You are here: Home » Actualité » Mirghane: vengeance politique, personnelle et de travail

Mirghane: vengeance politique, personnelle et de travail

Mirghane: vengeance politique, personnelle et de travail

Toute la dictature contre lui seul, lui le fidèle d’Ahmed Sambi

Par ARM

       Les révélations se succèdent. Grâce à elles, les nuages se sont dissipés en ce qui concerne le cri de haine lancé contre Abdallah Mirghane, ancien Ambassadeur des Comores à Paris, Directeur du Cabinet puis Conseiller diplomatique du ministre des Affaires étrangères, en poste depuis juin 2016. La jeune stagiaire qui l’accuse d’attouchement sexuel est la nièce de Mme Shéhérazade Abdallah Ben Ali, épouse Attoumani Abdou, fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères. Comme hasard, Mme Shéhérazade Abdallah Ben Ali, Madame la tante, est remplacée à son poste récemment par Abdallah Mirghane. Oui, oui.

Et, c’est loin d’être fini. En effet, le secrétaire général du ministère exploite l’accusation fallacieuse pour broyer la vie, la personne et l’honneur d’Abdallah Mirghane parce que ce dernier, quand il était Directeur du Cabinet du ministre Mohamed Elamine Souef, avait été l’auteur de la plainte contre lui au sujet de l’arnaque subie par des étudiants comoriens qui souhaitaient se rendre au Maroc.

Pis, le ministre Dhoulkamal est l’auteur du fameux Rapport totalement dicté, fallacieux et rédigé avec l’encre de la haine politicienne, de la diffamation agressive et du mensonge malveillant sur «la citoyenneté économique» contre l’ancien Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et d’autres dirigeants comoriens. Il ne voyait pas d’un bon œil la présence d’Abdallah Mirghane dans «son» ministère. Pour lui, Abdallah Mirghane a commis deux graves crimes contre l’humanité: d’une part, il est membre d’une famille prestigieuse de Mutsamudu (l’éternel guerre entre citadins et campagnards mâtinée de délit de patronyme) et, d’autre part, est un proche d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, également de Mutsamudu, Anjouan. L’horreur absolue.

Sans la moindre enquête administrative interne, en attendant les résultats de l’enquête judiciaire, avec le soutien total, maladroit et criminel du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali, petit-fils de Boinaheri, le ministre Dhoulkamal s’empressa de détruire Abdallah Mirghane, son honneur, sa dignité, sa réputation et sa famille. Tous les ingrédients ont été réunis pour accélérer le faux complot d’attouchement sexuel.

Il reste à rappeler qu’Athoumane Baumeur, le père de la «victime» est un ami très proche du dictateur fou et terroriste Assoumani Azali, petit-fils de Boinaheri.

Cherchez l’erreur.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 30 mars 2021.

Powered by WPeMatico