You are here: Home » Actualités » Manifeste du séparatisme ou le B A BA du séparatisme….

Manifeste du séparatisme ou le B A BA du séparatisme….

Manifeste du séparatisme ou le B A  BA du séparatisme....L’affirmation de la tournante présidentielle à travers le rejet de la candidature insensée et démagogique de Sambi, déchaîne de nouveau les foudres des Unionistes bien-pensants sur les soi-disant dérives séparatistes.

A la faveur de l’ouverture de la campagne présidentielle, il serait temps que l’on se pose les vraies questions sur le « séparatisme », afin que les citoyens honnêtes qui n’ont jamais vraiment réfléchi à cette question, puissent le faire : car à force de nier l’existence d’un problème, on ne contribue qu’à l’aggraver.

Pour cela, nous vous invitons à répondre aux assertions suivantes, en votre âme et conscience :

1- Les Comores sont un pays insulaire.
Vrai. La distance entre les îles varie de 70km (entre Mayotte et Anjouan) à plus de 200 km (entre Mayotte et la Grande-Comore)

2- + de 80% ou – de 10%. des habitants d’une île connaissent les autres îles,
Moins de 10% : la grande majorité des gens n’ont jamais quitté leur île d’origine pour des raisons financières évidentes.

3- Les îles ont connu une histoire spécifique différente avant la colonisation française.
Vrai. Chaque île a eu un développement historique spécifique, avec en particulier un sultanat indépendant, unifié, connu et prospère à Anjouan depuis le XVème siècle, et un sultanat parfois unifié à Comore aujourd’hui denue la Grande Comore.

4- Les 4 îles connaissent la même organisation sociale.
Faux. L’organisation de la société est régie de façon très particulière à Ngazidja (grande comore) avec un grand rôle dévolu au « anda », à l’organisation par classes d’âge, dans les villages, et à un rôle prépondérant du « mdjomba » dans les familles, ce qu’on ne retrouve pas dans les autres îles.

5- Les traditions culturelles sont identiques.
Faux. Chaque île a ses spécificités, comme le tari et le mchogoro, le rassia à Anjouan, le deba et le mbiwi à Mayotte, le mdiridji à Mohéli et le sambe à la Grande-Comore. Suivant l’île, certaines danses seront privilégiées contre d’autres dans une autre île.

6- Les îles Comores ont une langue commune : le shikomori.
Faux. Les Comores n’ont pas une même langue : si l’on part du principe qu’une même langue implique une compréhension immédiate entre les locuteurs, on peut dire que Mayotte et Anjouan partagent la même langue et même Mohéli, alors que le Shingazidja est diamétralement une langue différente.

En effet, entre le shindzuwani ou le shimaore et le shingazidja, la compréhension n’est pas immédiate, car deux enfants, l’un parlant shingazidja et l’autre shindzuwani par exemple ne peuvent se comprendre. Alors, Il faut imaginer l’angoisse des ressortissants des autres îles, quand on leur parle d’enseigner le shikomori à l’école. Quel Shikomori ? Alors qu’il est constitué de deux ou plusieurs langues.

7- La centralisation excessive du gouvernement et des administrations à Moroni crée un déséquilibre économique.
Vrai. La centralisation à Moroni de tous les services gouvernementaux des directions de services, des chancelleries, des sociétés nationales créent un pouvoir d’achat et un dynamisme économique propres à l’île de Ngazidja, Grande Comore; cette situation attire les investissements en tous genres et bénéficie à tous les secteurs de la société (commerce, taxis, productions diverses etc.), alors que dans les autres îles, les entreprises périclitent et meurent faute de pouvoir d’achat suffisant.

8- Les réalisations à Moroni profitent à l’ensemble du pays.
Faux. Dans un pays territorialement uni, cela est souvent le cas, si les distances ne sont pas trop importantes. Mais dans un pays insulaire, cela ne peut être le cas ; demandez à des voyageurs d’Anjouan ou de Mohéli s’ils se sentent arrivés, en débarquant à l’aéroport international de Hahaya.

9- Il existe un vrai sentiment d’injustice dans les autres îles.
Vrai. Peut-on réellement penser que les Maore, puis les Wamwali, enfin les Wandzuwani étaient fous quand ils se battaient pour plus d’égalité et de justice, au point d’être prêts à rompre avec le pouvoir central ? Allons ! Il faut admettre la réalité au lieu de se mettre des œillères. Savez-vous que la grande majorité des Wandzuani travaillent à Moroni, alors qu’aucun Mgazidja, Grand-comorien ne travaille à Anjouan. Est-ce un hasard ?

10- Les Comores ont la même religion
Vrai. L’islam pratiqué aux Comores est un islam sunnite de rite chafiite unifié par les madrasats, les confréries et des chefs religieux reconnus.

Maintenant, si vous avez plus de 6 bonnes réponses, cela veut dire que vous êtes séparatiste aussi.

C’est une boutade qui signifie que l’insularité qui a partagé les Comores a créé une réalité historique, culturelle, économique et sociale dont il faut prendre compte. En niant cette réalité, comme le font les dits Unionistes, on ne fait qu’aggraver les disparités et les ruptures au lieu de chercher les solutions pour un ensemble juste, équilibré et équitable pour tous les citoyens. Par exemple en commençant par la refondation des institutions en garantissant la souveraineté de chaque île dans le cadre d’une Union des États des Comores.

Si vous partagez ces points de vue, faites-le moi savoir, afin qu’ensemble, nous puissions peser sur les politiques pour penser et mettre en œuvre des véritables changements dans le pays.

Manifeste du séparatisme ou le B A  BA du séparatisme....Au nom des « Séparatistes Anjouanais. »
Anli Yachourtu Jaffar

Powered by Comores infos