You are here: Home » Actualité » Mzimba, Damed Kamardine et Abdillah Saandi Kemba

Mzimba, Damed Kamardine et Abdillah Saandi Kemba

Mzimba, Damed Kamardine et Abdillah Saandi Kemba

Voici ce qu’ils doivent savoir afin de continuer leur enfumage

Par ARM

       Ibrahim Ali Mzimba, le champion du monde toutes catégories du conflit d’intérêts, a perdu le sommeil. Le pauvre chéri… Il a appris par une rumeur infondée que Maître Fahmi Saïd Ibrahim, l’homme qu’il aime le plus obsessionnellement détester, haïr, calomnier, diffamer et dénigrer, sera nommé ministre dans un prétendu «gouvernement en cours de formation». Depuis, il ne dort plus et fait le pied de grue chez Fakri Mahmoud Mradabi, le chef des prétendus services secrets des Comores (Ouf! Allons bon!). En plus de sa mendicité chez Fakri Mahmoud Mradabi, «James Bond» l’agent 007, Ibrahim Ali Mzimba donne de l’argent à Damed Kamardine et à Abdillah Saandi Kemba pour balancer sur les réseaux sociaux tout ce qui leur passe par la tête afin de discréditer Maître Fahmi Saïd Ibrahim.

Abdillah Saandi Kemba a une usine d’injures: Comoresfax.site. Comme il est payé pour calomnier et insulter les gens et que cela, un jour, lui coûtera très cher, Abdillah Saandi Kemba a peur d’assumer ses actes, et s’en cache comme un lâche. Damed Kamardine, nommé maître de cérémonies chez Ibrahim Ali Mzimba, qui lui a même donné l’autorisation d’y faire fonctionner son club d’homosexuels voulant cacher leur orientation sexuelle alors que chacun est libre d’avoir la vie sexuelle qu’il veut (ceux qui ne le supportent pas sont des fanatiques intolérants et zélés), agit à visage découvert. Pour l’argent d’Ibrahim Ali Mzimba, il est prêt à tuer père et mère et à proclamer le vendredi à midi à la mosquée que Dieu n’existe pas.

Abdillah Saandi Kemba pousse tellement le mercenariat de la plume et l’acharnement haineux qu’il prétend que dans les secondes qui suivent, Maître Fahmi Saïd Ibrahim va être arrêté par la Police pour avoir prétendument nommé Consul honoraire à Monaco Mme Wazina Zina Ahmed Idriss, épouse divorcée de longue date d’Idriss Deby Itno. En la matière, Ibrahim Ali Mzimba et ses «écrivains» Abdillah Saandi Kemba et Damed Kamardine ne savent pas que la décision de nommer Mme Wazina Zina Ahmed Idriss, n’a jamais été appliquée, et a été abrogée par celle faisant d’elle Conseiller aux Affaires étrangères, dont on voit la trace sur le passeport de son fils, mineur: «Fils du Conseiller du Conseiller aux Affaires étrangères».

Alors, expliquons à Ibrahim Ali Mzimba, Abdillah Saandi Kemba et Damed Kamardine:

1.- En Droit, comme on l’enseigne en Première Année, existe un procédé appelé l’abrogation. L’abrogation est expresse lorsqu’elle est explicitement énoncée dans un texte nouveau par l’autorité compétente pour signifier qu’elle met fin à un texte antérieur. Elle est tacite ou implicite quand un nouveau texte de Droit a de dispositions juridiques incompatibles avec celles du texte antérieur. La décision de nommer Mme Wazina Zina Ahmed Idriss Consul honoraire à Monaco a été abrogée avant son application par celle la nommant Conseiller aux Affaires étrangères.

2.- Par ailleurs, l’État d’envoi a le droit de nommer des personnalités étrangères Consuls honoraires. Il leur accorde sa nationalité et un passeport diplomatique: «1.- Les fonctionnaires consulaires auront en principe la nationalité de l’État d’envoi. 2.- Les fonctionnaires consulaires ne peuvent être choisis parmi les ressortissants de l’État de résidence qu’avec le consentement exprès de cet État, qui peut en tout temps le retirer. 3.- L’État de résidence peut se réserver le même droit en ce qui concerne les ressortissants d’un État tiers qui ne sont pas également ressortissants de l’État d’envoi» (Article 22 de la Convention de Vienne du 24 avril 1963 sur les relations consulaires). La mention «les ressortissants d’un État tiers qui ne sont pas également ressortissants de l’État d’envoi» signifie que le fonctionnaire consulaire peut être un étranger. Au Maroc, la plupart des Consulaires honoraires des pays d’Afrique Noire sont originaires de la ville de Fès, la capitale spirituelle du Royaume.

2.- Il est permis aux autorités d’un État de recourir à des Conseillers étrangers.

3.- Ali Soilihi disait combattre la France, mais avait des Conseillers français: Hervé Chagnoux, Camarade Antoine, et Yves Lebret (Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire).

4.- Les Présidents Ahmed Abdallah Abderemane et Saïd Mohamed Djohar avait pour Conseiller juridique le Sénégalais Mamadou Sy.

5.- Le Conseiller à la Sécurité de Saïd Mohamed Djohar était l’officier français Kister.

6.- Le Président Mohamed Taki Abdoulkarim avait un Conseiller français: M. Bozon.

7.- Kiki, actuel ministre de l’Intérieur de la dictature, a un Conseiller français, un Blanc très voyant et visible sur les photos.

8.- Le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali, petit-fils de Boinaheri, se rendant à l’ONU en compagnie de l’écrivain Charles Onana, fait de ce dernier un Conseiller.

9.- Au Maroc, le Roi Hassan II, pour restructurer sa Garde royale, avait demandé et obtenu du Président Georges Pompidou le détachement à Rabat de Raymond Sasia, ancien garde du corps de Charles de Gaulle, en tant que Conseiller.

Donc, la polémique créée contre Maître Fahmi Saïd Ibrahim est un événement uniquement pour les personnes qui ne connaissent ni les réalités du Droit, ni les nécessités de pouvoir et de la diplomatie. Ibrahim Ali Mzimba, Abdillah Saandi Kemba et Damed Kamardine se ridiculisent auprès des juristes parce qu’ils étalent leur ignorance crasse. Je suis prêt à les affronter dans une visioconférence publique, et je suis certain qu’au bout de 5 minutes, ils auraient tellement honte qu’ils prendraient la fuite. Je les défie. Je les attends.

Messieurs, quand on ne maîtrise pas un sujet, on s’informe au préalable ou on l’évite. C’est tout. Ces gens-là ne sont pas connus comme spécialistes en Diplomatie et Institutions publiques, mais s’invitent sur un sujet sur lequel ils n’ont aucune compétence. Bon courage…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Mardi 27 avril 2021.

Powered by WPeMatico