You are here: Home » Actualité » Mohamed Saïd Fazul, bousculé et humilié à Djoiezi

Mohamed Saïd Fazul, bousculé et humilié à Djoiezi

Mohamed Saïd Fazul, bousculé et humilié à Djoiezi

Djoiezi transformée en camp hitlérien de concentration

Par ARM

       Franchement, qu’est-ce que ça peut faire à l’humanité si, après avoir traité Mohamed Saïd Fazul, semblant de «Gouverneur» de Mohéli, de «fou de Mohéli», l’aboyeur public et insulteur officiel Houmed Msaïdié Mdahoma crie aujourd’hui sur les toits que celui qu’il a injurié officiellement et en public est son «ami», qu’il l’empêche d’aller à Mohéli pour lui permettre de fuir «le coronavirus de Djoiezi», et qu’il a décrété un monopsone pour être l’acheteur unique des feuilles de manioc pilées, de l’huile de coco et du piment que vend à la réception de l’Hôtel Le Moroni Fatima Hamidi, la première épouse du même Mohamed Saïd Fazul? Pour tout dire, les Mohéliens s’en foutent comme de leur première noix de coco.

En avouant avoir suggéré à son «ami» Mohamed Saïd Fazul de fuir Mohéli en pleine pandémie, alors qu’il est censé être la principale autorité de l’île, l’aboyeur public et insulteur officiel Houmed Msaïdié Mdahoma étale son inculture, son ignorance et sa lâcheté. Sa bouche n’a pas de frein. Il parle trop et dit ce qu’il ne devrait pas dire. Dites-lui de contrôler ses déclarations publiques: un vrai dirigeant ne dit jamais qu’il faut fuir son pays «le temps que la pandémie soit maîtrisée». La pandémie sera maîtrisée quand et par qui aux Comores?

Toujours est-il qu’au lever du soleil ce lundi 4 janvier 2021, Mohamed Saïd Fazul a osé aller à Djoiezi, le seul lieu au monde où sévit le coronavirus et où on en meurt, alors qu’il n’a rien à proposer à la population. Nadhir Maarifa Massound s’est jeté sur lui et lui a demandé de rentrer chez lui à Boingoma, dans la mesure où son vagabondage sur les routes n’apporte rien aux Mohéliens. Des jeunes cadres qui étaient du côté de Poteau Central, emblématique place des intrigues sociales et politiques à Djoiezi, ont dû intervenir pour éviter une tuerie.

Nadhir Maarifa Massound est un jeune homme d’une grande politesse et courtoisie. Mais, il ne comprend pas pourquoi, alors qu’il se rendait à son champ pour récolter de quoi nourrir sa famille – oui, les Djoieziens et les Djoieziennes mangent, même en période de coronavirus –, les force de la répression et de l’oppression l’ont forcé à rebrousser chemin au niveau de Ha-Mchoukourié, alors qu’elles auraient dû stationner à Pengoini. On l’aura compris: il est interdit aux Djoieziens et aux Djoieziennes d’aller aux champs et à la pêche, donc de se nourrir. Quand, après l’avoir constaté, comment devait réagir le jeune Nadhir Maarifa Massound? Est-ce Mohamed Saïd Fazul, le «fou de Mohéli», qui va nourrir sa famille?

Mohamed Saïd Fazul aurait dû écouter les conseils de son «ami» l’aboyeur public et insulteur officiel Houmed Msaïdié Mdahoma, et rester vendre son piment, ses feuilles de manioc et son huile de coco à Moroni. Fatima Hamidi en tire grand profit. Félicitez-la.

Est-ce en tuant de faim les Djoieziens et les Djoieziennes qu’on éradiquera le coronavirus dans le monde? L’espace entre Ha-Mchoukourié et Pengoini est inhabité. Pourquoi alors empêcher les gens de Djoiezi d’aller travailler dans leurs champs et ramener de la nourriture dans leurs maisons à leurs familles respectives? Déjà, le dimanche 3 janvier 2021, les jeunes de Djoiezi voulaient déclencher une lutte de décolonisation contre les forces coloniales de l’oppression et de la répression, mais l’ancien Président Ikililou Dhoinine a dû intervenir auprès d’eux pour calmer les esprits. Mais, pendant combien de temps va durer l’accalmie?

Les pouvoirs publics ne veulent toujours pas comprendre qu’il est plus utile de prendre en charge les malades, de dépister la population, d’assurer un soutien psychologique aux familles des disparus, de sensibiliser la population sur le port du masque, la distanciation sociale et le confinement que de brutaliser la population en lui disant qu’elle est dans un camp nazi de concentration.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Lundi 4 janvier 2021.

Powered by WPeMatico