You are here: Home » Actualité » «Malaise vaginal» du proconsul Abdallah Mohamed

«Malaise vaginal» du proconsul Abdallah Mohamed

«Malaise vaginal» du proconsul Abdallah Mohamed

Ce malade de la «Ripoux-blique», hospitalisé à Moroni

Par ARM

     Le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», a créé un monstre sui generis: la «Ripoux-blique» malade dirigée par des morts-vivants. Comme le monde le sait désormais, le samedi 1er décembre 2018, le dictateur fou de Mitsoudjé a fait une chute presque mortelle devant le public. Avant de faire la chute spectaculaire en question, il traitait les Comoriens de «chiens», citant le proverbe arabe très connu: «Les chiens aboient, la caravane passe». «Les chiens». Pour lui, les Comoriens sont des «chiens».

Ce qui signifie, dans sa bouche habituée au mépris et aux injures envers les Comoriens, que les critiques et les malédictions des Comoriens à son égard ne l’empêcheront jamais de s’ériger en dictateur à mort et jusqu’à ce que mort s’ensuive, car il se prend pour Dieu. Quelques secondes après avoir traité les Comoriens de «chiens», Dieu l’a puni de la plus significative des façons, en lui prouvant qu’il n’est rien. Ses hommes de bouche et de mains parlèrent d’un «malaise vagal», devenu un «malaise vaginal», en réalité, un accident vasculaire cérébral (AVC).

Quelques heures après la chute historique du dictateur ubuesque de Mitsoudjé au cerveau ravagé par une incurable tumeur, c’est Mohamed Elamine Soeuf, son cousin et étrange et ministre des Affaires qui lui sont étrangères, qui tomba dans le coma à la suite d’un «malaise vaginal», un AVC, pour les intimes. Il agonise dans un hôpital parisien. Dieu seul sait ce qu’il va lui arriver. En tout cas, l’entourage du gros, grassouillet, dodu et adipeux Mohamed Elamine Souef font tout pour que toute information publiée sur l’agonie du mourant soit retirée des sites et blogs. Ce site refuse de céder à ce petit chantage et l’a fait comprendre à cet entourage.

Et comme un malheur arrive rarement seul, le raciste et extrémiste Abdallah Mohamed, proconsul installé de force à Anjouan en lieu et place du Gouverneur légitime de l’île, le Docteur Salami Abdou Salami, est, lui aussi, victime d’un «malaise vaginal». Il est entre la vie et la mort dans ce qui reste de l’hôpital de Moroni, détruit par le dictateur fou de Mitsoudjé. Oui, l’usurpateur qui s’est dédaigneusement et anticonstitutionnellement assis sur le choix exprimé par les Anjouanais en mai 2016 est mourant à Moroni. Son sort est entre les mains de Dieu.

Pendant ce temps, un autre Anjouanais, en la personne de l’ivrogne notoire Moustadroine Abdou Mafitsi, se ridiculise à Mitsoudjé, par son incapacité à lire un chapitre de deux pages de la biographie du Prophète Mohammed écrite par Barzandji, comme cela se fait partout aux Comores pendant le mois de Maoulid. Les Comoriens se bouchent le nez avant d’en parler.

Tout ceci nous apprend une chose: les Comores sont devenues la «Ripoux-blique» des morts-vivants au «malaise vaginal» assuré. Aujourd’hui, les Comoriens ne se demandent pas qui dans cette espèce de chose est frappé de «malaise vaginal», mais qui ne l’est pas. C’est très grave. Plus que grave, c’est gravissime…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 9 décembre 2018.

Powered by Comores infos