You are here: Home » Actualités » Mme Nouria Aboubacar entre en campagne électorale

Mme Nouria Aboubacar entre en campagne électorale

Mme Nouria Aboubacar entre en campagne électorale

Entrée en campagne de l’épouse de Mohamed Ali Soilihi

Par ARM

   Le temps de l’inertie et des atermoiements est bel et bien terminé. Et s’il en fallait une preuve supplémentaire, il faudra la rechercher du côté de l’engagement des femmes dans la campagne électorale actuelle. Chacune de ces femmes s’investit dans le camp politique qui est le sien, selon ses convictions personnelles. À Mohéli, les femmes sont plus présentes sur le terrain politique que les hommes, et une fois de plus, l’Île de la Reine Djoumbé Fatima se distingue pour être la seule à aligner une femme à une élection gubernatoriale en 2016, après avoir été la première à présenter une femme à une élection de chef d’État, et c’était en 2010. On aimerait tant que cette évolution du statut sociopolitique de la femme comorienne soit partout pareille sur les autres îles. Mais, il y a plusieurs manières de s’investir en politique. Et, Mme Nouria Aboubacar, épouse Mohamed Ali Soilihi, ne peut pas être candidate à la même élection que son mari, elle qui ne fait même pas de politique, et a décidé de s’investir dans la campagne électorale actuelle, qui a pris son envol et a déjà atteint sa vitesse de croisière. Elle ne s’y investit que pour dire des choses utiles et intéressantes.

   En septembre 2015, ce Conseiller du Vice-président disait d’elle: «Elle n’a pas l’habitude de s’afficher en politique. Elle reçoit et rend visite aux gens pour demander leurs suffrages au profit de son mari. Elle a des relations avec les femmes sur toute la Grande-Comore et a des amies sur les autres îles». Depuis décembre 2015, à domicile, elle reçoit et fait entendre sa voix devant des dizaines de femmes qui lui rendent visite dans la perspective de l’élection présidentielle de février et avril 2016. Une scène en dit long à ce sujet. Le vendredi 18 décembre 2015, des jeunes de Ntsoudjini, munis d’une sonorisation d’une puissance inégalée, chantaient les louanges du Vice-président Mohamed Ali Soilihi et demandaient à le voir pour lui exprimer leur soutien en 5 minutes. C’est Mme Nouria Aboubacar elle-même qui est allée leur ouvrir la porte de la maison et leur souhaiter la bienvenue. Au bout de cinq minutes, les Ntsoudjiniens repartaient souriants en disant: «Le 25 décembre, nous serons de retour, et nous voulons juste qu’on nous ouvre la porte. Nous ne demandons rien, nous ne demanderons rien, mais voulons juste venir exprimer notre soutien à notre aîné».

   Cette fois-ci, Mme Nouria Aboubacar est passée à la vitesse supérieure, et c’était le mardi 2 février 2016, à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau quartier général de campagne électorale de l’UPDC, le parti du candidat Mohamed Ali Soilihi, parti auquel se sont ralliés 14 autres organisations partisanes. Ce nouveau quartier général est ouvert à l’initiative du Mouvement de Jeunes Militants de la Capitale, faisant dire à Mme Nouria Aboubacar: «Je suis et serai la maman de tous les enfants comoriens. Il n’y aura pas de favori». Assistaient à l’événement, les trois colistiers du candidat Mohamed Ali Soilihi, à savoir Houmed Msaïdié (Grande-Comore), Nourdine Bourhane (Anjouan) et Abiamri Mahamoud (Mohéli), ainsi qu’Ahamada Moussa dit Aby, le candidat de l’UPDC au Gouvernorat de la Grande-Comore.

   Dans la mesure où les personnes sérieuses doivent dire uniquement des choses sérieuses en campagne électorale, Mme Nouria Aboubacar a tenu à rappeler que la présence de Mohamed Ali Soilihi dans les arcanes de l’administration comorienne est placée sous le signe du service public et de l’intérêt général, et que tout au long de sa carrière, il s’est employé à demeurer un serviteur fidèle du peuple comorien. Elle a cité l’exemple du Centre fédéral d’Appui au Développement rural, dirigé de 1980 à 1985 par Mohamed Ali Soilihi, qui en avait fait l’usine de développement socioéconomique des Comores, et, ajoute-t-elle, «grâce à lui, les pêcheurs utilisent des vedettes à la place des pirogues», citant également les Écoles de Pêche et d’Agriculture ouvertes à Anjouan et à Mohéli, grâce à lui. Et s’il fallait une preuve de plus de l’engagement de Mohamed Ali Soilihi en faveur de son pays, il faut la voir à travers le travail qu’il a accompli depuis son entrée en service en 1979 jusqu’aujourd’hui. Ce rappel permet de redécouvrir les réalisations de l’homme d’État Mohamed Ali Soilihi au ministère de l’Agriculture, au Commissariat général au Plan et au ministère de l’Économie et des Finances. Et, on ne le dira jamais assez: au ministère de l’Économie et des Finances, le travail a essentiellement porté sur la mise à niveau, la restructuration et l’assainissement des Finances publiques, la tâche la plus ardue dans une économie moderne qui veut se lancer dans la voie du développement.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mercredi 3 février 2016.

Powered by Comores infos