You are here: Home » Uncategorized » Mouigni Baraka et Mahmoud CB, «opposants» micro-ondes

Mouigni Baraka et Mahmoud CB, «opposants» micro-ondes

Mouigni Baraka et Mahmoud CB, «opposants» micro-ondes

Assoumani Azali va créer une «opposition» sur simple commande

Par ARM

     Une stratégie foireuse et masturbatrice a été élaborée par la basse-cour et son coq en chef, à savoir: le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger». Ces malfaiteurs disent que la pression internationale est de plus en plus forte pour la reprise du dialogue entre la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé et l’opposition. Face au refus de celle-ci de réengager un «monologue de sourds-muets» avec le fou maudit de Mitsoudjé avant que la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé ne remplisse les préalables par elle fixés, le «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri a décidé de monter de toutes pièces une nouvelle «opposition», une opposition bidon. Il va discuter avec «l’opposition» qu’il a lui-même créée ex-nihilo, obtenir tous les «accords» possibles et imaginables avec elle, et aller parader devant la communauté internationale en «bon démocrate».

L’ignominieux Bellou Magochi est chargé de recruter cette nouvelle «opposition». C’est ainsi qu’il est entré en contact avec Mouigni Baraka Saïd Soilihi (Photo), mais leurs discussions achoppent sur les exigences de l’homme de Ntsoudjini, qui souhaite que le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri se sépare de son chien enragé Kiki. Mouigni Baraka Saïd Soilihi ne pose pas des conditions relatives au pays lui-même, mais sur le renvoi de son ancien «ami» devenu son pire ennemi. Cette exigence est déraisonnable aux yeux du «saigneur saignant» Assoumani Azali Boinaheri, très attaché à son chien enragé Kiki. Pourtant, c’est la seule exigence de Mouigni Baraka Saïd Soilihi pour se rallier au pouvoir.

N’oublions pas que Mouigni Baraka Saïd Soilihi sert de mère maquerelle entre la Députée Hadjira Oumouri (de son parti) et le bambochard Assoumani Azali Boinaheri, et était disposé à célébrer leurs épousailles.

     En revanche, l’abject Bellou Magochi n’a eu aucun mal à convaincre le mendiant Mahamoud CBE de rejoindre cette fausse «opposition» existant sur simple appui sur une touche de télécommande, devenant «l’opposant» qui voyage avec le dictateur qu’il est censé combattre. Voilà pourquoi Mahmoud CBE était dans les bagages du tyran à Erevan, Arménie. Bellou Magochi a également réussi à convaincre un ancien ami à lui, Assoumani Saandi, patron du parti Badili («Changement» ou «Changer»), dernier né des «partis politiques micro-ondes» et qui, manifestement, porte très mal son nom. Les vieilles habitudes commencent même avec un nouveau parti qui porte le nom de «Changement».

Ces faux opposants se sont réunis ce mercredi 17 octobre 2018 dans un faux dialogue avec le pouvoir, représenté par Ali Youssouf Mliva («Mliva» signifie «Celui qui paie», alors que la société d’assurances de Mliva n’a jamais indemnisé un client en cas de sinistre) et Houmed Msaïdié Mdahoma, pionnier mondial de «l’hermaphrodisme politique» et de «l’œcuménisme idéologique et partisan». Triste réalité pour un pays devenu triste.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 18 octobre 2018.

Powered by Comores infos