You are here: Home » SOCIÉTÉ » Navigation aérienne  L’Aimpsi et Ethiopian Airlines « en conflit ouvert»

Navigation aérienne  L’Aimpsi et Ethiopian Airlines « en conflit ouvert»

Société |  16/10/2020 – 

image article une

Selon le directeur général de l’Adc, toutes les compagnies desservant l’aéroport de Hahaya qui ont des créances se sont engagées dans des protocoles d’apurement à l’exception d’Ethiopian Airlines qui décline tout processus d’apurement de sa dette, s’élevant à plus de 100 millions de francs comoriens. Un conflit qui pourrait se durcir dans les prochains jours.

Lors d’un atelier de sensibilisation sur la réactualisation des données aérodromes, tenu en début de semaine à l’hôtel Golden Tulip, le directeur général des Aéroports des Comores (Adc), Yasser Ali Assoumani a fait part d’un conflit ouvert lié à un différend financier avec la compagnie aérienne, Ethiopian Airlines.

Il a déclaré que la compagnie éthiopienne doit “une créance à l’Aimpsi qui s’élève à hauteur de plus de 100 millions de francs comoriens”. Une situation qui risque de “compromettre les relations entre la compagnie et le gestionnaire des aéroports des Comores”. L’encours remonte à la période 2017-2019”.

Il a rappelé que cette créance de la compagnie Ethiopian Airlines remonte de 2017 à 2019, et depuis cette période, la compagnie n’a jamais fait un geste pour se débarrasser de cette dette. “Même si la compagnie respecte ses engagements ces derniers temps, mais cela ne va pas dire que l’Adc peut négliger des recettes de plus de 100 millions de francs comoriens”, déclare-t-on.

Selon le chargé de communication des Aéroports des Comores, Karimou Abdoulwahab, la plupart des compagnies aériennes (nationales et internationales) desservant les aéroports des Comores ont des encours auprès de l’Adc. Mais toutes ces compagnies se sont engagées à travers des protocoles de remboursement mensuel de leurs dettes avec l’Adc. Chaque compagnie, lors du règlement de sa facture mensuelle, a un montant fixe à payer pour parvenir à apurer sa dette pendant une durée convenue.

Un rapport de la section des comptes de la Cour suprême sur la gestion de l’Ampsi, publié le mois de septembre dernier a révélé des créances de l’Aimpsi auprès des compagnies aériennes qui représentent un manque à gagner de plus de 1 milliard de francs pour l’aéroport de Hahaya.

Parmi ces mauvais payeurs, on retrouvait la défunte compagnie yéménite, Yemenia Airways, la compagnie malgache, Air Madagascar et Kenya Airways.
Au niveau national, ce sont les compagnies AB-aviation et Com’air Assistance qui représentaient plus de créances auprès du gestionnaire de l’aéroport de Hahaya.

Alwatwan

Powered by WPeMatico