You are here: Home » Uncategorized » Mourant, Azali Assoumani insulte la France

Mourant, Azali Assoumani insulte la France

Mourant, Azali Assoumani insulte la France

Kiki et Djaanfar Saïd Ahmed l’ont déjà enterré

Par ARM

     Depuis quelques jours, les Comoriens cherchent à connaître les raisons qui ont conduit le voyageur intergalactique Azali Assoumani à se précipiter aux Comores alors qu’il était pour de nombreux jours à l’étranger. Sur le sujet, il y a eu des supputations, conjectures, rumeurs de bouchères et bruits de chiottes, mais la vérité n’avait pas été tout de suite percée. Pourtant, elle vaut d’être connue des Comoriens. La voici: alors qu’il était à l’étranger, l’usurpateur comorien a été interpellé par une superpuissance occidentale sur les saletés et immondices de son beau-frère Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Au feu!), frère de sa deuxième femme, Moi-Nourou, et Kiki sur le trabendo par milliers de passeports comoriens au Moyen-Orient. C’est devenu très sale. La chose est très sale. Les grandes puissances n’en peuvent plus. Les grandes puissances n’en veulent plus. Ce sont des milliers et des milliers de passeports que ces deux trous du cul vendent au Moyen-Orient en dehors de tout contrôle national ou international.

En la matière, le frère Abdallah Agwa a attiré l’attention des Comoriens en disant que Kiki était en train de commettre les pires saletés en la matière, en plus du trabendo de visas Schengen. Ce qu’il n’a pas dit, c’est qu’il se livre à cet immonde trabendo avec la complicité du beauf Djaanfar Ahmed Saïd Hassani (Au secours!), qui profite de son statut de beauf pour se livrer aux magouilles qui ont déjà fait sa sinistre réputation de pédophile depuis qu’il sévissait au Tribunal de Moroni, à la grande honte de tous les vrais juristes que comptent les Comores.

Le rappel à l’ordre du dictateur Azali Assoumani par la superpuissance occidentale tombe au mauvais moment, juste après la profération d’injures envers la France par le même tyran des Comores. Et s’il comptait sur Bellou, supposé être son premier collaborateur, pour le protéger, il en sera à ses frais puisque c’est ce garçon qui a divulgué les graves insultes de son chef envers la France. Et, ce n’est guère fini parce que les vols d’argent public par des gens du pouvoir ont empêché leur chef, mourant, de continuer ses déplacements pour se faire soigner à l’île Maurice; d’où un retour précipité à Port-Louis, pour ne pas mourir avant Ambari qui, elle aussi, est vraiment mal en point. Très mal en point. Il lui arrive de ne même pas pouvoir marcher, et les langues de vipères s’interrogent pour savoir qui va enterrer l’autre.

Les mauvaises nouvelles pouvant achever prématurément le dictateur de Moroni s’enchaînent. Pourtant, les roquets de «Bête-Salam» avaient annoncé la chose comme s’il s’agissait de la réalisation immédiate de leur «émergence émergente du pays émergent»: la visite de dirigeants du Groupe Duval à «Bête-Salam» (Photo). Les griots de «Bête-Salam» s’étaient empressés de claironner et de pérorer: «Le Groupe Duval, qui appartient à 100% à la famille Duval, représente pour l’année 2016, 17 milliards d’euros d’actifs, 3.000 collaborateurs en France et 650 filiales à travers le monde. Monsieur Duval a aussi présenté le volet humanitaire de son entreprise dans les pays où le Groupe a des activités».

Tout ceci est bien dit, même très bien dit, mais, jusqu’au moment où la journaliste Faïza Soulé Youssouf a décidé de retrouver la liberté de ton et les accents qui lui avaient valu les déboires que l’on sait lors du régime politique honni des Mohéliens de «Bête-Salam», eux-mêmes honnis. Impitoyable, avec une absence totale de charité et sans tenir compte du fait que le tyran Azali Assoumani est mourant, elle enfonce le clou sur Facebook: «Éric Duval, l’homme d’affaires français reçu par le président de la République dans le courant de la journée d’hier traîne comme qui dirait quelques casseroles. Et elles sont plutôt bruyantes. Il est pourtant, présenté comme celui, au vu des projets envisagés, par qui l’émergence tant vantée, arrivera.

     Selon Médiapart, dans un article publié en 2014, Éric Duval, puissant promoteur immobilier français est “aussi Grand Prieur, au sein de l’ordre Saint Jean de Jérusalem”, un “faux ordre de Malte basé à Sao Tome”. Un faux Ordre donc, répétons-le. Toujours selon le journal, “c’est un ordre autoproclamé”. “Leurs décorations sont des médailles en chocolat. Ils ne sont pas reconnus par l’Ordre de la Légion d’Honneur, ni par le Vatican qui l’a inscrit dans sa liste des faux ordres”.

Par ailleurs, Éric Duval est aussi soupçonné de corruption au Cambodge. Il a littéralement arrosé d’argent certaines personnes haut placées. Ce n’est pas moi qui le dis mais Médiapart. Il est visé par “par une enquête préliminaire pour des soupçons de corruption d’agents publics cambodgiens”. Une plainte a été déposée au tribunal de Nanterre par un ancien représentant de Duval à Phnom Penh, “et une enquête préliminaire a été ouverte pour faux, falsification et usage et escroquerie”.

Il ne faudrait pas dire, comme l’ancien ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve, actuellement Premier ministre que “les alertes, nous les avons reçues après”. Cazeneuve a été bien gêné à l’époque (l’article a été rédigé en 2014). Et puis, si Azali Assoumani était tenté de décorer le multimillionnaire français, il faudrait lui souffler de ne pas accepter qu’Éric Duval lui rende la politesse. Pour ce qui est de la corruption, de un, il nous faut respecter la présomption d’innocence et de 2, vous et moi sommes sûrs que les Comoriens ont bien des défauts mais reconnaissons leur une qualité: ils sont incorruptibles et se tiennent droit».

Soyons bonnes filles. Ne soyons pas chiens. Pendant que le dictateur Azali Assoumani est en train de mourir, nous n’allons pas l’achever. Les siens s’en chargent très bien: son beauf et «ministre de l’Économie», son «ministre de l’Intérieur» et le Directeur de son Cabinet. Il ne reste qu’à lui présenter des félicitations pour le choix lumineux de sa lumineuse équipe.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 4 avril 2017.

Powered by Comores infos