You are here: Home » Actualités » L’ONU désavoue les mauvais perdants du premier tour

L’ONU désavoue les mauvais perdants du premier tour

L’ONU désavoue les mauvais perdants du premier tour

La lettre de Ban Ki-Moon au Président Ikililou Dhoinine

Par ARM

   On a tout entendu depuis que certains ont logiquement perdu la chance d’aller au second tour de l’élection présidentielle comorienne, qui aura lieu le dimanche 10 avril 2016. Nombre de Comoriens se demandent encore comment des candidats dont certains n’ont même pas obtenu 1.000 voix peuvent fanfaronner au point de s’autoproclamer victimes imaginaires d’une «fraude électorale» qui n’existe que dans leur tête. C’est ridicule parce que même si par générosité, on accordait 12.000 voix supplémentaires à ces gens-là, ils seraient toujours éliminés. Une fois de plus, force est de constater que ces gens-là à la vantardise facile et à la haine tenace refusent de comprendre que quand le financier escroc Robert Madoff, né en 1938, a été condamné le 29 juin 2009 à 150 ans de prison (le maximum légal), il n’a même pas jugé nécessaire de faire appel parce que même si on réduisait sa peine de 100 ans, il va toujours mourir en prison. Alors, pourquoi des gens qui ont perdu et qui n’ont aucune chance de remporter l’élection même si on leur accordait les voix des 10 candidats venant juste avant eux et des 10 autres venant juste après eux, ils n’auraient même pas 5.000 voix au total font tout ce barouf? Et puis, il faudra que le candidat d’Ahmed Sambi comprenne que les carottes sont cuites pour lui et qu’il doit attendre 2031 pour espérer fanfaronner et insulter de nouveau les gens sur les tribunes électorales.

   Les mauvais perdants ont tellement cancané que ceux qui les écoutaient à l’étranger avaient fini par croire que réellement le deuxième tour du scrutin n’allait pas se tenir. Aux Nations Unies, Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l’Organisation, avait commencé à exprimer son inquiétude. Mais, un très bon travail d’explication du contexte politique et électoral avait été fait à New York par la diplomatie comorienne en complément à la lettre que le Président Ikililou Dhoinine avait envoyée à Ban Ki-Moon le 25 février 2016 pour le rassurer sur le bon déroulement des opérations électorales aux Comores lors de l’élection primaire, le dimanche 21 février 2016. On sait que de manière perfide et antipatriotique qui leur ressemble bien, les mauvais perdants avaient commencé à parader en croyant que l’ONU se méfiait du gouvernement comorien. Eh bien, ces gens doivent cesser de rêver parce que la réponse que Ban Ki-Moon a adressée le mardi 8 mars 2016 au Président Ikililou Dhoinine enterre définitivement leurs petites salades politiciennes. Lisons certains passages de cette belle lettre: «La consolidation de la démocratie et de la paix aux Comores est une priorité pour l’Organisation des Nations Unies. Je salue vos efforts pour une transition apaisée et vous encourage à assurer un dialogue et continu entre les Comoriens en vue d’un deuxième tour transparent, crédible et pacifique. Je saisis cette opportunité pour réitérer la disponibilité de l’Organisation des Nations Unies à continuer d’accompagner les Comoriens jusqu’à la conclusion du processus électoral en cours et à appuyer les efforts de promotion de la paix et du développement socio-économique dans la période postélectorale».

   Notez le «Je salue vos efforts pour une transition apaisée» et «les efforts de promotion de la paix et du développement socio-économique dans la période postélectorale». Comme tout le monde ne connaît pas les subtilités de la diplomatie, il faudra expliquer que s’il y avait des soucis de dérapages aux Comores, Ban Ki-Moon aurait employé des termes comme «préoccupé», «préoccupation», «déplore», «attire votre attention», «étonné», «étonnement», etc. Or, l’ONU reconnaît que les Comores ont fait ce qu’il fallait faire et invite les autorités comoriennes à persévérer dans cette bonne voie. Donc, ceux qui disent des bêtises à l’étranger dans le but de faire annuler le deuxième tour de l’élection présidentielle doivent comprendre que, comme aimait le dire l’ancien Président Mathieu Kérékou du Bénin, «ce qui est dit est dit», et on ne va pas recompter les bulletins puisqu’on va retrouver le même nombre de voix. Et l’Ambassadeur Soilih Mohamed Soilih ne perd jamais son calme quand il dit: «L’une des vertus de la présidence tournante, c’est qu’elle tue bien vite les ambitions présidentielles des vantards qui, après avoir perdu une élection savent qu’ils doivent attendre pendant 15 ans sans même être sûrs de ce qui se passera après cette longue attente. Imaginons ce qui se passera quand Azali Assoumani perdra l’élection présidentielle en cours et quand Ahmed Sambi perdra celle de 2021, dont le premier tour aura lieu à Anjouan». Voilà qui est bien dit.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 13 mars 2016.

Powered by Comores infos