You are here: Home » Mrimdu » L'Ultime-bévue de l’ancien raïs Ahmed Sambi, à Maouèni-ya-Dimani

L'Ultime-bévue de l’ancien raïs Ahmed Sambi, à Maouèni-ya-Dimani

Il confirme à la fois une chose et son contraire. d’un côté il dit que l’élection primaire est insulaire, de l’autre, tout comorien peut être candidat à cette élection insulaire.

Un accueil chaleureux suivi d’un discours ultime-bévue de l’ancien raïs Ahmed Sambi, à Maouèni-ya-Dimani, terre ancestrale du Camarade Mrimdu, ça ne passera pas inaperçu. Puisque l’arbre noir « Mrimdu » n’est pas un arbre sans racines, il n’a pas oublié ses ancêtres et sa terre ancestrale. Je le dis aujourd’hui et certains peuvent râler pour le moment pour constater après que le Discours de l’ancien Président Ahmed Sambi à Maouèni-ya-Dimani, marque sans doute le début de la fin, sinon l’arrêt immédiat, de sa candidature imaginaire à l’élection primaire de Ngazidja. Je dis bien  » élection primaire de Ngazidja » et non l’élection présidentielle.

L’ancien président Ahmed Sambi, a eu un accueil chaleureux à Maouèni-ya-Dimani le 02 octobre 2015, même si cet accueil était dans une propriété privée. C’était son choix tout de même. Dans son discours, l’ancien raïs a confirmé une chose et son contraire en quelques secondes seulement. Aussi, on peut dire sans risque de se tromper qu’il s’en souviendra pour longtemps de son passage à Maouèni-ya-Dimani, la terre des ancêtres du Camarade Mrimdu. Il s’en souviendra pour la simple raison que c’est à Maouèni-ya-Dimani qu’il a prononcé son « Ultime-bévue » qui mettra fin son rêve de candidature à l’élection primaire de Ngazidja en 2016. En tout cas dans son discours

(Visionnez la vidéo à partir de la 4ème minute)


Vol 3) à maweni ya dimani
Posted by Narivendze Komores on vendredi 2 octobre 2015

il a mis hors-jeu ceux qui lui soutenaient. Voyons!

Dans son discours, Ahmed Sambi confirme à la fois une chose et son contraire

Dans ce discours, il a commencé par mettre hors-jeu, tous ceux qui défendaient sa candidature en récitant en permanence le fameux article 13. C’est un coup d’arrêt qui passe comme humiliation aux juristes sambistes, puisque contre toute attente, l’ancien raïs a compris avant ces juristes que l’élection primaire n’est pas un premier tour de l’élection présidentielle. Oui cela change la donne.

Aussi, dans cette vidéo, l’ancien président Ahmed Sambi adresse un message clair à ceux qui prennent l’article 13 comme l’alpha et l’Omega. Il adresse ce message aussi à ceux qui refusent la révision constitutionnelle de 2009 qui a rajouté l’unique article qui traite l’organisation de l’élection primaire (art 14). voir aussi l’interview Abdallah Agwa et Hamada Madi Boléro


L’article 14 de la constitution comorienne définie clairement l’origine insulaire du futur Président de la république. Depuis la révision constitutionnelle (la révision Sambi) le 17 mai 2009, c’est à dire que depuis que la constitution a précisé dans cet article 14 que le vice-président qui doit suppléer le président en cas d’empêchement définitif, vient de l’île à laquelle échoit la tournante; l’origine insulaire du président de la république est clairement définie dans cet article 14. c’est un gage pour ceux qui ont besoin de savoir dans quel article l’origine insulaire du président est retenue. Oui, le président doit être impérativement originaire de l’île où échoit la tournante comme le premier vice-président, tant que cet article 14 reste comme il est. Pour les religieux qui utilisent le chapelet non pour compter les prières récitées d’une manière répétitive mais pour réciter l’unique article 13, on peut leur dire tout simplement que l’île d’origine du président de la république est clairement définie dans l’article 14 de la constitution comorienne. En fin, on doit rappeler à nos amis sambistes que :1/ Ahmed Sambi comme Azali Assoumani ont été élus Présidents de l’Union des Comores parce qu’ils étaient chacun originaire d’une île, (Ngazidja pour Azali et Anjouan pour Sambi). Ils ne peuvent plus être élus sous une autre étiquette.2/ L’élection primaire ne peut pas être insulaire au suffrage universel indirect (art 14) et nationale au suffrage universel direct. Autant, Ahmed Sambi ne peut pas être éligible au suffrage universel direct à l’élection primaire de la Grande-Comore et inéligible au suffrage universel indirect de cette même élection.Autrement dit, l’ancien président Ahmed Sambi qui ne peut pas être élu par les Conseillers et les Maires de Ngazidja réunis en congrès puisqu’il n’est pas éligible à Ngazidja (primaire au suffrage indirect conformément à l’article 14), ne peut pas être éligible au suffrage universel direct par les « Wangazidja ».écoutez l’intégralité de cette interview de Hamada Madi Boléro et Abdallah Agwa sur « Baraka FM ». http://mrimdu.skyrock.com/3255814610-C-est-le-Gouvernement-d-Ahmed-Sambi-qui-a-negocie-le-depart-de-Mohamed.html Mrimdu
Posted by Hamadi Abdou on mardi 1 septembre 2015

D’une manière absolument involontaire pour ne pas dire inconsciente, il a fait remarquer dans son discours que « l’élection primaire n’est pas un premier tour de l’élection présidentielle ». Il a raison. Convenons que si l’élection primaire n’est pas un premier tour de l’élection présidentielle, cela veut dire tout simplement qu’elle n’est pas nationale, mais 100% insulaire. C’est ici que je trouve logique la position du Ministre Houmed Msaidie. Ensuite, le raïs Sambi a enchaîné en disant aussi que « l’élection présidentielle commencera après cette élection primaire qui dégagera les trois candidats à l’élection présidentielle », avec ces propos il a mis entièrement hors-jeu Fahmi Said Ibrahim et son « mémorandum ». 

À Maouèni ya Dimani, l’ancien président Sambi a enfoncé le clou quand il a dit que c’est l’élection primaire qui dégage les trois candidats à l’élection présidentielle. Il a entièrement raison, mais en disant cela pour rajouter en suite l’anaphore « Moi Sambi, je suis comorien je peux être candidat à l’élection primaire insulaire de Ngazidja… » Il confirme à la fois une chose et son contraire: D’un côté il dit que l’élection primaire est insulaire, mais de l’autre, il dit que les conditions pour être candidat à cette élection insulaire, il suffit d’être comorien, parce que les conditions seraient les mêmes que l’élection présidentielle. Pourquoi et comment donc, l’élection primaire serait insulaire ? Dans ce cas, qu’est ce qui fait cette élection une élection insulaire ?

L’élection primaire est un préalable 100 % insulaire, et cela conformément à l’article 14 de la constitution. Ça ne peut pas être autrement, sinon, pourquoi les Maires et les Conseillers de Ngazidja (si le tour échoit à Ngazidja) sont appelés en congrès pour élire les trois candidats à l’élection présidentielle ? (art 14). Alors oui, le discours de l’ancien raïs Ahmed Sambi à Maouèni-ya-Dimani le 2 octobre 2015, constitue son « Ultime-bévue » et il s’en souviendra pour longtemps.

Mrimdu

© « Copyright » – www.habarizacomores.com – Le journal de la diaspora comorienne en France et dans le monde :Information et actualité en temps réel

Powered by Comores infos