You are here: Home » Actualités » Mohamed Saïd Fazul, Gouverneur des fosses septiques

Mohamed Saïd Fazul, Gouverneur des fosses septiques

Mohamed Saïd Fazul, Gouverneur des fosses septiques

Ses 100 jours? Il construit ses fosses septiques sur la voie publique

Par ARM

     «Dieu aime le Mali», dit le grand Salif Keita dans l’une de ses très belles chansons. Dieu aime tous les pays du monde, y compris Mohéli et les Comores, mais l’on doit se demander si les Mohéliens et les autres Comoriens aiment leur pays. En tout cas, à l’heure où Mohamed Saïd Fazul vient de «fêter» ses 100 nouveaux premiers jours à Bonovo, siège du Gouvernorat de Mohéli, Mohéli pleure, Mohéli se plaint, Mohéli accuse, Mohéli lance des malédictions, Mohéli lance des damnations, Mohéli gémit, Mohéli perd ses cheveux et court vers la calvitie, Mohéli a perdu ses dernières illusions sur un Gouverneur qui a prêté le terrible serment de rester un demi-sel, Mohéli honnit un Gouverneur qui a décidé de rester une petite bière, Mohéli a trouvé un nouveau motif de maudire son Gouverneur, pourtant élu à 63,…% contre Hadidja Aboubacar. Cette élection n’était pas propre à 100% puisque les 3 plus grands fraudeurs électoraux de Mohéli (deux de Boingoma, un d’Itsamia) étaient du côté de Mohamed Saïd Fazul. Naturellement, Hadidja Aboubacar n’aurait jamais été élue par les Mohéliens pour aller trôner sur leur Gouvernorat, très déprécié, souillé et enlaidi, il est vrai. Mohamed Saïd Fazul avait le vent en poupe, mais a tout de même été aidé par les champions de la fraude électorale. Les Mohéliens ont élu Mohamed Saïd Fazul pour ne pas élire Hadidja Aboubacar. Chaque fois, les Mohéliens font ça.

     Mohamed Saïd Fazul vient de «fêter» ses 100 premiers jours au Gouvernorat de Mohéli, et à l’occasion de cette grandiose célébration, le génie de Bonovo a décidé d’innover, en faisant chier les Mohéliens au sens propre du terme. En effet, le beau gosse de Bonovo a commencé à construire les fosses septiques («sindassi», «cho» ou «mchana» en comorien) de sa propre maison sur la voie publique, en dérangeant et en faisant chier le Tout-Mohéli. Oui, il a décidé de faire chier les Mohéliens et le fait très bien. Avant, en 2000-2007, il avait placé son mandat à la tête de l’exécutif de Mohéli sous le signe des pique-niques et de la gabegie, et n’a d’ailleurs pas oublié cette odieuse manie. Dès son élection en 2016, il était parti pique-niquer à Mayotte et à Anjouan. Seulement, l’argent n’a pas encore commencé à couler à flots comme au cours des années fastes et folles d’un passé qui s’était brutalement arrêté en juin 2007. Quand il s’était très bêtement retrouvé avec Mohamed Ali Saïd au second tour de l’élection gubernatoriale de Mohéli en 2007, les Mohéliens, pourtant auteurs de cette bêtise monstrueuse, avaient dit avoir à choisir entre le sida et la peste, leur sida et leur peste. Ils viennent de retourner à la case de départ parce qu’ils n’ont élu Mohamed Saïd Fazul que pour ne pas élire Hadidja Aboubacar.

     En tout cas, à l’heure qu’il est, les Mohéliens n’apprécient pas du tout cette nouvelle goujaterie de leur «légendaire» et «historique» Gouverneur, cette affaire de fosses septiques en pleine voie publique. En ce moment même, les 100 premiers jours du Gouverneur de Mohéli sont passés dans une médiocrité totale. Comme par le passé, l’enfant de Boingoma n’a aucune forme de bilan. Rien! Il n’a aucune complémentarité exemplaire à attendre du «pouvoiriste» polygame Azali Assoumani et de son «légendaire» Vice-président Abdallah Saïd Sarouma. Mohéli est à l’image des Comores actuelles: dans une médiocrité totale. Mohamed Saïd Fazul est resté l’image de lui-même: un doux plaisantin doté d’une très grande gentillesse derrière laquelle il cache toutes ses faiblesses structurelles, intellectuelles et professionnelles. En résumé, les Mohéliens ont élu un gentil vaurien. Gentil, mais vaurien tout de même. Lui et Mohamed Ali Saïd sont Hadj Moussa et Moussa Hadj. La seule différence entre les deux coquins réside dans le fait que Mohamed Saïd Fazul est mieux éduqué et mieux instruit, et qu’il sait donc parler aux gens et n’a pas les mains baladeuses. C’est tout. Pour le reste, il s’agit de deux bateaux fous, transportés par les flots de l’océan Indien en plein tsunami. Pauvre Mohéli! Pauvres Comores!

     Comme l’ensemble des Comores, Mohéli est en train de perdre du temps avec un marmouset de derrière le fagot. Mohamed Saïd Fazul vient de «célébrer» donc 1es 100 premiers jours d’une médiocrité crasse. Et, il deviendra un véritable dirigeant le jour où du pire naîtra le meilleur. Mission impossible. C’est foutu pour Mohéli et pour les Comores. En tout état de cause, à Mohéli, seules les fosses septiques que Monsieur le Gouverneur a creusées en pleine voie publique se portent très bien. Mohéli a inauguré une gouvernance placée sous le signe des fosses septiques construites en pleine voie publique.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 4 septembre 2016.

Powered by Comores infos