You are here: Home » Actualité » M. Elamine Souef ment à la communauté internationale

M. Elamine Souef ment à la communauté internationale

M. Elamine Souef ment à la communauté internationale

Il se déshonore ainsi face à la communauté internationale

Par Abdourahmane Mahamoud

     Au lieu de prendre exemple sur son homologue, voire un de ses modèles, algérien, Ramtane Lamamra, le ministre comorien poursuit sa descente aux enfers. Il se fait le porte-mensonge de la maison Azali Assoumani et de son gouvernement engagé à organiser un hold-up militaro-électoral, en dehors de tout cadre légal et constitutionnel. Ils ont érigé le mensonge comme mode de gouvernance. Ils n’ont de cesse de mentir au peuple, de mentir à la communauté internationale. Mais le plus dégueulasse dans cette histoire, c’est l’attitude courtisane de Mohamed Elamine Souef. D’aucuns, même et surtout ceux qui travaillent dans la diplomatie internationale et qui l’ont connu au Soudan ou au Mali, n’en reviennent pas. Comment peut-il oser plaider pour Azali Assoumani et ses fils, en racontant des mensonges à la communauté internationale?

Comment peut-il oser dire que le processus électoral est régulier, alors que tout est fait dans la magouille, avec des institutions à la solde d’Azali Assoumani, tous corrompus, et qui s’affichent sans la moindre honte comme tels?

Comment peut-il oser dire que le scrutin est transparent, alors que tout est fait dans l’opacité? Comment il peut fermer les yeux sur les arrestations arbitraires des journalistes, des leaders politiques, des intellectuels, et les actes d’intimidation à l’endroit de l’opposition?

Comment peut-il cautionner une justice aux ordres d’Azali Assoumani, dont les magistrats rendent la justice dans des tribunaux fantômes qui n’ont aucune existence légale, en courbant l’échine devant les caprices des fils d’Azali Assoumani, des magistrats qui ne cachent pas qu’ils sont corrompus et téléguidés par Azali Assoumani et ses fils?

Au lieu de s’ériger en garant de la normalité institutionnelle, et de plaider pour la mise en place d’un gouvernement d’union nationale et de réconciliation, qu’il pourrait lui-même diriger, dans une transition démocratique en vue d’apaiser le peuple comorien, Mohamed Elamine Souef se laisse manipuler et mener comme un petit toutou, au même titre que Moustadroine Abdou, par Azali Assoumani, sa femme et ses fils. L’exemple de Ramtane Lamamra doit faire réfléchir Mohamed Elamine Souef, et l’emmener à méditer sur son prestige, son honneur et sa dignité. Azali Assoumani, lui, n’a ni dignité, ni honneur, ni nom à respecter, contrairement à Mohamed Elamine Souef, dont les noms de ses illustres ancêtres, Hadji Ali Amani, pour ne citer que celui-là, vont être ternis par son comportement professionnel.

Par Abdourahmane Mahamoud

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 14 mars 2019.

Powered by Comores infos