You are here: Home » Non classé » Maison d’arrêt de Moroni I Les détenus s’insurgent contre «les mauvaises conditions carcérales»

Maison d’arrêt de Moroni I Les détenus s’insurgent contre «les mauvaises conditions carcérales»

Société |  11/11/2020 –

image article une

Depuis lundi, un mouvement de contestation a été enclenché par les détenus de la Maison d’arrêt de Moroni. En cause, surpopulation carcérale, ordre d’élargissement non exécuté, fosses septiques pleines, nourriture jugée insuffisante et surtout un problème d’approvisionnement en eau. Lundi, mutins, les prisonniers s’étaient enfermés dans les dortoirs refusant de s’alimenter.

Les détenus de la prison de Moroni ont entamé une contestation depuis le 9 novembre. Pour Me Idrisse Saadi qui compte plusieurs clients, les raisons de leur colère sont nombreuses : “surpopulation carcérale, ordre d’élargissement non exécuté, fosses septique pleines, une nourriture jugée insuffisante (la ration journalière est habituellement de 500 grammes de riz et d’une aile de poulet) et surtout un problème d’approvisionnement en eau qui serait endémique”.

Pour ce connaisseur du milieu carcéral de Ngazidja, la problématique principale qui préoccupe actuellement les prisonniers demeure l’approvisionnement en eau, qui est de fait, très irrégulière, dans un contexte de chaleur grandissante. “Les tentatives d’évasion répertoriées ces derniers temps sont dues au manque récurrent d’eau, une solution pérenne doit être apportée”, devait-il déclarer. Celui-ci a ajouté qu’il y avait eu une révolte ce lundi dans la prison de la capitale. Deux camions d’eau ont joué les secours lundi au soir.

Le ministre de la Justice, Mohamed Houssein Djamalilail, joint au téléphone hier, a confirmé la crise qui sévissait à la Maison d’arrêt. “Lundi, ils ont fermé la prison, se sont enfermés dans les dortoirs, et ont refusé de s’alimenter”, devait relater celui pour qui ce mouvement de contestation “n’a rien à avoir avec les conditions carcérales”.

Des tentatives d’évasion aux revendications des prisonniers, le Garde des Sceaux n’y voit que “de la manipulation politicienne”, qui n’a rien à voir avec de l’eau. “Le volume d’eau hebdomadaire dont ont besoin les prisonniers s’évapore en une seule journée par des actes de malveillance”, a fait valoir l’ancien procureur de la République.

Celui-ci reconnait que la prison est surpeuplée. D’ailleurs, il y a deux mois jour pour jour, il avait été contacté par Al-watwan à ce sujet. A l’époque, il y avait 212 détenus à la Maison d’arrêt pour une capacité totale de 90 personnes. Le ministre de la Justice avait alors fait savoir qu’une opération consistant à la désengorger allait être enclenchée.

60 jours plus tard, il y a 240 personnes incarcérées et aucune opération de désengorgement n’a été effectuée. “Nous faisons ce qu’il faut pour diminuer la population carcérale mais la violence, notamment sexuelle et les actes de délinquance vont crescendo, les libérations provisoires ne peuvent concerner des criminels ou des délinquants sexuels”, a-t-il justifié. Il a tenu à souligner que les conditions carcérales connaissent une amélioration certaine avec “une permanence d’infirmiers et un médecin qui effectue des visites en prison”. 

Al-watwan

Powered by WPeMatico