You are here: Home » Uncategorized » Mouigni Baraka interdit d’enterrer sa sœur à Mada

Mouigni Baraka interdit d’enterrer sa sœur à Mada

Mouigni Baraka interdit d’enterrer sa sœur à Mada

Assoumani Azali et Kiki ont de nouveau sévi par la haine

Par ARM

«Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent, quand un malheur les atteint: “Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons”. Ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur, ainsi que la miséricorde; et ceux-là sont les biens guidés»

(II, La Vache, 155-157).

     C’est avec une indicible et incommensurable douleur que nous avons appris la mort à Madagascar de Zalhata Saïd Soilihi, sœur de Mouigni Baraka Saïd Soilihi, ancien Gouverneur de la Grande-Comore. En cette douloureuse circonstance, la rédaction de ce site présente ses sincères condoléances au Gouverneur Mouigni Baraka Saïd Soilihi, à sa famille, à ses proches et à tous ceux et celles qui sont affectés par ce décès qui arrache à la vie une sœur à nous tous. Nous sommes nombreux à déplorer ce décès, qui frappe une personne aimée et appréciée à Ntsoudjini et ailleurs pour son humilité et son humanité. Nous prions Dieu d’accueillir la défunte dans Son Paradis.

Comme toujours, nous nous en remettons à Dieu quand nous sommes face aux malheurs, deuils et vicissitudes de la vie. «Certes nous sommes à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons».

Mais, ne mêlons pas Dieu à nos petitesses, gamineries et mesquineries terrestres. Ceci est d’autant plus vrai que le Rubicon vient d’être franchi dans le ridicule, l’horreur, le pathétique et le vulgaire par le Kiki, l’ancien docker de Dunkerque, le fou maudit qui a été le maquereau de la personne qu’il devait chérir d’un amour pur, lui qui a été capable de renier sa propre mère pour une autre afin d’acquérir frauduleusement et illégalement la nationalité française, lui qui a «obtenu» le même jour son «Master 2» et son «Doctorat» en «Intelligence économique» au lieu d’un décalage d’au moins 4 années, dans le meilleur des cas.

Dans une société dite conviviale, musulmane et prétendument démocratique, en plein mois sacré de Ramadan, le Kiki a osé empêcher Mouigni Baraka Saïd Soilihi de se rendre à Madagascar pour l’enterrement de sa propre sœur, Zalhata Saïd Soilihi, décédée dans la Grande Île voisine. Oui, tout cela au début d’un mois de Ramadan qui s’annonce décidément de peu d’esprit empreint de spiritualité et de partage.

J’ai dans mes archives la traduction que j’ai faite pour les besoins de «la cause» de la conférence de presse du «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri le 30 décembre 2015, à Fomboni, tout juste avant le début de la campagne électorale. Ce jour-là, le garçon fou de Mitsoudjé versait des larmes de crocodile sur l’ancien Premier ministre Mohamed Abdou Madi dit Mjamaoué, qui avait été empêché par les séparatistes anjouanais d’aller enterrer sa propre maman en plein délire séparatiste à Anjouan: «Vous connaissez l’affaire de l’Anjouanais mort dont on a empêché le rapatriement du corps à Anjouan. Ce ne sont pas des choses qu’on peut dire aujourd’hui. Il se passait des choses à cette époque. Il nous fallait intervenir pour que le corps du mort puisse être rapatrié à Anjouan, même sans le moindre accompagnement, pour qu’il puisse être enterré à Anjouan. Vous vous rappelez de Mohamed Madi Mjamawé, qui avait perdu sa mère et qui ne pouvait se rendre à ses funérailles».

Alors, au-delà de la politique, pourquoi notre frère Mouigni Baraka Saïd Soilihi ne peut pas aller enterrer sa sœur Zalhata Saïd Soilihi à Madagascar? Pourquoi, alors que le Gouverneur Mouigni Baraka Saïd Soilihi ne fait l’objet d’aucune mesure judiciaire scélérate et criminelle comme il en pleut ces derniers temps aux Comores? La police politique, placée à l’Aéroport de Hahaya, s’est fendue d’un prétendu contrôle des ressources, exigeant chèques de voyage et réservation d’hôtel, se substituant au Consulat et aux services de migrations malgaches! Et pendant que tout cela arrive, il est un homme qui se tait: le Mufti-Cardinal, qui est de la même et prestigieuse ville de Ntsoudjini que Mouigni Baraka Saïd Soilihi et sa défunte sœur. Oserait-il prononcer une prière pour le repos de l’âme de la défunte, lui qui a l’oreille du «concubinocrate» Assoumani Azali Boinaheri et qui se complaît dans la lâcheté et le silence?

Paix à l’âme de notre sœur Zalhata Saïd Soilihi.

Au moment où se déroule ce drame, Mohamed Ali Soilihi est rentré ce dimanche 20 mai 2018 aux Comores, après un important voyage à l’étranger pour sensibiliser la communauté internationale sur le deuil répandu actuellement aux Comores par le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri et sa famille, mus par leur volonté obsessionnelle de rester au pouvoir jusqu’à «l’horizon 2030». Avant de rentrer chez lui, à Iconi, Mohamed Ali Soilihi s’était arrêté à la résidence d’Ahmed Sambi, à Voidjou, pour des salutations fraternelles. Il a trouvé l’ancien et inévitable prochain Président en compagnie de ses camarades de séquestration, avant que les militaires ne lèvent leur siège. Ce retour aux Comores est un acte de courage et de bravoure, en ceci qu’il signifie que les mesures d’intimidation de la «Ripoux-blique» de Mitsoudjé n’impressionnent personne.

Il restera aux mendiants qui prêchent le faux pour connaître le vrai de réfléchir avant d’écrire des insanités sur la prétendue peur que suscite le fou de Mitsoudjé. Personne ne va fuir les Comores à cause d’un fou maudit appelé à mourir dans un flot de sang, son propre sang, après avoir répandu celui des autres.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 20 mai 2018.

Powered by Comores infos