You are here: Home » Actualité » L’utopie crapuleuse du Parti Comores Alternatives

L’utopie crapuleuse du Parti Comores Alternatives

L’utopie crapuleuse du Parti Comores Alternatives

Déjà en 1962, René Dumont dénonçait ce type de rêve

Par ARM

     Dans sa lumineuse lettre d’anthologie à son ami René Dumont, Jean Malaurie a écrit notamment: «Interdit de séjour, vos livres frappés de censure: voilà votre légion d’honneur»: Jean Malaurie: Du danger des idées fausses dans les politiques de développement en Afrique Noire, in René Dumont en collaboration avec Charlotte Paquet: Pour l’Afrique j’accuse. Journal d’un agronome dans un Sahel en voie de destruction, Postface de Michel Rocard, Librairie Plon, Collection «Terre humaine», Paris, 1986, p. 401.

La principale raison du cri de haine ayant poursuivi René Dumont depuis 1962 est un livre prémonitoire, dans lequel le célèbre agronome, que respectaient profondément les Présidents Julius Nyerere de Tanzanie et Kenneth D. Kaunda de Zambie, doutait des indépendances africaines fraîchement acquises: L’Afrique Noire est mal partie, Le Seuil, Paris, 1962. L’argumentation de René Dumont est imparable: l’Afrique Noire prenait un mauvais départ, notamment parce que sa décolonisation manquait d’effectivité. Le néocolonialisme prenait la place du colonialisme. René Dumont n’a jamais été tendre envers les relations entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique. Il voulait une décolonisation totale de l’Afrique. Il aimait l’Afrique et respectait les Africains. Il dénonçait le colonialisme et le néocolonialisme.

Pourtant, dès 1962, il fait un constat qui ridiculise par anticipation toute l’utopie crapuleuse et criminelle du Parti Comores Alternatives (PCA) consistant à dire que les Comores doivent sortir de la zone franc et créer leur propre monnaie. Voici le constat de René Dumont: «Mais la Guinée de 1959 n’était pas l’Union Soviétique de 1919. Proposer une monnaie nationale dans un pays sans réserves monétaires, avec une balance des comptes et un budget largement déficitaires, était fort téméraire»: René Dumont: L’Afrique Noire est mal partie, Le Seuil, Collection «Points Politiques», 2ème édition, Paris, 1973, p. 208.

Remplaçons «téméraire» par «fou».

La monnaie guinéenne a toujours été une monnaie de singe. La Guinée, malgré son sol et son sous-sol d’une extraordinaire richesse, est l’un des pays les plus pauvres du monde. Il arrive même que dans le classement mondial des pays selon l’indice de développement humain (IDH), la Guinée soit classée à la dernière place. Les vantardises souverainistes, utopistes et maladives ainsi que la dictature sanglante d’Ahmed Sékou Touré ont détruit la Guinée. Mais, le PCA, emporté par ses utopies criminelles, n’y pense même pas. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que cette espèce de chose en est réduite à organiser un Madjliss complètement snobé par les Comoriens vivant en France, dont seulement 20 ont assisté à ce carnaval. L’hurluberlu en chef de cette mascarade n’arrive pas à faire marcher un parti politique de mendicité, et il veut entraîner les Comores dans la ruine. Heureusement, le PCA est une coquille vide, que les membres fondateurs ont fuie pour éviter la honte…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 10 janvier 2019.

Powered by Comores infos