You are here: Home » Actualité » Libérez vos Comores! Mayotte est une terre de liberté

Libérez vos Comores! Mayotte est une terre de liberté

Libérez vos Comores! Mayotte est une terre de liberté

Lassants discours démagogiques des Comores sur Mayotte

Par ARM

       Ce mardi 6 juillet 2021, les Comores ont «fêté» dans la haine et la division leur prétendue indépendance, proclamée unilatéralement, dans le désordre et l’irresponsabilité le 6 juillet 1976 par Ahmed Abdallah Abderemane, resté Français ainsi que toute sa famille. Cette immense hypocrisie entre dans celle dénoncée par le Professeur Mario Bettati: «Nous manifestions contre la guerre du Viêt-Nam ou contre d’autres conflits de décolonisation au nom du “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes”, et puis nous avons découvert qu’il s’agissait du “droit des mêmes à disposer de leurs peuples”»: L’humanitaire peut-elle être neutre? Table ronde avec Mario Bettati (professeur de droit international à l’Université Paris II), Rony Brauman (président de MSF) et Bernard Holzer (ancien secrétaire général du CCFD), animée pour Projet par Emmanuel Laurentin (France-Culture), in L’humanitaire sans frontières, Projet n°237, printemps 1994, Paris, 1994, p. 80.

Mayotte, réclamant sa départementalisation depuis 1956, n’a pas voulu d’indépendance mortelle dans des Comores vivant de mépris et de haine insulaires. Lors du référendum d’autodétermination du 22 décembre 1974, elle a choisi librement et consciemment de rester sous souveraineté française, estimant, à juste titre, que la France représente la liberté, et les Comores l’asservissement, l’oppression et l’inégalité. Qui peut leur donner tort? Les groupes de Comoriens débarquant chaque jour à Mayotte, fuyant la non-vie dans leur pays?

Ce mardi 6 juillet 2021, des Comoriens ont crié, et cela, non pas pour reconnaître que leur pays est en échec depuis le 6 juillet 1975, mais pour réclamer Mayotte, occultant le fait que cette île a choisi la liberté au sein de la France, et arguant du fait qu’elle se trouve à quelques dizaines de km des Comores. Il est donc temps d’expliquer aux «bons et vrais Comores» ceci.

1.- Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ne signifie pas indépendance, mais le libre choix reconnu à chaque peuple de choisir son destin. Mayotte a fait le choix de la France, et il est temps pour les Comores de reconnaître la légitimité de celui-ci.

2.- Pour Mayotte, la France représente la liberté, contrairement aux Comores, et donc, les mouvements qui ont conduit à la liberté sont, en Droit international public, des mouvements de libération nationale: «[…] La raison d’être des mouvements de libération est la réalisation de l’émancipation des peuples au nom desquels la lutte est menée. Le mouvement de libération reçoit ainsi une sorte de délégation à cette fin. Pour réaliser cet objectif, le mouvement va être appelé à mener une lutte multiforme, comportant une lutte aussi bien militaire que politique, diplomatique… Il aura à affronter, pour ce faire, divers obstacles et aura, au plan juridique, à triompher des institutions – et des règles juridiques qui les confortent – qui ont une propension à maintenir l’ordre établi»: Aziz Hasbi: Les mouvements de libération nationale et le Droit international, Éditions Stouky, Rabat, 1981, p. 20.

3.- Aucune règle de Droit international public n’oblige un peuple à faire partie d’un État dont il ne veut pas. De ce fait, même l’ONU et l’Union africaine n’ont le droit de forcer les Mahorais à devenir Comoriens. La proximité géographique n’est pas un argument valable pour contraindre un peuple à se placer sous la férule d’un autre. Aux Antilles, l’îlot Saint-Martin, 93 km², est rattaché à la fois à la France (partie Nord) et à la Hollande (partie Sud).

À Mayotte, partout, on tombe sur des Anjouanais, Grands-Comoriens et Mohéliens. Dans les agences de transfert d’argent, on ne voit qu’eux. Les cadres les plus présomptueux des Comores vivent à Mayotte, ont peur d’aller vivre sur leurs îles d’origine, mais prétendent, toute honte bue, que «Mayotte est comorienne et le restera à jamais». Idriss Mohamed Chanfi vient de publier un livre sur des présumés «Combats pour Mayotte comorienne». Il s’agit de quels «combats»? En quoi «Mayotte est comorienne», alors qu’elle a choisi librement, consciemment et en toute responsabilité la France? Sur la première de couverture du livre, on voit le panneau proclamant à Moroni que «Mayotte est comorienne et le restera à jamais».

Pourquoi les «bons et vrais Comoriens» ne libèrent pas les Comores, asphyxiées par des dictatures malsaines et indécentes, mais parlent de la libération de Mayotte, alors que cette île vit dans une liberté totale, sans Armée d’occupation, de répression et d’oppression? Lors des élections départementales françaises des 20 et 27 juin 2021, un ami journaliste mahorais me lança à la gare maritime de Mamoudzou, un brin provocateur et taquin: «Beau-frère, demande à Azali de permettre l’organisation aux Comores des débats libres sur les médias comme c’est le cas ici!». Cela avait provoqué en moi un génocide de rire.

Que les Comoriens s’occupent de leur pays et oublient Mayotte, où ils débarquent chaque jour par hordes! Si les «bons et vrais Comoriens» sont sincères, pourquoi se terrent-ils à Mayotte et font vivre leurs familles respectives à partir de cette île? Si Mayotte avait choisi les Comores, les prétentieux comoriens seraient-ils venus se terrer sur cette île? Pourquoi toute cette hypocrisie? Pourquoi les Comoriens (sans les Mohéliens), qui sont plus nombreux à avoir la nationalité française, veulent-ils empêcher les Mahorais d’être Français et libres?

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 8 juillet 2021.

Powered by WPeMatico