You are here: Home » Actualités » Mohamed Ali Soilihi : "Nous n'acceptons pas le référendum et 2021 sera le tour d'Anjouan''

Mohamed Ali Soilihi : "Nous n'acceptons pas le référendum et 2021 sera le tour d'Anjouan''

«L’opposition accepte l’ordre du jour établi pour les négociations mais en ce qui concerne d’éventuelles élections ou encore l’acceptation d’un référendum, nos positions n’ont pas été revues», telle est la réaction de l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2015 pour couper court aux rumeurs qui lui prêtent l’intention de candidater aux prochaines échéances électorales anticipées. Pour l’Union de l’opposition, la mise en pratique des mesures d’apaisement «témoignera de la bonne foi du chef de l’Etat d’amorcer le dialogue afin de débloquer la situation de crise qui prévaut dans le pays».

Confrontée aux rumeurs qui font état d’une éventuelle participation à l’élection présidentielle anticipée suite à sa récente rencontre avec le chef de l’Etat, l’Union de l’opposition a organisé une conférence de presse hier, au restaurant Le Select à Moroni, pour démentir les allégations qui lui sont portées. Ainsi, elle a tenu à réaffirmer sa position de toujours. «Notre trajectoire et notre ligne politique n’ont absolument rien changé. Nous considérons que la loi fondamentale de 2001 reste en vigueur. Lors de notre dernière rencontre avec Azali Assoumani, nous n’avons pas abordé non plus une question concernant des élections présidentielles.

Certes, le président de la République a voulu l’introduire mais nous lui avons fait comprendre que ce sujet n’était pas à l’ordre du jour en ce sens que nous étions à Beit salam pour l’apaisement du climat politique et la poursuite des négociations», a expliqué le chef de l’opposition, Mohamed Ali Soilihi, avant de clarifier les choses s’agissant d’une éventuelle participation à l’élection présidentielle à venir. «Ceux qui propagent les rumeurs selon lesquelles je vais candidater pour des élections présidentielles ont tout faux. Je ne vais pas être candidat d’une élection, dans la mesure où la tournante de 2021 revient à Ndzuani et que seuls les natifs de cette île pourront y participer», tranchera l’ancien vice-président. Le conférencier estimera que si des opérations électorales ont commencé à l’image de la révision du fichier électoral par la Ceni, «ces activités n’engagent que ceux qui les réalisent».

Powered by Comores infos