You are here: Home » Uncategorized » Nouvelle vantardise de Darchari Mikidache et agacement

Nouvelle vantardise de Darchari Mikidache et agacement

Nouvelle vantardise de Darchari Mikidache et agacement

Le peuple commence à détester et à mépriser le mégalomane

Par ARM

      Un vantard, ce Darchari Mikidache-là. Avec les nuances qui s’imposent, il est également hâbleur, fanfaron, suffisant, bluffeur, nombriliste, adepte de la forfanterie, mégalomane, arrogant, mythomane et narcissique. Il n’écrit pas pour informer ou désinformer, mais pour parler de lui-même et se valoriser. En véritable «Comoricain», il n’argumente pas mais pérore, ergote, persifle, donne des leçons et radote. Doté de prétentions intellectuelles et professionnelles démesurées, chaque jour que Dieu fait, il se pose en sauveur de la nation comorienne et se positionne en sauveteur de l’État comorien. Avant, on disait de lui: «Je ne le supporte pas. Il m’insupporte». Aujourd’hui, on dit de lui: «C’est plus fort que moi, je ne l’aime pas». Chaque jour, il inonde Facebook d’au moins 20 de ses photos. Il s’aime trop et s’admire. Narcisse dans ses meilleurs jours…

Le pauvre chéri! Il est en mal de reconnaissance. Il faudra qu’un jour, il puisse voir le peuple soulever la lèvre inférieure en signe de mépris à son égard. Une certaine tendance à l’exagération le conduit à se présenter comme «Économiste, Fiscaliste, Inspecteur des Finances, Président du think-tank Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CÉEC)». Dieu soit loué. Il est le chantre de l’autocélébration, de l’auto-proclamation et de l’autoglorification. Quand il parle d’un «Think Tank» (Groupe de réflexion ou laboratoire d’idées), cela aurait dû supposer qu’il travaille avec d’autres «économistes et experts comoriens». Or, il ne travaille qu’avec lui-même, se répandant en vantardises infantiles sur ses prétendues «solutions» sur tout ce qui touche le développement des Comores. Il sait tout!

En quelques années, il s’est fait une spécialisation: l’expert autoproclamé en tout ce qui dépasse sa «compétence» et «expertise». On retrouve sous sa plume des titres d’une mégalomanie narcissique épouvantable: «La volonté politique est déterminante pour lutter avec efficacité contre la corruption», «Le combat contre le fléau de la corruption doit se mener avec détermination, pédagogie et exemplarité pour un développement économique crédible des Comores», «La volonté politique est déterminante pour lutter avec efficacité contre la corruption» (Ouf! Ouf!), toutes choses signifiant qu’il a toutes les solutions pour tous problèmes des Comores. Très drôle.

Au début de chaque régime politique aux Comores, il dit à tout Comorien qu’il croise à Paris et banlieues: «Mon cher, tu es ministrable». Voire…

Alors que les Comoriens s’interrogent sur le devenir de leur pays à cause des prétendues assises, Monsieur en a trouvé un nouveau filon pour pouvoir crâner, parader et plastronner devant les gens, ignorant le mépris des Comoriens à son égard. Il a fait de sa nomination au crapuleux Comité devant piloter les assises de la Grande-Comore une lumière pour éclairer l’humanité pour l’éternité, alors que les Comoriens aimant leur pays ont pris leurs distances à l’égard d’un projet qui va faire imploser l’État comorien. Dès qu’il apprit la nouvelle de sa nomination, il est devenu encore plus gommeux, plus jeune premier.

Le voilà envoyant à ses amis le message puéril suivant: «Chers Amis. Le décret présidentiel de nomination des membres du Comité de Pilotage des Assises Nationales (CPAN) vient d’être publié avec mon nom en tant que membre à part entière. Excellente journée. Une réunion doit être organisée bientôt par le Secrétariat Général de la Coordination. Je n’avais pas postulé au poste. Mais je dois assumer mes responsabilités face au devoir national et aux enjeux engageant l’avenir des Comores. Je vous remercie pour votre confiance. Je mesure la difficulté de la mission en représentant près de 300.000 âmes expatriées. Je compte sur votre soutien. Darchari MIKIDACHE».

Maintenant, il fait dans le banditisme et dans la malhonnêteté intellectuelle, voire dans la malhonnêteté tout court. En effet, contrairement à ses affirmations scélérates et fallacieuses, il a toujours quémandé un poste bidon dans ces assises, à un moment où il fallait un Anjouanais de service. Que son secrétariat général de coordination se réunisse ou pas, voilà qui n’est pas de nature à intéresser les Comoriens. Darchari Mikidache doit être plus précis quand il prétend qu’il va assumer ses «responsabilités». Il s’agit de quelles «responsabilités», s’il-te-plaît? Depuis quand participer à la destruction de son pays peut-il être érigé en «devoir national»? Qu’il le dise aux Comoriens. Il parle de quelle «confiance» alors qu’aucun Comorien n’a été consulté pour sa nomination et n’a voté pour lui? Et, non seulement il n’aura le soutien d’aucun Comorien expatrié, mais en plus, il ne doit pas se considérer comme «représentant» les Comoriens vivant à l’étranger. Allez le lui dire! Dites-le lui.

Ce qui causera la perte de Darchari Mikidache, ce sont les titres ronflants et les honneurs de fin de semaine. Il en raffole. En mai 2015, il était prêt à tuer père et mère pour être nommé ministre des Transports aux Comores. Il avait même fait ses valises. Ce fut tintin. C’est le Vice-président Nourdine Bourhane qui lui avait fait cette promesse, qui n’a pas été tenue. Il aime trop le flafla, et ce n’est pas avec du flafla qu’on devient politicien. Alors qu’il prétend être «le meilleur ami» du Vice-président Nourdine Bourhane en France et alors qu’il sait que ce dernier est candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2021, il est lui-même candidat à la vice-présidence, mais pas aux côtés de celui qu’il prétend être l’ami. Il ne veut pas que ça se sache pour le moment.

On le dit même disposé à investir dans l’humanitaire pour réussir en politique, mais avec quels moyens, en dehors du verbiage, lui qui est devenu un des chantres d’une «émergence verbale et dansante» chère à un Saïd Larifou qui voulait faire un coup d’État contre le putschiste Azali Assoumani Boinaheri et filmer le déroulement de l’événement? On aura tout vu, absolument tout vu. Quelle classe politique! Monsieur voulait être candidat à la députation en France en 2017. Bon courage…

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 2 novembre 2017.

Powered by Comores infos