You are here: Home » CULTURE » L’indignation, un appel à la justice

L’indignation, un appel à la justice

Albert Camus disait qu’ « elle [l’indignation] s’exerce à heure et à sens fixe ». L’indignation est une protestation imminente qui ne cherche pas davantage son fond dans la raison mais qui est suicidée par le cœur blessé, bouleversé. Pour l’auteur de L’homme révolté, l’indignation est précisément ce sentiment violent, animal que provoque le spectacle d’un crime et plus généralement d’une injustice. De la même façon que Camus conçoit les choses, Georges Bernanos, dans son livre Les enfants humiliés (Gallimard, 1949) écrit que l’indignation n’est rien si elle n’est le cri spontané d’une conscience outragée par le scandale. Pour Albert Camus, l’indignation est la source inflexible de toute véritable révolte. C’est ce qui confère à l’homme sa dignité. Dans L’homme révolté (Gallimard, 1951), Camus, lui qui s’amuse avec son cogito cartésien, dira Je me révolte, donc nous sommes.

Peuple des Comores,

Bientôt, vous serez appelés à vous rendre dans les urnes le mois de février prochain afin de choisir dans un premier tour trois candidats à la course présidentielle mais aussi les gouverneurs des trois îles. C’est un acte civil important pour tout citoyen. La situation qui prévaut dans le pays s’observe d’elle-même ; plusieurs années successives sans électricité, sans eau, trop de jeunes diplômés sans avenir faute de travail et de projet professionnels, vol et violence accrus, détournements des fonds publics, une poignée de mains qui s’enrichit, précarité chez la majorité des Comoriens, citoyenneté bafouée et vendue, manque d’hôpitaux pour les soins les plus rudimentaires, vulnérabilité très aigue de la Justice nationale, fragilité sécuritaire face à la menace terroriste…La liste est longue et fait en soi l’objet d’une indignation naturelle. C’est depuis bien longtemps que vous devriez vous révolter, cela fait de longues vielles années que vous devriez vous indigner à une heure et à un sens fixe.

Le scandale est bien là avec ce triste constat. Or la révolte, l’indignation s’inspire du scandale. Parce que vous, peuple des Comores, vous vous sentiriez scandalisée, vous vous indignerez, ce qui vous élèvera en tant qu’hommes et femmes à l’universel. Ce n’est pas seulement un cri d’outrage que je lance. Mon indignation est un appel surtout orienté vers l’acte de réparation de la justice. C’est ce que Camus associe à l’idée de Némésis, déesse de la justice, de la mesure et du partage dans la tradition mythologique grecque.

Powered by Comores infos