You are here: Home » Actualité » Mohamed Bacar Dossar, génie précoce de la politique?

Mohamed Bacar Dossar, génie précoce de la politique?

Mohamed Bacar Dossar, génie précoce de la politique?

À 21 ans, il était déjà un acteur politique majeur et affirmé

Par ARM

     Le 24 mai 2011, soit 2 jours avant le départ de la Présidence de la République, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi avait réuni une partie du Gotha politique du pays à Mutsamudu. Dans son discours, il avait déclaré en substance: «Si j’ai pu résister à quelque chose, ces trois personnes, entre autres, dans mon entourage proche, m’y ont beaucoup aidé. La première personne, c’est mon épouse, Madame Hadjira. Je vous le dis, car elle a fait preuve de beaucoup de patience. Je ne sais pas comment vous dire. Elle vous a été utile si moi-même je l’ai été. Elle a enduré des situations pour lesquelles vous ne pourriez résister. Elle m’a exhorté à la patience, comme vous ne pourrez pas l’imaginer. Vous n’ignorez pas les crises qu’a vécues le pays. La deuxième personne qui m’a été d’une très grande utilité, je le dis pour que tout le monde le sache, c’est Mohamed Bacar Dossar. Si vous le connaissez, je vous le dis. Ceux qui ne le connaissent pas, je les informe. Au moment des grandes crises que nous avons vécues ici, c’est lui qui m’a aidé, plus que toute autre personne».

Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Mohamed Bacar Dossar

Mohamed Bacar Dossar se rappela au souvenir des Comoriens sous la présidence d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. J’ai découvert ce surdoué entré précocement en politique en 1994, quand je rédigeais un Mémoire d’Études supérieures en Administration publique sur Comores: Institutions publiques et problématique de développement. Il figure au début d’un article rédigé en… 1977 par mon ami Philippe Leymarie, l’africaniste qu’on ne présente plus.

Philippe a écrit: «“Ce qui se passe ici est tout nouveau, je crois: nous avons fait tomber le système féodal, alors que bien des pays qui se prétendent marxistes ou socialistes sont encore aux prises, dans les villages, avec le tribalisme. Nous avons également provoqué la chute de la bureaucratie, qui, ailleurs, continue souvent de détenir l’essentiel du pouvoir, alors qu’elle ne produit pratiquement rien. Et tout cela, qui paraît énorme, qui s’est passé si vite, qui a été pour nous une expérience d’une intensité incroyable, nous l’avons réalisé sans grande tension sociale, sans effusion de sang, en prenant soin chaque fois d’apprécier la situation, de réunir les atouts, d’attendre que les contradictions soient mûres et que les différentes couches de notre population se sentent prêtes à sauter le pas…”. Mohamed Bacar Dossar, actuellement coordinateur du Comité national populaire, est un lycéen de vingt et un ans à peine, originaire de l’île d’Anjouan. Il fait partie de la poignée de très jeunes intellectuels sur lesquels le président Ali Soilih, chef de l’État comorien, s’est principalement appuyé pour “retourner” la société comorienne»: Philippe Leymarie: Décentralisation et lutte antiféodale aux Comores. Une révolution essentiellement culturelle? Le Monde diplomatique, Paris, novembre 1977, p. 20.

Je pose avec gourmandise des questions sur les politiciens. Quand je dis «Mohamed Bacar Dossar» devant un autre surdoué précoce, le Général Salimou Mohamed Amiri, ancien chef d’État-major de l’Armée comorienne, un professionnel à l’objectivité infaillible et assurée, il me dit systématiquement et m’a répété à diverses reprises: «Mohamed Bacar Dossar est un garçon timide et taiseux, certes, mais particulièrement intelligent et brillant». Je ne l’ai vu qu’une seule fois, et c’était à Moroni, dans l’agence de la compagnie aérienne Inter Îles, en décembre 2015.

Que nous réserve l’avenir? Quel sera l’avenir politique de Mohamed Bacar Dossar? Seul Dieu le sait. Une chose est sûre: Mohamed Bacar Dossar est un homme d’honneur. Il est resté fidèle à Ahmed Abdallah Mohamed Sambi. Avec Maître Fahmi Saïd Ibrahim, un autre fidèle et homme de confiance de l’ex-Président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, il fut chassé du gouvernement le 19 juillet 2017, justement pour crime de fidélité envers ce dernier. Cette fidélité lui a valu d’être également dépouillé de son immunité parlementaire et d’être traité comme un vulgaire criminel sans motif légal. Quand ces horreurs se produisaient, Ahmed Ben Saïd Jaffar, un autre ancien ministre d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, originaire de Mutsamudu aussi, est allé se déshabiller chez le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri. Le jour où la dictatrice Ambari Darouèche, avec des airs de droguée, insultait et calomniait puérilement Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, deux déchets politiques étaient face à elle et riaient: Ahmed Ben Saïd Jaffar et Saïd Larifou, l’avocaillon déchu des deux continents et des deux océans.

Selon un câble diplomatique, Mohamed Bacar Dossar va bientôt reprendre du service. Nous espérons que la diffusion de cette nouvelle ne va provoquer son assassinat. Touchons du bois.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Vendredi 19 février 2021.

Powered by WPeMatico