You are here: Home » Actualité » Notre Mohamed Hassanaly, enterré dignement sans eux

Notre Mohamed Hassanaly, enterré dignement sans eux

Notre Mohamed Hassanaly, enterré dignement sans eux

Les ingrats Bianrifi Tarmidi et Chabouhane Baguiri ont fui

Par ARM

       Pour l’enterrement de notre héros national Mohamed Hassanaly à Fomboni, le samedi 2 janvier 2021, s’il n’y avait pas les restrictions en matière de circulation, 99,99% des Mohéliens auraient assisté à la cérémonie funéraire. Dès lors, l’absence des opportunistes ingrats que sont Bianrifi Tarmidhi et Chabouhane Baguiri n’a même pas été remarquée. Qui se rabaisserait à compter sur la présence de deux créatures sans morale, ni éthique à un tel évènement? On s’en moque. Seulement, ces deux créatures ont manqué une occasion pour essayer de se rapprocher de la Communauté des Musulmans. Pour ne citer qu’un seul exemple, Bianrifi Tarmidhi n’avait été nommé Premier ministre en 2000 qu’à la demande de feu Mohamed Hassanaly qui, dans un geste de grand Seigneur, avait tenu à ce que le poste soit attribué à un cadre qui ne soit pas originaire de l’axe Fomboni-Djoiezi, souvent accusé d’hégémonisme à Mohéli.

Ce samedi 2 janvier 2021, le «ministre premier» Bianrifi Tarmidhi était bien chez lui, à Nioumachioi, Mohéli, mais a refusé d’assister aux funérailles de celui qui l’avait hissé à sa plus haute fonction. C’est un opportuniste ingrat. Pourtant, il ne faut s’étonner de rien en ce qui le concerne. Une personne originaire de sa ville de Nioumachioi est morte à Saint-Brieuc, en France. L’avion transportant son corps doit atterrir le lundi 4 janvier 2021, à 13 heures 30, à l’Aéroport de Hahaya. La famille de la personne morte a supplié Bianrifi Tarmidhi pour qu’une dérogation spéciale puisse permettre l’acheminement du corps de Hahaya à Bandar-Es-Salam dans un avion spécial sans le moindre passager. La famille était prête à louer cet avion. Bianrifi Tarmidhi a refusé sec. Autrement dit, le corps d’un mort fait 7.835 km de trajet de l’Aéroport de Roissy à celui de Hahaya, mais est interdit de faire le parcours final de 60 km entre la Grande-Comore et Mohéli. Quelle humanité! Quelle grandeur d’âme!

Ce lundi 4 janvier 2021, Bianrifi Tarmidhi sera frais et dispos pour accueillir son chef, le dictateur fou et terroriste Assoumani Azali Boinaheri, à Mohéli, pour un énième déplacement inutile. Donc, même les dépouilles mortelles sont interdites de se rendre à Mohéli, mais le dictateur fou et terroriste peut braver les interdits. Belle leçon d’égalité entre les citoyens dans «un pays démocratique»…

Dans la vie, il n’y a pas de place pour le hasard, mais pour le Destin. En 2010, Bianrifi Tarmidhi était candidat à l’élection présidentielle. Son colistier n’était autre que Chabouhane Baguiri, qui avait été celui du fugitif international Hamada Madi Boléro jusqu’à la dernière seconde, avant de rejoindre clandestinement et dans la trahison Bianrifi Tarmidhi. Ce dernier avait été classé à la troisième place et passait au second tour. Son recours à la fraude électorale avait provoqué sa disqualification, au profit du Docteur Abdou Djabir. Il avait intenté un recours auprès de la Cour constitutionnelle. Or, avant que cette institution ne statue sur la question et ne s’y prononce, le troisième larron, en la personne d’Ibrahim Ali Mzimba, son colistier pour la Grande-Comore, avait rejoint le candidat Ikililou Dhoinine. Charmante mentalité.

Par ARM

Le copier-coller a définitivement tué la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Dimanche 3 janvier 2021.

Powered by WPeMatico