You are here: Home » Actualités » Mtswahuwa: Le président comorien est rentré à la maison sain et sauf

Mtswahuwa: Le président comorien est rentré à la maison sain et sauf

Mtswahuwa: Le président comorien est rentré à la maison sain et sauf
Le président des Comores vient de rentrer chez lui cet après-midi à bord d’Ethiopian Airlines sous une intertropicale. L’avion a atterri à l’heure précise vers 13h.

Arès les encouragements et les ovations de tous les fonctionnaires, contraints d’être présents à l’occasion sous peine d’être suspendu, le président Mtswahuwa, Boina Azali Assoumani a passé en revue tous les les notables appâtés par les bahachs qui n’ont pas lésiné sur les moyens afin d’impressionner leur champion. Débout, vêtus de leurs beaux accoutrements traditionnels, djoho, boushouti na djouba, ils criaient leur joue pour galvaniser un président qui était donné mourant il y a quelques jours et par miracle, par la puissance du tout puissant, il est revenu d’entre nous… Mais quelle joie ! Justement les internautes ont apprécié le jeu de mot de l’ami du président M.Daouda Halifa qui a écrit : « justement les obsèques du président AZALI n’auront pas lieu à Mitsoudjé parce qu’il n’est pas mort ». Fantastique et quelle poésie!
 Les Comoriens eux aussi sont heureux de voir le président en plein possession de ses moyens, mais en toute vérité, la majorité d’entre eux rejette ce président qui les humilie au quotidien.
Après avoir remercié ce beau monde venu l’accueillir, le président a prononcé un cour discours au terme du quel il a lu le verset 113( AlFalak-l’aube naissant), alors qu’habituellement depuis 2 ans, c’est le verset 93 (ad-duha ou le jour le jour important). Pour comprendre la logique et la motivation de ces deux versets, le premier est une demande de protection divine. C’est-à-dire que pour faire face à la maladie et les ennemis, AZALI implore le tout puissant de lui accorder une protection blindée contre le mal, les sorciers, les envieux et l’obscurantisme. Dans cette logique, il oublie qu’il est dit dans le coran ceci « ; Chaque peuple mérité les responsables qui lui ressemblent. » En clair, chaque peuple choisi ses semblables. Mais là encore, ce n’est pas étonnant si ce peuple souhaite la mort à son propre président car des barbaries sont commises par ce même peuple et pourtant, aucune justice n’est rendue à sa juste hauteur. Pour rappel, l’Armée comorienne avait tué un des siens(le capitaine Apach) et sa dépouille a été écartée, exhibée sur le capot d’un véhicule qui faisait le tour dans les rues de la capitale Moroni dans un pays dit musulman. L’objectif était d’humilier une dépouille profanant les écritures saintes. Le voilà aujourd’hui qui implore le seigneur par Le Coran.

Souvenez-vous encore qu’un des chauffeurs du gouverneur Mouigni a été exécuté d’une balle dans la tête par collegue au sein du de la résistance et de surcroît dans la ville du Mufti. Sans que justice ne soit rendue. Et paradoxalement, l’autre sourate, Ad-Duha a le mérite de rappeler l’homme ce qu’il était et ce qu’il est devenu. Dieu dit, « tu étais orphelin, pauvre, abandonné dans l’obscurantisme et aujourd’hui je t’ai enrichi et sorti de la pénombre et en retour vous devez aider et aimer les autres ». Mais au regard, la politique conduite par l’intéresser, elle fait le lit de la répression, des gouvernoratabus et des violations des règles démocratiques et de droits humains. Au regard de ces deux versets on peut en conclure qu’il se passe des choses dans le subconscient du chef de l’état pour avoir choisi versets qui sont aux antipodes de ce qu’il est.

 Selon des informations, il devait rester un mois pour bien se soigner mais les conseillers préfèrent le paraître que la réalité. Si j’avais un conseille à lui donner, demain il devrait prendre l’avion pour se rendre en chine pour voir un tradi-praticien qui pourrait l’aider à trouver la guérison. Il est de retour au pays et maintenant ?
Mbadakome

Powered by Comores infos