

«Libérer» des innocents n’apaise pas mais exaspère

«Libérer» des innocents n’apaise pas mais exaspère

Bienvenue dans la prison Comores aux frères «libérés»!

Par ARM

       Ce samedi 10 août 2019, a été adoptée une mesure de «grâce» par le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Cette fausse libération concerne Saïd Ahmed Saïd Tourqui (SAST), Maître Bahassani Ahmed Saïd Hassani, Mohamed Ali Abdallah et El Had Ibrahim Halifa. Ces quatre Comoriens avaient été illégalement accusés d’avoir voulu faire un coup d’État à l’aide d’un stylo Bic à l’encre noire. Ils ont été «jugés» par une Cour de Sûreté de l’État, qui n’a aucune existence légale et dont les décisions ne sont susceptibles d’aucun recours. Imaginez un Tribunal prononçant des peines de réclusion criminelle à perpétuité et dont les décisions sont considérées comme des Annexes du Coran!

Des innocents ont donc été «libérés». C’est un non-sens. C’est un non-événement. Dans cette lugubre affaire, il est un fait qui ne trompe pas: on est passé de la réclusion criminelle à perpétuité à une peine de prison de 20 ans de décembre 2018 au 29 mai 2019, et de cette dernière date au 10 août 2019, c’est «la grâce». Mesdames, Messieurs, croyez-vous vraiment que si ces quatre innocents avaient voulu faire un coup d’État, même avec leur regard et leur sourire, les choses se seraient passées de la sorte? Naturellement, non. Des magistrats amateurs gagnés par l’incompétence criminelle et la corruption la plus indécente et la plus malsaine ont obéi aux ordres d’un dictateur fou, et par la suite, il a fallu arrêter les dégâts. C’est tout. Mais, qu’en est-il des autres prisonniers politiques? Où est Ahmed Sambi? Où est Mohamed Ali Soilihi? Où sont les autres innocents?

Et qui va ramener le Commandant Fayçal Abdou Salami de l’au-delà? Qui?

Ces quatre Comoriens innocents sont sortis de la petite prison, entre quatre murs, pour faire leur entrée dans une prison à ciel ouvert appelée Comores. La mobilisation des Comoriens est la principale arme que le peuple a entre ses mains. Les Sud-Africains avaient exactement la même arme: la mobilisation, la chanson et la danse. Pourtant, ils ont fait libérer Nelson Mandela et ses compagnons, et ont tué l’apartheid. Les grands concerts organisés un peu partout dans le monde pour demander cette libération ont été payants. Dans cette vidéo que nous vous proposons aujourd’hui, le regretté et très talentueux Hugh Masekela ne demande qu’une seule chose: «Libérez Nelson Mandela et ramenez-le à la maison à Soweto». Nelson Mandela a été libéré et a été ramené à la maison à Soweto. Le nom de Nelson Mandela couvrait celui de tous les autres militants qui avaient été jetés en prison pour avoir eu dans leur bouche et au bout de leurs doigts le mot «Égalité».

La cause de la liberté finira par triompher aux Comores, et les bourreaux d’aujourd’hui iront remplacer leurs victimes innocentes dans les cellules de la sinistre prison de Moroni.

Frères Saïd Ahmed Saïd Tourqui, Maître Bahassani Ahmed Saïd Hassani, Mohamed Ali Abdallah et El Had Ibrahim Halifa, vous êtes sortis de la petite prison pour entrer dans la grande prison Comores, mais ayez la patience d’attendre…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 12 août 2019.

Powered by Comores infos