You are here: Home » Actualité » L’opposition de Grande-Comore gère «la transition»

L’opposition de Grande-Comore gère «la transition»

L’opposition de Grande-Comore gère «la transition»

Elle vit de complots, cocufie Mohéli et Anjouan, et rêve

Par ARM

       C’est honteux! Les plus lucides des Mohéliens et des Anjouanais viennent de se rendre compte d’une horreur qui les dégoûte au plus profond d’eux: à 99,99%, les opposants et les «opposants» de Grande-Comore travaillent clandestinement contre Mohéli, Anjouan et les Comores. Ils ont deux projets criminels: d’une part, faire mourir définitivement la présidence tournante pour que Bête-Salam soit leur pré carré, leur champ de manioc et leur chasse gardée, loin de ces misérables venus de Mohéli et d’Anjouan. D’autre part, ils se moquent d’Anjouan-2021 et Mohéli-2026 comme d’un porteur de sac d’hérissons sous la pluie, et disent que le dictateur Assoumani Azali Boinaheri a gâché «leur» tour de la présidence tournante, et que, quand ils arriveront à chasser ce dernier du pouvoir par le bavardage, les enfantillages et les complots des uns contre les autres et jamais contre lui, ils auront besoin d’une «transition de rattrapage de 5 ans» pour leur île.

Rien que ça!

En d’autres termes, tous les blablas actuels n’ont qu’un seul but: reprendre le pouvoir à un dictateur de la Grande-Comore pour le remettre à un autre dictateur de la Grande-Comore. Les Anjouanais et les Mohéliens pourront attendre leur tour à l’an 3998,54. C’est le plus grand exercice d’hypocrisie méprisante, de duplicité injurieuse et de double langage insultant de toute l’Histoire de l’humanité. Tout le beau discours sur «Anjouan-2021 – Mohéli-2026», c’est du gnangnan. Les Mohéliens se taisent, et font semblant de regarder ailleurs. Or, leur agenda politique est très clair: trouver les moyens de sortir des Comores, avec qui, il faudra juste avoir une relation monétaire très limitée, avant de la rompre définitivement. Cette décision a été prise au moment où des Anjouanais fourbissent leurs armes pour un nouveau séparatisme et un bain de sang contre tous les traîtres d’Anjouan qui ont spolié et humilié leur île «au profit» du tyran Assoumani Azali Boinaheri.

Le dictateur fou de Mitsoudjé sait ce qui se trame et se réjouit, souhaitant se maintenir au pouvoir sur une espèce de chose se limitant à la Grande-Comore et Mohéli comme de son putsch du 30 avril 1999 à son départ de Bête-Salam sous les injures et les malédictions le 26 mai 2006. Mais, Mohéli a la tête ailleurs, et le dictateur devra se contenter de la Grande-Comore et de l’îlot de Ndroundé, si encore le Grand Docteur Ibrahim Abdou Saïd le permet.

Pendant ce temps, les opposants de Grande-Comore sont incapables de dire comment ils comptent «gérer» leur «transition» en se chamaillant sans combattre la dictature. Le proverbe marocain nous apprend que «je n’achète pas un poisson vivant nageant dans la mer», et les opposants grands-comoriens en vendent et en achètent en quantité illimitée. Mais, où est le pouvoir qu’ils sont censés «gérer»? Vont-ils instaurer leur «transition de 5 ans» pendant que le dictateur Assoumani Azali Boinaheri est toujours à Bête-Salam? Qu’ils le disent pour que la chose soit claire dans les esprits. Ces gens-là sont des doux rêveurs…

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 21 septembre 2020.

Powered by WPeMatico