You are here: Home » Actualité » Maliza Y. Saïd Soilihi va prêter son serment d’avocate

Maliza Y. Saïd Soilihi va prêter son serment d’avocate

Maliza Y. Saïd Soilihi va prêter son serment d’avocate

Elle nous invite à ce grand moment pour le Droit national

Par ARM

     Mme Maliza Youssouf Saïd Soilihi va prêter serment pour devenir avocate au Barreau de Moroni. Ce grand événement du Droit comorien aura lieu au Palais de Justice de Moroni le lundi 18 mars 2019 à 9 heures. Nous y sommes conviés, et y serons nombreux.

     Cette prestation de serment est à saluer parce que Mme Maliza Youssouf Saïd Soilihi est une vraie juriste et a une véritable prédilection et une réelle passion pour le Droit. Elle aime le Droit. Elle respecte le Droit de manière sacerdotale. Le Droit est au centre de sa vie, comme on peut le constater à l’aune des longues et prestigieuses années d’études qu’elle lui a consacrées, et qu’elle lui consacre encore, alors qu’elle aurait pu se contenter de gérer une belle situation de rente administrative.

De Marseille à Aix, de Grenoble à Paris, Mme Maliza Youssouf Saïd Soilihi a fait ses brillantes études dans de prestigieuses Universités et Grandes Écoles françaises, où elle a fourbi ses armes en Droit public et privé, en Administration et en Gestion publique. Elle a la capacité d’entrer dans les entrailles d’une Constitution et d’en déceler les ressorts intimes avec une rare gourmandise intellectuelle et professionnelle, tout comme elle démonter tous les mécanismes du Code de Procédure pénale ou civile des Comores pour en faire ressortir ce qu’elle a de meilleur et d’articles à faire évoluer afin de tenir compte des réalités actuelles.

Conseillère municipale en charge de dossiers européens et internationaux à Marseille, sa ville natale, elle est très impliquée dans les activités citoyennes de cette ville, traitant les dossiers avec ferveur et professionnalisme, y mettant tout son cœur.

Bien que native de la Cité Phocéenne, elle a la langue comorienne chevillée en elle, la parle comme si elle était née à Iconi et Ntsaouéni, où elle a ses origines. Quand j’en félicite mon ami, le Grand Docteur Youssouf Saïd Soilihi, son père, en lui demandant le secret de cette belle réussite linguistique, il me dit tout simplement, et avec une fierté de bon aloi: «Elle est ma fille».

Naturellement, le respect sacerdotal qu’a Mme Maliza Youssouf Saïd Soilihi pour le Droit sera un des atouts majeurs qui vont lui permettre de participer à la promotion du Droit positif comorien et son respect, dans un pays qui en a tant besoin.

Nous souhaitons bonne chance à Mme Maliza Youssouf Saïd Soilihi, et savons à l’avance qu’elle va donner satisfaction, toujours dans le respect du Droit.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 16 mars 2019.

Powered by Comores infos