You are here: Home » Actualité » Même à Mitsoudjé, on commence à pressentir le pire

Même à Mitsoudjé, on commence à pressentir le pire

Même à Mitsoudjé, on commence à pressentir le pire

Partout, Assoumani Azali fait l’objet d’un rejet logique

Par ARM

       La vidéo est devenue virale. Votre site préféré a dû la recevoir plus d’une centaine de fois. Tous les Comoriens se l’arrachent et se l’envoient. Elle montre une cérémonie de mariage à Moroni au cours de laquelle Saïd Hassane Saïd Hachim, héritier de la Couronne de Foumbouni, au Sud de la Grande-Comore, ancien Gouverneur de cette île, ancien ministre, ancien Ambassadeur des Comores en France, refuse le micro au mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Le dictateur fou de Mitsoudjé voulait s’attribuer la prière de clôture de la cérémonie de Madjliss, et cela lui a été refusé. Une telle humiliation n’a jamais eu lieu à la Grande-Comore, et constitue la forme la plus violente et la plus humiliante du rejet social d’un individu sur l’île, mais aussi sur les autres îles. De toute manière, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri n’est pas qualifié pour la prière finale d’un Madjliss. En plus, on ne réclame jamais un micro, mais on attend son attribution, quand on le mérite.

Le satrape fait l’objet de rejet dans toutes les mosquées du pays. Le mardi 12 août 2019, lors de la Fête marquant la fin du pèlerinage en Arabie, il s’était invité à Djoiezi, Mohéli, où il avait prié avec des étrangers, les notables de la ville ayant prié ailleurs. Nonobstant ce rejet national, il ne veut toujours pas comprendre qu’il est détesté, haï et méprisé.

L’humiliation supplémentaire symbolisée par l’affaire du micro a plongé Mitsoudjé, le village du dictateur fou, dans une grande tristesse. Dès lors, des personnalités du village se réunirent et, après leur conclave, elles désignèrent un ancien ministre originaire du hameau pour aller parler au fou maudit de Bête-Salam pour lui passer ce message: «Il fut un temps, les Comores avaient à leur tête un Président violent appelé Ali Soilihi. Celui-ci faisait l’objet d’un rejet et d’une haine, mais surtout des anciens, qui priaient pour sa mort, pendant que certains jeunes le suivaient dans sa folle aventure. Or, aujourd’hui, Azali Assoumani est rejeté et maudit par les Comoriens de toutes les générations, et il ne s’en rend pas compte. Il a transformé les Comores en prison. Il entraîne dans la détestation, dans la haine et dans le rejet tout ce qui s’apparente à Mitsoudjé. Il est temps pour lui d’arrêter sa politique de répression et d’oppression. Il n’a pas à demander à diriger les prières dans les mosquées et dans les cérémonies. Il doit écouter la voix des autres, surtout celle des anciens comme Saïd Hassane Saïd Hachim, qui prêchent la modération».

Il va sans dire que le dictateur fou de Mitsoudjé n’est pas homme à écouter les messages de ce genre, et creuse chaque jour sa tombe de ses propres mains, aidé en cela par la bouche empoisonnée et sans frein d’Ambari Darouèche, dite Makapihi, «La Mère qui ne prépare jamais à manger», sa première épouse, qui fait penser systématiquement à l’épouse maudite du seul contemporain du Prophète Mohammed dont le nom maudit figure dans le Coran:

«Que périssent les deux mains d’Abū-Lahab, et que lui-même périsse. Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu’il a acquis. Il sera brûlé dans un Feu plein de flammes, de même sa femme, la porteuse de bois, à son cou, une corde de fibres» (CXI, Al-Massad, Les Fibres, 1-5).

       36 groupes comoriens fois 36 jurent qu’ils vont éliminer physiquement le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri et qu’ils ne rateront pas Ambari Darouèche ce jour-là.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 25 août 2019.

Powered by Comores infos