You are here: Home » Actualité » Mort du grand Professeur Aboubacar Mohamed Bakri

Mort du grand Professeur Aboubacar Mohamed Bakri

Mort du grand Professeur Aboubacar Mohamed Bakri

Un vrai homme de savoir, érudition et culture s’est en allé

Par ARM

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés» (II, La Vache, 155-157).

       C’est avec beaucoup de peine, de chagrin et de douleur que nous avons appris la mort du Professeur et homme de culture Aboubacar Mohamed Bakri, mort survenue ce mardi 29 décembre 2020.

Aboubacar Mohamed Bakri était né à Djoiezi de deux illustres familles chérifiennes pétries de piété, valeurs humaines et sociales, éthique, culture et savoir. Il était un grand Professeur des écoles et Professeur d’arabe, et son immense culture touchait de nombreux domaines du savoir, de la culture, de la science et de la connaissance. Il a été mon Professeur d’arabe au Collège de Fomboni, où il s’est distingué de la plus belle des manières. Il a formé notamment un futur Président de la République, une future Première Dame, un futur Président de la République et futur Premier ministre, un futur Gouverneur de Mohéli et son épouse, de futurs ministres, qui lui doivent beaucoup.

Il a également enseigné en Grande-Comore.

En cette douloureuse circonstance, nous présentons nos condoléances les plus attristées à sa famille, à ses proches et à tous ceux qui sont affectés par ce décès, priant pour que Dieu l’agrée dans la demeure éternelle du Paradis.

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés» (II, La Vache, 155-157).

       Que Dieu lui manifeste Sa Clémence et Sa Miséricorde.

© www.lemohelien.com – Mardi 30 décembre 2020.

Powered by WPeMatico