You are here: Home » Actualité » Mohamed Saïd Fazul et son usine de fraude électorale

Mohamed Saïd Fazul et son usine de fraude électorale

Mohamed Saïd Fazul et son usine de fraude électorale

Babadi a une équipe de fraudeurs et une bande de sorcières

Par ARM

     Mohamed Saïd Fazul dit Babadi, Gouverneur sortant de Mohéli, a un bilan absolument, entièrement et définitivement négatif. Il n’a réalisé aucun projet de développement à Mohéli de mai 2016 à mars 2019. Ce sont trois années piteusement gâchées. Pis, il s’est associé au mort-vivant et «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», dans sa destruction du Droit, des institutions et de la politique aux Comores depuis le jeudi 26 mai 2016. Il a reçu beaucoup d’argent pour lui-même pour ce faire, et se moque de Mohéli et des Comores.

Aujourd’hui, son seul espoir repose non pas sur un bilan, inexistant sauf en termes négatifs, mais sur les cinq sorcières qu’il a fait venir de Tanzanie aux frais du peuple de Mohéli et des Comores. Ces cinq sorcières lui racontent n’importe quoi, et il rit aux éclats. En même temps, en plus de la machine de fraude électorale de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé, il a la sienne propre. Son équipe de fraude électorale est dirigée par son âme damnée Maoulana Attoumane Assane dit Boina Maou, «Monsieur Maou» (Photo), l’homme aux doigts d’or en matière de fraude électorale, l’homme qui fait voter les morts, les absents sans procurations et surtout les personnes qui n’ont jamais existé. Déjà en 2016, Maoulana Attoumane Assane a beaucoup fait pour frauder en faveur de son chef.

Lors de la junte militaire des années 1999-2006, quand Babadi s’était présenté au Gouvernorat de Mohéli contre Mohamed Hassanaly, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri s’était rendu sur l’île et avait demandé à l’Armée de tout faire pour que Mohamed Hassanaly soit éliminé, y compris par la force. Battu à plate couture, Mohamed Saïd Fazul avait été déclaré «élu». Maoulana Assane Attoumane dit Boina Maou était le chef d’orchestre de la fraude électorale concoctée.

Le titre officiel de Maoulana Attoumane Assane dit Boina Maou au Gouvernorat de Mohéli relève de la pure bouffonnerie, et amuse le tapis: Conseiller chargé de la Coopération, des Affaires extérieures et des Sociétés d’État (Ouf!). Tout cela est fort sympathique, mais à ce jour, existe-t-il quelqu’un sur cette Planète ou dans les galaxies les plus éloignées qui peut dire ce que ce que Maoulana Attoumane Assane a réalisé en termes de projet dans le domaine de «la Coopération, des Affaires extérieures et des Sociétés d’État»? Personne! Par contre, Maoulana Attoumane Assane a une grande compétence en matière d’injures et d’insultes. Dès que sa personne est citée quelque part, c’est-à-dire souvent, il se lance dans des insultes et injures.

Au début de la campagne pour l’élection présidentielle de 2010, Maoulana Attoumane Assane dit Boina Maou avait vu ma main dans un texte en faveur d’Ikililou Dhoinine, un texte qui ne dénigrait personne. Quelques minutes à peine après, il s’était répandu en injures et insultes sur moi. Je l’avais superbement ignoré. À quoi bon? Il y a certaines injures qu’il faut accueillir comme une bénédiction.

Les Mohéliens ont peur de parler de Maoulana Attoumane Assane dit Boina parce qu’ils veulent éviter ses vulgarités. Pourtant, il est attendu au virage et devra payer un jour. Il paiera…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 17 mars 2019.

Powered by Comores infos