You are here: Home » Uncategorized » Marie et Ambari: Première Guerre mondiale à Mitsoudjé

Marie et Ambari: Première Guerre mondiale à Mitsoudjé

Marie et Ambari: Première Guerre mondiale à Mitsoudjé

Fataliste, la fille de Marie Mayobe se marie contre sa volonté

Par ARM

     La photo a été prise lors de l’élection présidentielle de 2016. On y voit une Marie Mayobe dite Marie-Madeleine, la Préférée de la République, la maîtresse attitrée et la plus titrée du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», aux côtés d’Ambari Darouèche dite Ma Dalton, première «épouse légendaire et historique» du «concubinocrate». Marie-Madeleine est rayonnante derrière ses lunettes noires, pendant qu’Ambari Darouèche lui tourne ostensiblement le dos et se bouche le nez. Belle séance d’hypocrisie, de duplicité et de double langage! Fallait-il qu’Ambari Darouèche soit en public pour tenter de simuler son mépris envers Marie Mayobe dite Marie-Madeleine, la Préférée de la République, alors qu’elle sait tout sur la place qu’elle occupe dans le cœur de son chéri chaud lapin, alors qu’elle permettait tout, au nom de sa maladie?

Ma grande sœur bien-aimée Ambari Darouèche était prête à fermer les yeux sur la collection de bouteilles d’eau minérale que son mari volage montrait à Marie Mayobe, par pure humanité et charité. Dans sa grandeur d’âme, elle avait même accepté la présence de sa rivale dans la délégation comorienne partant à l’ONU en septembre 2016. Mais, Marie Madeleine est devenue trop gourmande, trop voyante, trop importante et trop envahissante, régnant sur les marchés publics, bousculant les gens d’Ambari Darouèche dite Ma Dalton. Marie Mayobe est tellement puissante qu’elle avait rédigée elle-même le décret de nomination du Directeur de la Comair Assistance, et l’a fait signer sous l’oreiller à son chéri. Ce Directeur est un employé de sa propre maison, la maison de Marie Mayobe dite Marie Madeleine.

Alors, quand le projet de mariage de la fille d’Ambari Darouèche avait commencé à brinqueballer, Marie Madeleine a été fantastique: elle a sauté sur l’occasion, dans le seul but de provoquer la Première Guerre mondiale de Mitsoudjé avec ma grande sœur bien-aimée Ambari Darouèche. La fille de Marie Mayobe, ancienne étudiante en Tunisie (et non au Maroc, comme annoncé auparavant), d’où elle n’a ramené que des courants d’air, ne voulait même pas entendre parler de ce mariage, mais se plie à la volonté de sa dictatrice de maman. Une gamine ne discute ne peut jamais discuter les ordres d’une maman qui obtient tout d’un dictateur, sauf le mariage qu’il lui promet chaque jour sous les moustiquaires.

Ce que les Comoriens ne savent pas, c’est que le dictateur de Mitsoudjé se tient informé de cette affaire en temps réel. Il aime trop la petite, qui se sent très proche de lui, et honni soit qui mal y pense. En tout état de cause, la chose la plus grave aujourd’hui réside dans le fait que la petite n’a pas aimé que sa mère, Marie-Madeleine, la Préférée de la République, lui impose un mariage sans même lui demander son avis, qui ne compte pas d’ailleurs. Naturellement, il s’agit d’une affaire d’État, qu’il va falloir surveiller comme du lait sur le feu, compte tenu de ses implications sur une «Ripoux-blique» de Mitsoudjé à bout de souffle.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 5 janvier 2018.

Powered by Comores infos