You are here: Home » Uncategorized » Marie Mayobe vole le gendre idéal d’Ambari Darouèche

Marie Mayobe vole le gendre idéal d’Ambari Darouèche

Marie Mayobe vole le gendre idéal d’Ambari Darouèche

Fuyant, Azali Assoumani s’était caché aux îlots de Nioumachioi

Par ARM

       Sa dernière escapade à Chissioi Ouénéfou, l’Îlot des Lépreux, à Mohéli, a soulevé beaucoup d’interrogations. Au cours de cette fugue, Mohéli était plongée dans ses conjectures et supputations habituelles, la Grande-Comore avait tiré ses conclusions, et Anjouan ricanait et riait sous cape. Rapidement, Mohéli déclara qu’il consultait les sorciers et marabouts de Moidjio, haut-lieu des sacrifices rituels à Nioumachioi, en compagnie de son ancien Premier ministre Bianrifi Tarmindhi, son copain en mal et en bêtises. La Grande-Comore avait déclaré qu’il était en villégiature pour oublier ses malheurs sur les assises, vomies et crachées par les Comoriens. Anjouan se contentait de subodorer une imbécilité de plus de la part de l’homme qui a juré qu’il ne ferait jamais du bien sur Terre. «Il», c’est le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger».

Ce qu’on ne sait pas en Grande-Comore, Mohéli et Anjouan, c’est que le «ventriote» Azali Assoumani Boinaheri, en plus de «se faire soigner» au lieu-dit Moidjio et demander la mort de ses ennemis, se cachait. Il avait fui de nouveau, sous la pression d’Ambari Darouèche dite Ma Dalton, sa «légendaire et historique» première épouse. Oui, oui, le «concubinocrate» Azali Assoumani Boinaheri avait de nouveau pris la fuite, mais cette fois-ci, il ne l’avait pas fait en slip comme le 28 septembre 1995 à l’Ambassade de France à Moroni. Il avait fui pour ne pas prendre position entre Ambari Darouèche et Marie Mayobe dite Marie-Madeleine, la Préférée de la République, sa maîtresse attitrée et la plus titrée. Foin de palinodies et de suspens, de quoi s’agit-il? Une affaire matrimoniale qui tourne au café de commerce et au vaudeville. D’accord, mais il s’agit de quoi au juste? Ne perdons patience, et suivons les péripéties de la chose par le commencement.

Un nouveau mariage d’État devait avoir lieu à Mitsoudjé. Le mari est un cadre recruté et nommé à un poste stratégique à Comores Télécom, entreprise que s’arrachent à coups de vols et de fausses factures Ambari Darouèche et sa dangereuse rivale, Marie Mayobe dite Marie-Madeleine (Photo), la Préférée de la République. La nomination du jeune gommeux n’est pas le fruit du hasard, mais procède d’une opération de cooptation de celui qui devait prendre pour épouse la gracieuse et délicieuse fille d’Ambari Darouèche et son mari, le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri. La belle affaire.

Tout baignait dans l’huile jusqu’au moment où, à la suite d’un conflit familial, le projet de mariage d’État a été annulé par la famille du futur époux, qui a ainsi défié la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé. C’est dans ce conteste de tiraillements familiaux à Mitsoudjé que Dame Marie Mayobe dite Marie-Madeleine, la croustillante Préférée très titrée et attitrée de la République, s’est empressée de «voler» l’ex-futur mari de la fille de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé pour l’unir, pour le mauvais et le pire, à sa fille, celle qui a été chassée de l’Université au Maroc et qui fait la pluie et le beau temps à la Société comorienne des Hydrocarbures (SCH), sous l’œil attendri de son tonton en vols d’argent public, le voleur Mohamed Chatur Al-Badaoui, l’ancien gardien de parkings à Paris.

Ambari Darouèche, déjà en guerre contre Marie Mayobe dite Marie-Madeleine, l’inégalable et inimitable Préférée de la République, vient d’ouvrir à nouveau les hostilités contre cette dernière, dans un climat de confusion totale et de haine inégalée à Mitsoudjé. Le problème, c’est que la Lolita de Marie Mayobe s’acharne à appeler papa le «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani Boinaheri, pendant que ce dernier, parlant de la fille en question, répète inlassablement le proverbe comorien selon lequel «le mari de maman est papa», comme s’il était marié à Marie Mayobe. La question que le Tout-Moroni se pose est: le «saigneur» Azali Assoumani Boinaheri, en homme devenu «papa pour être marié à maman», assistera-t-il ou non au mariage de son ex- futur gendre et nouveau gendre par Marie Mayobe, la Préférée de la République, ou il ira de nouveau sur l’Îlot des Lépreux, sur ordre d’Ambari Darouèche? Toute la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé est suspendue à cette question.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 5 janvier 2018.

Powered by Comores infos