You are here: Home » Actualités » Mohamed Chatur veut décapiter sa ville natale, Mbéni

Mohamed Chatur veut décapiter sa ville natale, Mbéni

Mohamed Chatur veut décapiter sa ville natale, Mbéni

Et, il veut faire nommer sa maîtresse Ambassadeur à Paris

Par ARM

     «Un renégat». «Un renégat haineux». «Un renégat aux manières de moujik». «Un renégat qui ne croit qu’en la violence». «Un mauvais garçon». Tel est, selon la vox populi, Mohamed Chatur Badaoui, le Directeur général de la Société comorienne des Hydrocarbures (SCH). Il s’est mis en tête l’idée complètement farfelue selon laquelle, pour exister, il doit combattre tous les Mbéniens de la terre et être le seul Mbénien dans ce monde. Actuellement, ses pires ennemis sont au nombre de deux, et ils sont tous de Mbéni: Mzé Abdou Mohamed Chafioun, Gouverneur de la Banque centrale des Comores, et Hamidou Karihila Hamadi, secrétaire d’État chargé de la Coopération avec le Monde arabe et secrétaire général de la CRC, le parti politique du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani. Biberonnant matin, midi et soir sur les seins généreux et complaisants de la SCH, Mohamed Chatur Badaoui se moque comme d’une guigne du secrétariat d’État de son «frère» Hamidou Karihila Hamadi. Par contre, il veut lui ravir le secrétariat général du parti politique de la terreur et de la fraude électorale. Il en fait une obsession, comme si toute sa vie en dépendait.

     Dès lors, il fait tout pour ignorer que la Banque centrale des Comores est régie par des statuts aux règles très strictes, mais emporté par la haine, il n’a pas le temps de réfléchir sur ses actes. Il veut la tête de Mzé Abdou Mohamed Chafioun et de Hamidou Karihila Hamadi. C’est tout. Chaque fois qu’il est en face de son maître, il médit et daube sur ses deux ennemis, qui ne lui ont fait aucun mal, mais qu’il aime détester.

     Comme il a de la suite dans les idées, il a un projet grandiose: obtenir de son chef la nomination de sa maîtresse à la tête de l’Ambassade des Comores à Paris. Il faut dire que le poste est très convoité, notamment par un garçon qui veut être nommé à la tête de cette Ambassade pour pouvoir suivre des traitements devant permettre à son couple de suivre des traitements de fertilité et avoir des enfants. Pour autant, avec ses méthodes d’âne rouge des hauts plateaux, Mohamed Chatur Badoui, a trouvé sa «tarte à la crème» puisque, quel que soit le discours qu’on lui tient, il répète comme un forcené: «Ma maîtresse, Ambassadeur des Comores à Paris! Ma maîtresse, Ambassadeur des Comores à Paris! Ma maîtresse, Ambassadeur des Comores à Paris! Ma maîtresse, Ambassadeur des Comores à Paris!». Il paraît que ce n’est pas beau à entendre 24 heures sur 24. Pourtant, par charité, il devrait s’occuper d’une urgence humanitaire: la longueur excessivement traînante du pantalon et la laideur lugubre des chaussures d’agent de sécurité que porte Bellou, le Directeur du Cabinet d’Azali Assoumani chargé de la Défense. Le pauvre garçon…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Samedi 8 octobre 2016.

Powered by Comores infos