You are here: Home » Non classé » Maisons d’arrêt I Des condamnés graciés, des travaux de réhabilitation des prisons en cours

Maisons d’arrêt I Des condamnés graciés, des travaux de réhabilitation des prisons en cours

Société |  23/03/2021 –

image article une

Au total, 39 prisonniers ont été libérés la semaine dernière dans les trois principales prisons du pays. Le gouvernement, d’après le ministre de la Justice, Mohamed Ousseine Djamalilaili, vient de démarrer un projet de réhabilitation et de mise aux normes des maisons carcérales sur l’ensemble des îles.

Le ministre de la Justice a convié la presse, jeudi dernier, pour annoncer la grâce présidentielle accordée à certains détenus en cette période de Covid-19. Il s’agit d’un ordre du chef de l’Etat qui souhaite réduire le nombre de prisonniers pour éviter tout risque de contamination dans les prisons. «39 condamnés seront libres depuis vendredi à 11 heures», a affirmé le ministre de la Justice. Les prisonniers bénéficiaires de cette grâce ont retrouvé leurs familles le lendemain vendredi 19 mars.
On notera 22 détenus de la Maison d’arrêt de Moroni, 8 de la prison de Koki à Ndzuani et 9 qui étaient détenus à la prison de Badjo à Mwali. Les criminels et les violeurs n’ont pas été concernés par cette mesure de grâce. Pour les prisonniers dont les affaires sont en instruction, «certains vont bénéficier de cette mesure de grâce dans les jours à venir», d’après Mohamed Ousseine Djamalilaili. Le ministre est revenu sur le projet de réhabilitation des prisons du pays et l’intention de «faire des prisons, des endroits qui répondront aux normes du droit international».

Une enveloppe est mise à la disposition pour la construction de la prison de Moroni. Concernant la sécurité en milieu carcéral, Mohamed Ousseine Djamalilaili a indiqué qu’après une discussion à l’amiable, le ministère de la Justice a mis fin aux prestations de Sécuricom, l’agence de sécurité qui était responsable de la sécurité de la prison de Moroni.

La sécurité en milieu carcéral

«La charge revient à une nouvelle société composée des militaires à la retraite, celle-ci prendra le flambeau et assurera la sécurité des prisons d’Etat», a annoncé le ministre qui se dit «confiant» quant aux «compétences de la nouvelle équipe en matière de sécurité».
Le ministre de la Justice nie par ailleurs l’existence d’une prison secrète, en réponse aux rumeurs sur la détention de «Bobocha» mais parle plutôt de «maison d’arrêt annexe» comme le cas de l’ex-président Ahmed Abdallah Sambi. «Bobocha est à Mde et il se porte bien et en sécurité comme peut le témoigner la Commission nationale des droits de l’Homme et des libertés, qui lui a rendu visite hier (mercredi dernier, ndlr). Le seul souci que se plaint le détenu est la solitude», a éclairé le Garde des Sceaux.

Mohamed Avouka (stagiaire)

Powered by WPeMatico