You are here: Home » Actualité » L’opposition comorienne a bien la foi du charbonnier

L’opposition comorienne a bien la foi du charbonnier

L’opposition comorienne a bien la foi du charbonnier

Elle se fie à une Cour suprême pourrie pour dire le Droit

Par ARM

       L’opposition comorienne a du mérite. Sa mobilisation contre la dictature de Mitsoudjé est exemplaire et digne des louanges les plus dithyrambiques, dans un concert des superlatifs les plus laudateurs. Mais, elle commet trois erreurs très graves:

1.- Elle privilégie les blablas et évite la seule voie possible: la lutte armée;

2.- Elle compte des brebis galeuses en son sein;

3.- Elle croit encore que les Comores constituent un État et non une basse-cour pourrie.

L’opposition comorienne, sur la base de ces trois fautes graves, est en train de plonger dans les entrailles de l’Empire Ottoman.

Une page d’Histoire.

Le conflit opposant l’Empire Ottoman à l’Égypte en 1832-1833 donna naissance à une alliance controversée. Le pacha Mehmet Ali d’Égypte, puissant vassal du sultan ottoman, se révolta contre son souverain, lui déclara la guerre, occupa la Syrie (partie de l’Empire Ottoman) et se dirigeait vers le cœur de l’Empire Ottoman au Nord. La victoire qu’Ibrahim, fils de Mehmet Ali, remporta à Koniéh le 21 décembre 1832 contre l’armée ottomane incita le sultan Mahmoud II à accepter «l’aide» du Tsar Nicolas de Russie pour mater la révolte de son vassal entré en rébellion. Alors, Ibrahim avait prononcé cette phrase restée célèbre: «Quand un homme qui se noie aperçoit un serpent, il s’accrochera même à lui afin de ne pas couler».

C’est ce que fait l’opposition comorienne aujourd’hui. Elle s’accroche à des serpents pour ne pas se noyer. Exagération? Que nenni! Que nenni! Elle vient de s’accrocher au plus venimeux et au plus dégueulasse des serpents à la langue fourchue: la Cour suprême pourrie, imaginée, conçue, créée et verrouillée par le mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

La Coordination de l’Opposition vient de la saisir pour demander l’annulation de la loi d’habilitation du 3 septembre 2019 pour inconstitutionnalité manifeste, notoire et flagrante. L’argumentation déployée à cet effet est entièrement fondée du point de vue du Droit. Mais, la cause est perdue d’avance parce que la Cour constitutionnelle de Papa, dégoulinant d’obséquiosité envers son créateur, ne va jamais désavouer ce dernier. Elle a été créée pour avaliser toutes les saletés du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri, et l’a déjà fait, de «la non-Constitution de la main coupée et de la mort» du lundi 30 juillet 2018 à l’élection qui n’a pas eu lieu le dimanche 24 mars 2019. Les prétendus «magistrats chevronnés» qui sont nommés à la Cour suprême sont la lie puante des magistrats aux Comores. Pauvre Idriss Abdou Moustakim! Qu’est-il allé faire aux côtés des prostitués incestueux Nidhoim Attoumane, Nourdine Abodo, Armia Ahmed Ali et son chéri Cheikh Salim? Quelle triste fin!

Dévergondée, maudite, damnée, honnie et définitivement discréditée aux yeux des Comoriens, la Cour suprême va rendre un arrêt soutenant la «constitutionnalité» de la loi d’habilitation. Elle a déjà fait pire et plus honteux que cela, et rien ne l’arrêtera dans la fange et l’opprobre. Au vu de toute cette perte de temps, il ne reste que la lutte armée. Les Comoriens ne se libéreront jamais par des mots. Il faut des armes. Le jour où les armes seront disponibles, votre serviteur ne sera pas devant un ordinateur, mais en treillis et armé jusqu’aux dents, notamment pour attraper Ambari Darouèche dite Makapihi, «La Mère qui ne prépare jamais à manger», et la livrer à une justice populaire.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 10 septembre 2019.

Powered by Comores infos