You are here: Home » Uncategorized » Ntsoudjini fait manger le dictateur mais sans son argent

Ntsoudjini fait manger le dictateur mais sans son argent

Ntsoudjini fait manger le dictateur mais sans son argent

Cependant, la colère gronde, nonobstant les saletés du Mufti

Par ARM

     Le voyage éhonté effectué au Hedjaz, prétendument pour le pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam, par le «pouvoiriste» polygame fou Assoumani Azali Boinaheri dit Bakapihi, «Le Père qui ne prépare jamais à manger», et son Mufti-Cardinal converti au Catholicisme avait permis à Ntsoudjini de se passer de la présence dans la ville de l’encombrant et ignominieux individu. Mais, les deux horribles personnages sont rentrés aux Comores le mercredi 13 juin 2018 après leur mendicité et dévergondages aux alentours de la Kaaba, à La Mecque. Du coup, le «concubinocrate», pourchassé partout aux Comores, réclama l’«invitation» qu’il a imposée à la ville. La chose a eu lieu ce jeudi 14 juin 2018. Dans la honte. Et la zizanie.

Cependant, avant d’accepter dans ses murs le tyran fou, Ntsoudjini lui a renvoyé l’argent qu’il avait remis au haïssable et ignoble bandit Saïd Ahmed Saïd Ali, descendant tropical direct de l’écrivain anglais William Shakespeare, qui a rédigé Othello et Roméo et Juliette sous l’arbre à pain et le cocotier jouxtant la case de ses ancêtres à Ntsoudjini, ville dont il est le beau gosse officiel. En d’autres termes, Ntsoudjini a refusé l’humiliation d’être transformée en restaurant, où le premier dictateur venu donne de l’argent pour s’y faire «inviter». «Qu’est-ce que je vous sers, dictateur de village. Voilà la note, dictateur de village».

Pour autant, un débat très vif et poignant est né à Ntsoudjini, où certains ne comprennent pas pourquoi accueillir le «ventriote» Assoumani Azali Boinaheri, qui menace de poursuivre Mouigni Baraka Saïd Soilihi au seul prétexte qu’il est opposant. Les habitants de Ntsoudjini ne comprennent pas le sens de l’accueil alors que le dictateur fou s’emploie à casser les responsables politiques d’Itsandra Mdijini les plus en vue: Maître Fahmi Saïd Ibrahim et le beauf Djaffar Ahmed Saïd Hassani (Ouf! Ouf!). Ce dernier est coauteur d’un document destiné à dénoncer le référendum anticonstitutionnel prévu par le tyran fou, mais qui n’aura jamais lieu. À l’heure qu’il est, tout est suspendu à l’impossible signature du voyou Baguiri, qui dit se concerter avec l’idiot sans honneur qu’est Mohamed Saïd Fazul, le semblant de Gouverneur de Mohéli. Baguiri ne signera jamais ce document. C’est un voyou sans la moindre once de dignité.

À Ntsoudjini, la population estime que, accueillir le bambochard Assoumani Azali Boinaheri dans la ville est un déshonneur qui va cautionner l’idée répandue dans la région d’Itsandra et suggérant que cette ville a toujours œuvré contre Itsandra Mdjini. Mouigni Baraka Saïd Soilihi était contre la réception dans sa ville du «Saigneur saignant» Assoumani Azali Boinaheri, mais le Mufti défroqué et converti au Catholicisme a pesé de tout son poids pour l’organisation de la cérémonie de rupture du jeûne, même dans le déshonneur et la division.

Par ARM

Le copier-coller tue la blogosphère comorienne. Cela étant, il est demandé amicalement aux administrateurs des sites Internet et blogs de ne pas reproduire sur leurs médias l’intégralité des articles du site www.lemohelien.com – Il s’agit d’une propriété intellectuelle.

© www.lemohelien.com – Jeudi 14 juin 2018.

Powered by Comores infos