You are here: Home » Actualité » Mohéli, victime de la Covid-19, perd ses habitants

Mohéli, victime de la Covid-19, perd ses habitants

Mohéli, victime de la Covid-19, perd ses habitants

Nous tirons la sonnette d’alarme sur la situation de l’île

Par la Communauté mohélienne de France

Notre but est de tirer la sonnette d’alarme sur la situation sanitaire de Mohéli et des Mohéliens en proie à la Covid-19, et sur le dysfonctionnement de l’hôpital de Fomboni, pour sauver des vies humaines. La santé des Mohéliens atteints de Covid-19 (version en mutation virale aggravée), se passe dans l’indifférence. Tout se déroule comme s’il s’agit d’un problème propre aux Mohéliens à Mohéli, et qui ne concerne pas ceux qui assument les charges publiques nationales. Plusieurs personnes décèdent brutalement, faute de soins appropriés, à cause d’un mauvais diagnostic, d’absence de prise en charge, ou de manque de traitement adéquat.

C’est la continuation d’une situation sanitaire négligée et vécue comme une fatalité: des femmes enceintes sans suivi médical, qui décèdent en cours d’accouchement, après une évacuation tardive en Grande-Comore; des AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) et hématomes sous durales chroniques dont aucune solution n’existe sur place, nécessitant une Evasan improbable, difficilement accessible. Les hémiplégiques sont nombreux dans l’île, conséquence d’une mauvaise alimentation entre autres.

Qui ne connaît pas les personnes traitées pour une fièvre, typhoïde ou infection bactérienne, alors qu’elles souffrent d’insuffisance rénale, de diabète ou d’autres maux! Les médecins en placen dépourvus de moyens appropriés, peinent à diagnostiquer l’origine du mal et à prescrire le traitement adéquat. Le manque criant de matériels, d’équipements minimums, d’hygiène et l’utilisation d’appareils d’un autre âge, font que Mohéli ne dispose pas d’un service de santé qui répond aux besoins minimums et urgents des malades.

Hôpital de Fomboni, Mohéli

Les familles des malades sont incapables de payer la location des chambres individuelles, un peu mieux aménagées. Les malades sont alors entassés dans des chambres communes surchauffées et sans électricité; ils sont allongés sur des lits abimés et des matelas hors d’usage. Les familles doivent tout payer: les ordonnances, la nourriture, les opérations urgentes ou non, l’anesthésie, la prise de sang, et tout ce qui peut être utile pour les soins. Un malade peut être surpris par une panne de courant, et mourir sur la table d’opération.

C’est dans cette situation de délabrement sanitaire de l’hôpital de Fomboni et sa gestion chaotique que l’avènement de la Covid-19 a rendu Mohéli plus malade de sa santé. Il ne se passe pas deux jours sans qu’on annonce le décès d’une personne: 11 (onze) décès en moins de deux semaines, dans cette île de 35.000 habitants. Il faut le dire contre la désinformation officielle: les personnes décèdent faute de suivi médical, de prise en charge, abandonnées par les médecins, faute d’appareils respiratoires suffisants et disponibles. Des malades l’ont confirmé en révélant des cas précis de personnes gravement atteintes, abandonnées et décédées, faute d’appareils respiratoires.

Les autorités locales et nationales ont fait preuve d’un manque de savoir-faire et de laisser-aller dans la mise en œuvre des mesures de confinement et de maintien de l’ordre public, et il faudrait mettre sur le compte de l’inexpérience: absence de mesures préparatoires avant le confinement, mesures appliquées brutalement par la force de maintien de l’ordre, absence de mesures d’accompagnement pour ravitailler en nourriture, en électricité et en eau, les villageois interdits de circuler d’un village à un autre. Les autorités n’en parlent pas pour éviter de passer pour incompétentes.

Le premier palier de traitement de la Covid-19 appliqué dans le monde n’est que partiellement réalisé à Mohéli. Les tests sont faits de façon incomplète et dans l’improvisation, malgré la population en nombre limité. Toutes les familles contaminées et endeuillées attendent d’être testées en priorité, afin d’être isolées.

La plupart des personnes contrôlées positives restent chez elles pour se soigner à domicile, en absorbant de la vapeur des plantes surchauffées jusqu’à la transpiration, en consommant des citrons et des clous de girofle. Elles prennent de gros risques sans accompagnement médical, mais le dysfonctionnement de l’hôpital fait fuir beaucoup de malades. Si le traitement à domicile ne donne pas de résultats satisfaisants, elles finissent par retourner à l’hôpital, où elles consomment des plats de nourriture standardisée et peu convenante.

Question hallucinante: les contaminés meurent-ils de Covid-19 ou d’hypoglycémie? Selon le témoignage de certains médecins résidents, la cause des décès est imputable à l’utilisation de certains médicaments, qui provoquent chez les diabétiques, une hypoglycémie foudroyante. Il s’agit de «Colchicine Opocalcium 1mg», un traitement inapproprié et dangereux. Comment comprendre que ce médicament soit administré en dépit de sa dangerosité constatée publiquement?

La communauté internationale, comme dans ses habitudes, se mobilise pour venir en aide aux populations sinistrées, en comblant ainsi, le manque de solidarité nationale. Médecins, paramédicaux, experts en communication, matériels médicaux divers et variés sont destinés à faire face à la pandémie. Cette assistance médicale devrait faire l’objet de suivi et de surveillance vigilante, pour éviter le détournement cynique des corrompus quasi inévitable. C’est le seul moyen d’assurer que l’aide internationale arrive aux destinataires.

Mohéli a besoin en quantité illimitée, des masques, une centaine d’appareils respiratoires, de gel hydro-alcoolique. Pour l’heure, chacun se débrouille pour se procurer les masques qui, faute d’être gratuits, ne sont pas à la portée des moyens de tous. Le même masque est porté pendant plusieurs jours, parfois par plusieurs personnes. Le plus important est de veiller à ce que le matériel médical envoyé ne soit pas détourné et vendu, et qu’il arrive aux destinataires.

Les Comoriens de la diaspora de France (Mohéliens, Grands-Comoriens, Anjouanais et Mahorais) se sont mobilisés pour cotiser et collecter du matériel médical et de l’argent pour l’achat d’appareils respiratoires. Ils ont acheminé des masques et tant d’autres matériels nécessaires mais qui, pour l’heure, ne sont pas en quantité suffisante. Nous tenons à les remercier, et plus particulièrement, les journalistes qui prennent le risque d’intervenir à Mohéli, pour filmer et diffuser se qui se passe dans cette île.

Ci-joint la liste des produits Covid-19, nécessaires pour l’hôpital central de Fomboni, Mohéli, pour les dispensaires ruraux et les populations.

 

Test Expres SARS Covid 2 GeneXpert        
Test Antigénique Abbot 400        
Test covid-19 IGM/IGG        
Charlotte        
Combinaison de protection        
Masque 95 à usage médical        
Masque vigor        
Surblouse        
Visière        
Gel hydro-alc flacon 500        
Chlore en kg        
Bouteille d’oxygène médicale        
Ecouvillon pour prélèvement        
Gant d’examen en vinyle        
Lunettes de protection        
Masques de protection        
Masque chirurgical        
Manomètre détenteur        
Thermoflash        
Kit Urgence CPAP Boussignac ref: SOC-5562802      
Fervex/ Doliprane /        

Nous vous remercions infiniment pour votre soutien, votre solidarité et votre générosité.

Communauté des Mohéliens de France

© www.lemohelien.com – Mardi 12 janvier 2021.

Powered by WPeMatico