You are here: Home » Actualités » Mayotte île bien aimée

Mayotte île bien aimée

Mayotte île bien aiméeIbrahim Madi Mdahoma

Mayotte est la terre où reposent mes parents, elle est stable, la paix y règne . C’est cette terre que mes ancêtres m’ont légué à mon tour j’ai le devoir de la transmettre telle quelle à mes enfants. Terre d’amour et de paix. À cause de cet héritage lourd je l’avoue , je dois être toujours au 1 er rang pour la défendre.

Comme tous les mahorais, depuis des décennies je vis dans l’inquiétude et l’Etat reste indifférent. Nos frères des autres îles, encore moins l’Etat comorien, n’ont jamais pleuré sur notre sort. L’incivilité , vol, agression ne leur ont pas tiré une larme, loin s’en faut. Certains de nos frères des autres îles disaient sans rire:  » c’est comme ça , c’est la France, c’est le département.. » Personne ne rappelait le droit, l’humanisme ou l’islam à nos frères qui nous dépouillaient. Personne n’évoquait la justice tout court. Le mahorais attendait en vain la réaction de l’état et fini par se confinait dans sa maison. Des maisons-prisons. Le cambriolage, le vol à l’arraché , menace, incivilité augmentent à une allure incontrôlée.

Et c’est un des sujets phares actuels à Mayotte. Je peux ajouter qu’il ne se passe un jour sans qu’un journal ne parle de délinquance à travers des exemples concrets. À travers toute l’île , on sent une inquiétude diffuse. Chacun se demande si la gendarmerie , la police ; l’Etat est encore à même de défendre et d’assurer la sécurité des habitants de notre île. Partout sur cette île la délinquance gagne du terrain, encouragée par l’arrivée d’autres clandestins elle règne en maître absolu dans un pays de droit . Au fil des jours et à la lumière des actes concrets nous sentons que la situation échappe nos institutions juridiques et le sentiment d’insécurité chez notre population augmente. Nous , nous parlons de droit et en face les auteurs des délits ne se sentent pas concernés. C’est vrai, car la réponse des pouvoirs publics est loin d’être en rapport avec les attentes du peuple. Le sentiment selon lequel on défend mieux les malfaiteurs que les victimes mahorais fait son chemin.

Ainsi les auteurs des atteintes aux biens, en l’occurrence les anjouanais, il faut le dire( vous n’avez qu’à vous rendre à Kaweni, aux marché de Mamoudzou, à Tsoundzou, à la vigie en petite terre vous vous rendrez compte de la réalité) bénéficient d’un traitement pénal qui leur donne » droit » d’exercer leur activité illicite. Les valeurs sont inversées; tout va comme si la victime( mahorais) a tort et le malfaiteur a raison. Mayotte est le seul endroit au monde où le voleur qu’on attrape réclame sans rire un gendarme. Ce système suscite un climat d’insécurité inquiétante et provoque inéluctablement une impression de laxisme de la part de l’Etat. Nos enfants, nous mêmes sommes agressés de jour. Je ne citerai pas d’exemple car les faits sont têtus . Nous ne portons plus plainte car c’est vain. Les terrains occupés par nos frères venus des autres iles ne sont pas récupérables, car la  » loi » est de leur côté. C’est dans cette atmosphère délétère que nous voulons renverser la vapeur. Et Dieu Allah est avec les justes

Je suis triste!!!

Ibrahim Madi Mdahoma

Powered by Comores infos