You are here: Home » Communications numériques » L’Oeil de Nidhoir/ Comores Telecom-Telma : les frères jumeaux du numérique aux Comores

L’Oeil de Nidhoir/ Comores Telecom-Telma : les frères jumeaux du numérique aux Comores

Par Nidhoir Daoud

L’arrivée du câble Eassy allait numériquement désenclaver les Comores, fondre les prix exorbitants des communications numériques dans l’archipel. Le monopôle de Comores Telecom (CT) a exacerbé plus d’un, tant le service au sens technique, humain et commercial est à déplorer. L’arrivée du deuxième opérateur, Telco, attendu religieusement n’a presque pas rebattu les cartes. Nous assistons à une petite guéguerre des prix que le Comorien ne comprend même pas. Au lieu d’une vraie concurrence source d’innovation ou de guerre de tarifs, le client est pris au piège: à défaut d’interconnexion entre les réseaux Huri et Telco, le client est contraint d’avoir deux puces, deux répertoires. Une offre commerciale floue que seuls les communicants de ces deux opérateurs en comprennent les avantages.

Sur les réseaux sociaux, les internautes comoriens applaudissaient l’arrivée du challenger Telma avec son marketing.  J’ai alerté sur cette fausse concurrence et le danger que cela représente sur les infrastructures de télécommunication aux Comores:

  • Primo, l’approche de Telma était centrée sur l’utilisateur B to C. En gros mener une guerre frontale à l’opérateur historique CT sur l’offre aux particuliers.
  • Deuxio, la couverture du réseau Telma au lieu de proposer une complémentarité a opté pour « je te tiens tu me tiens par la barbichette ». Quid des zones blanches. Quid de la densification des zones d’activités. Quid de la connexion sur pc en dehors des devices mobiles.

CT faussement surpris par l’arrivée d’un concurrent annoncé un an à l’avance craint une privatisation chantonnée par l’Etat. Pour freiner l’ouverture du capital, CT pose deux cailloux dans les chaussures de Telma:

  • Refuser l’interconnexion: un pays 2 réseaux de télécoms ininteropérables.,. voilà la réalisation du rêve de Sambi, un pays 2 systèmes*
  • Noyer son concurrent dans les procédures administratives. Affaiblir Telma c’est affaiblir les TICS aux Comores.

Pendant ce temps du côté du régulateur des Tic’s, l’ANRTIC, c’est  silence radio! Côté usagers: Impossible d’effectuer une recherche sur Google avec Huri ou Telma, impossible d’accéder à des services en ligne, impossible de voir une numérisation privée ou publique. Le cartel à défaut de s’entendre explicitement sur les prix du VOIP favorisent l’usage de facebook, des applis de messageries instantanées (imo, whatsapp, etc.) avec une facturation de la data 5 fois plus élevée qu’en France.

CT-TELMA frères jumeaux du numérique aux Comores sont loin de représenter à eux seuls le numérique. Un an de concurrence pour rien! Les prix sont toujours exorbitants. L’indisponibilité du réseau une seconde nature. Le numérique n’a pas accéléré les échanges inter-entreprises. La fibre optique est toujours restée au large des côtes comoriennes. L’administration publique et les services aux entreprises n’ont qu’une expression en vogue: « Problème de connexion ».  Qu’on soit à Moroni, Mutsamudu ou Fomboni, même la tournante n’as pas réussi à ramener la fibre optique dans les foyers. Pour redynamiser le numérique, il est urgent que l’ensemble des entreprises et de la filière du numérique se fédèrent autour d’un groupement d’intérêts pour défendre des sujets tels que le financement, les infrastructures, le schéma directeur, les usages…etc. au delà des petites querelles entre concurrents. L’ANRTIC aura un vrai interlocuteur force de proposition pour faire avancer les sujets du numérique. Nos élus disposeront d’une vraie base de travail afin de réguler les TICS.

 

*L’ancien chef de l’Etat avait proposé la formule « Un Etat deux administrations » comme début de solution à l’épineuse question de Mayotte

Powered by Comores infos