You are here: Home » Actualité » «Mohéliens» d’Azali rivalisent en pique-niques à Moroni

«Mohéliens» d’Azali rivalisent en pique-niques à Moroni

«Mohéliens» d’Azali rivalisent en pique-niques à Moroni

Duel à mort entre Hamada Boléro et Bianrifi Tarmidhi à l’Oasis

Par ARM

     Sale temps pour le fugitif international Hamada Madi Boléro, dit Makridine, «Le Religieux de la Magouille», présenté dans les termes suivants par les jeunes héros de Djoiezi qui, en mai 2014, avaient rédigé et distribué le tract patriotique, anthologique et historique «Kala Wa Dala»: «Boléro, Directeur de Cabinet à la Défense, surnommé Dracula. C’est un fantôme, un caméléon, un escroc, un menteur. Il n’a pas d’identité fixe, il change en fonction du pouvoir. Ses alliés (Moishikundi wayi conteneri ya banatacha)Le petit groupuscule qui se réunit devant le conteneur du père de Natacha» (Youssoufa Madi, de Djoiezi)] ne le soutiennent plus, ils le haïssent. Ce Monsieur n’est ni un Mohélien, ni un Grand-Comorien vu ses mentalités (moyenne: 0,5/20). Mention: Traître».

Restons à Djoiezi, et ce, pour signaler que les jeunes animateurs des intrigues sociales et politiques à Poteau Central ricanent quand tel proche du fugitif international Hamada Madi Boléro se répand en mensonges en prétendant que ce dernier est spécialement mandaté pour mener son «monologue des sourds» par la dictature de Mitsoudjé afin de la sauver. À Poteau Central, où les secrets les mieux gardés se savent et donnent lieu à des commentaires pimentés, tout le monde sait que le fugitif international Hamada Madi Boléro s’est confié lui-même son «monologue des sourds» pour tenter de se refaire une impossible virginité politique alors qu’il est politiquement calciné. Personne ne veut entendre parler de ce misanthrope notoire, aigri, frustré et hanté par son inexistence sociale et sa malédiction électorale.

Pendant qu’il essaie de revenir sur la scène politique, deux hommes ont décidé d’effacer toute trace de lui sur la scène politique comorienne, encouragés et soutenus clandestinement par un troisième larron, aussi puant et répugnant qu’un putois.

1.- Le premier ennemi est Mohamed Saïd Fazul dit Babadi, le semblant de Gouverneur de Mohéli, qui ressasse et rumine une rancune qu’il refuse de jeter à la rivière asséchée de chez eux deux à Boingoma. En effet, Babadi n’oublie pas que quand le fugitif international Hamada Madi Boléro voulait se faire nommer Premier ministre sous la junte militaire du satrape Assoumani Azali Boinaheri (1999-2006) alors que le séparatisme anjouanais avait tué les Comores, il lui avait demandé d’intercéder auprès de son oncle Mohamed Fazul qui, avec Mohamed Hassanaly, était l’architecte de la réconciliation comorienne consacrée par l’Accord-cadre de Fomboni du 17 février 2001. Ce fut fait. Comme promis, une fois nommé Premier ministre, le fugitif international Hamada Madi Boléro fit nommer Babadi Gouverneur de Mohéli, pour le malheur et le déshonneur des Mohéliens. Mais, mauvais et abjects l’un et l’autre, les deux brigands ne tardèrent pas à devenir les pires ennemis de l’océan Indien.

2.- Le fugitif international Hamada Madi Boléro était devenu Premier ministre en faisant chasser du poste Bianrifi Tarmidhi. Dans ses prétendus Mémoires, il prétend crânement que c’est Bianrifi Tarmidhi qui était usé et qui demandait à être remplacé. Il ment. Bianrifi Tarmidhi ne lui a jamais pardonné cela, surtout que son limogeage s’était accompagné d’un appauvrissement qui faisait peur et honte. Quand on le voyait, on ne pouvait croire que cet individu était le seul Ingénieur comorien lauréat de l’École Hassania des Travaux publics de Casablanca, Maroc, et qu’il avait occupé des fonctions officielles, dont celles de Premier ministre. Il déteste à mort son ancien tombeur.

3.- Le troisième malfaiteur n’est autre que Chabouhane Baguiri, le voyou le plus immoral et le plus ignominieux des Comores. Ce filou avait été choisi par le fugitif international Hamada Madi Boléro comme colistier lors de l’élection présidentielle de 2010. Il attendit la dernière minute pour en devenir celui de… Bianrifi Tarmidhi. Or, quelques années auparavant, à la gare de Nanterre Université, j’avais dit au fugitif international Hamada Madi Boléro qu’un jour le bandit Chabouhane Baguiri allait le trahir de la plus horrible des façons, car il est trop sale et dégoûtant, alors qu’il le citait comme un homme cultivé cite des grands écrivains et de grands hommes d’État: «Baguiri a dit ceci, Chabouhane a dit cela…».

4.- Babadi, Chabouhane Baguiri et Bianrifi Tarmidhi ne veulent pas du fugitif international Hamada Madi Boléro comme proche collaborateur du dictateur Assoumani Azali Boinaheri, sachant qu’il leur créerait les pires zizanies avec leur tyran de chef en cas de nomination.

C’est alors que le fugitif international Hamada Madi Boléro a inauguré son nouveau quartier général (QG) dans le quartier Oasis, à Moroni, en fanfare. Il y organise des pique-niques géants et y invitent la «crème» des Mohéliens travaillant à Moroni, y compris ses pires ennemis précités. Comme les Mohéliens vivant à Moroni ont peur de perdre leurs emplois s’ils «sèchent» les convocations du fugitif international Hamada Madi Boléro, ils y assistent, la mort dans l’âme. Pour sa part, le «ministre premier» Bianrifi Tarmidhi organise les mêmes beuveries. Le vin coule à flots comme une rivière en crue. Ceux qui répondent aux invitations du fugitif international Hamada Madi Boléro sont obligés de se rendre aux souleries de Bianrifi Tarmidhi, du vin en veux-tu, en voilà…

Au train où vont les choses, le fugitif international Hamada Madi Boléro et le «ministre premier» Bianrifi Tarmidhi vont s’égorger tellement chacun veut être le seul chouchou et l’unique poulain de «Mohéli» du dictateur de Mitsoudjé.

En attendant, certains Mohéliens de Moroni mangent aux deux râteliers, en demandant à Dieu de ne pas faire tomber le ciel sur leur tête.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 27 juillet 2021.

Powered by WPeMatico