You are here: Home » Actualité » Naoufal Boina voulut tuer Mondoha Maoulida par vaccin

Naoufal Boina voulut tuer Mondoha Maoulida par vaccin

Naoufal Boina voulut tuer Mondoha Maoulida par vaccin

Du projet d’assassinat à l’acharnement sur Mondoha Maoulida

Par ARM

       Le «Colonel Médecin» Naoufal Boina de Hahaya, propriétaire du Service de Santé militaire (SSM), a «mérité» son titre de «Docteur Josef Mengele des Comores». Il est devenu le digne successeur du tristement célèbre «Docteur» nazi, connu pour ses expérimentations «médicales» meurtrières d’extermination sur les prisonniers. Naoufal Boina a même imposé la double peine au Lieutenant Mondoha Maoulida, à qui il a infligé une 2ème dose de vaccin chinois Sinopharm le même jour. Le «Docteur Josef Mengele des Comores» Naoufal Boina avait demandé à 5 militaires de mobiliser le pauvre Mondoha Maoulida et l’empoisonner.

Après, il ne fallait pas que Mondoha Maoulida se plaigne de cet empoisonnement forcé. Il ne fallait pas qu’il s’en inquiète après avoir reçu le même jour deux doses du même vaccin Sinopharm, dans des conditions d’une violence barbare, sauvage et inouïe. Que s’est-il passé? Le Lieutenant Mondoha Maoulida, après avoir reçu du «Colonel Médecin» Naoufal Boina l’ordre de se faire vacciner, produit une attestation de l’Hôpital El Maarouf de Moroni prouvant qu’il avait déjà été vacciné le même jour. Mal lui en prit: fou de colère, le «Colonel Médecin» Naoufal Boina déchira sur-le-champ l’attestation et ordonna à ses subordonnés de l’empoisonner de force. Cinq militaires attrapèrent ce dernier comme un vulgaire malfrat et on le vaccina une fois de plus, le même jour. C’est un empoisonnement, un assassinat raté…

Pourtant… Pourtant… Oui, pourtant, le Docteur Charaf, un autre médecin, avait bien confirmé par téléphone que Mondoha Maoulida avait bel et bien été vacciné à El Maarouf le même jour. Il ne fallait pas faire comprendre à Naoufal Boina, qui considère le SSM comme sa propriété privée, que conformément à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, «tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne» (Article 3). Non, la seule vie qui compte au SSM et ailleurs est celle de Naoufal Boina. La seule volonté aussi.

Après son empoisonnement forcé, Mondoha Maoulida partit rapporter son cas à l’Hôpital El Maarouf, où il avait reçu le même jour son premier vaccin, et surtout pour demander un autre justificatif de sa vaccination, le premier justificatif ayant été tout simplement déchiré par le Roi Naoufal Boina. L’Hôpital El Maarouf décida de le garder en observation, jugeant inquiétante une telle situation. L’affaire fait bien sûr grand bruit, se répandant comme une traînée de poudre, étant commentée même à la Réunion et ailleurs, à l’étranger.

Ha! Qu’est-ce qu’il ne fallait pas attendre! Le Roi Naoufal Boina décida de passer à la vitesse supérieure, d’infliger une deuxième peine au Lieutenant Mondoha Maoulida: la suspension de ses fonctions, en attendant de passer devant un Conseil d’enquête pour une radiation pure et simple de la fameuse Armée nationale de Développement (AND). Le prétexte? Il ne fallait pas que le Lieutenant Mondoha Maoulida aille se plaindre à El Maarouf. Il fallait qu’il reste au SSM pour que «s’occupent» de lui ceux-là qui, sur ordre de Naoufal Boina, l’ont maltraité, humilié, attrapé comme un moins que rien pour l’empoisonner.

Qui serait resté dans un SSM tombé dans la folie et dans le nazisme «médical»? Il se fout bien du monde, ce Naoufal Boina-là! Naturellement, l’affaire faisant grand bruit, il en fait porter la responsabilité sur Mondoha Maoulida et sa famille, pour «médiatisation excessive»! Il est coupé des réalités et du monde pour oser imaginer qu’une telle affaire pouvait passer inaperçue. Il est fou, Naoufal Boina… La faute à qui?

L’AND est tuée par les abus et l’injustice, mais là, elle a touché le fond! Comment le «Colonel Sorcier en amulettes malgaches» Youssoufa Idjihadi dit «Youssoufa Mfamanga», «Youssoufa-Poisson-séché» (ancien vendeur de poisson séché au marché), chef d’État-major de l’AND, peut laisser Naoufal Boina faire ainsi la pluie et le mauvais temps au SSM, détruire tout simplement ce service, des destins et des vies? On savait le pays dans l’injustice la plus criante. Mais, le cas évoqué prouve que cette injustice n’a pas d’exception, pas même dans l’institution militaire supposée être le garant de la Défense et de l’ordre. Il suffit d’être haut placé, d’avoir un galon pour se croire supérieur à tout et à tous, abuser de ses subordonnés qu’on est censé défendre, faire régner sa propre Loi, celle de la jungle.

Naoufal Boina devrait être humble et se rappeler que, dans un passé récent, il avait fui le pays et la Justice après des vols et détournements d’argent public au SSM. Il devrait avoir en tête cette époque où, en France, il dormait au salon de sa «sœur» et trichait dans le métro. Quelques années plus tard, il retourna au SSM par la magie des compromissions politiques. Et, on mit une croix sur son dossier criminel au Tribunal.

Si les voleurs peuvent retourner détruire des vies et des destins au SSM dans l’impunité, qu’il comprenne que ceux radiés injustement et haineusement y auront facilement leur place demain. Ça va venir. Demain, lui-même retrouvera la place qu’il mérite en prison, au grand soulagement du pays et du SSM.

Ce n’est pas la première fois que Naoufal Boina en veut à Mondoha Maoulida et veut le tuer. Dès que ce dernier rentra de sa formation de Médecine au Maroc, Naoufal Boina a tout fait pour qu’il ne soit pas admis au SSM, allant jusqu’à le faire passer (déjà!) devant un Conseil d’enquête. Les motifs invoqués par le Roi Naoufal Boina étaient tellement ridicules et farfelus que les membres du Conseil d’Enquête en riaient. Mondoha Maoulida a vite retrouvé du service. Cette fois, Naoufal Boina récidive avec sa haine et son acharnement haineux.

De forts soupçons pèsent sur ce Naoufal Boina-là sur la mort du Commandant Djamani dans son bureau du SSM. Il n’y eut bien sûr aucune enquête. Avec une telle impunité, il se croit surpuissant, dans un laxisme total. Il est soutenu politiquement, car tout le monde sait qu’il n’a de militaire que ce galon qui l’a rendu fou. Il n’a ni formation, ni éthique en matière militaire. Il vient de pisser sur le Serment d’Hippocrate en voulant tuer un être humain, un collègue. Où est l’Ordre des Médecins pour déclarer ce tueur indigne d’exercer la Médecine?

Il affirme avoir tous les droits, y compris un droit de cuissage et un droit de vie et de mort sur son entourage, dans sa propriété privée qu’est le SSM. Mais, tout a une fin. À coup sûr, la sienne non seulement viendra, mais en plus ne sera pas radieuse.

En tenue, Naoufal Boina dans un meeting d’Assoumani Azali en 2019

Il croit avoir mis la main sur la poudre de perlimpinpin et sur le pompon juste parce qu’il assistait en 2019 aux meetings du dictateur Assoumani Azali Boinaheri en tenue militaire. Qu’il se détrompe! Il est attendu au virage. Ceux qui l’y attendent ne le rateront pas.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 5 août 2021.

Powered by WPeMatico