You are here: Home » Actualité » Mahmoud Salim Hafi, félicité pour son surnom: Vagal

Mahmoud Salim Hafi, félicité pour son surnom: Vagal

Mahmoud Salim Hafi, félicité pour son surnom: Vagal

L’ancien vendeur de beignets à Mutsamudu en fait trop!

Par ARM

       Quand on mentionne le nom de Mahmoud Salim Hafi devant Allaoui Mohamed Bachir, ancien Directeur général de la Radiotélévision d’Anjouan, ce dernier allume instinctivement et fébrilement une cigarette, se met à fumer comme si sa vie en dépend, lève les yeux vers le ciel, crache par terre, se ferme comme une huitre, et refuse tout commentaire. On l’aura compris: Allaoui Mohamed Bachir, un bon père de famille et un patriote sincère, ne veut même pas entendre ou prononcer le nom du petit arriviste et insulteur officiel de la dictature qu’est Mahmoud Salim Hafi, ancien vendeur de beignets au marché central de Mutsamudu. Pour lui, même le simple fait de le maudire ou de médire sur lui est un sacrilège car cela lui donne une importance qu’il n’aura jamais. On ne parle pas d’une personne qui n’a pas d’existence sociale. Il est qui, Mahmoud Salim Hafi? Il est qui?

Mahmoud Salim Hafi est excessif en tout et sur tout. Mahmoud Salim Hafi est toujours dans l’excès. Mahmoud Salim Hafi est excessif quand il traite les Comoriens d’origine rurale de bouseux incultes et ignorants. Mahmoud Salim Hafi est dans l’excès quand, après avoir été un séparatiste notoire pour, dit-il, défendre l’honneur et les intérêts de son île d’Anjouan, il s’associe au dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri pour détruire son honneur, ses intérêts, sa dignité et sa fierté. Mahmoud Salim Hafi est dans l’excès quand il fait de son obsession maladive pour son chéri doudou Boicho l’alpha et l’oméga de la vie sur Terre.

Le 2 décembre 2018, le dictateur fou, terroriste et maudit Assoumani Azali Boinaheri est tombé comme une masse au milieu de Comoriens médusés. Se découvrant une âme de médecin, le vendeur de beignets Mahmoud Salim Hafi déclara que son dictateur avait fait un malaise vagal. Vagal. Un glissement sémantique a conduit à malaise vaginal, puisque «vagal» est un terme peu usité aux Comores. Allons bon! Depuis le 2 décembre 2018, le bandit Mahmoud Salim Hafi est surnommé Vagal. Comme nous sommes au deuxième anniversaire de l’attribution de ce beau surnom, les Comoriens lui présentent leurs meilleures félicitations. Il a fait du chemin depuis l’époque où il vendait ses beignets au marché de Mutsamudu.

Le vendeur de beignets Mahmoud Salim Hafi est marqué au fer rouge par son absence irrémédiable de statut social. Quand il se permet d’insulter inutilement le Docteur Salami Abdou Salami, Gouverneur légitime d’Anjouan, il plonge dans son complexe social né de son absence d’existence sociale, correspondant à une malédiction dans le pays féodal que sont les Comores.

Au fait, où est son chéri Boicho? À ce qu’il paraît, Dieu fait pleuvoir sur lui les plus virulents des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Pas bon pour la santé et la vie du bien-aimé.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 5 décembre 2020.

Powered by WPeMatico