You are here: Home » Opinion libre » Opposants et pouvoir, les raisons de la colère

Opposants et pouvoir, les raisons de la colère

Miroir, miroir, dis-moi qui est le plus beau ? Siège arrière à droite, chauffeur, voiture de fonction, officier de sécurité, pas payé énormément pourtant, mais on les appelle par leur titre; ils ont l’impression d’être Dieu sur Terre.

Voilà ce qui anime nos chers opposants, la lumière! Elle est douce, elle nous caresse, nous maintient au chaud même en temps de pluie !

Résultats, les non nominations ont fait des mécontents ! Ils veulent en être aussi! Pourquoi pas eux ?

Said Larifou ? Après sa non nomination au ministère de la justice après le remaniement post-référendum, il est devenu le plus grand des opposants quitte à renier tout ce qu’il disait depuis un an.

Zilé ? Malgré son contrat pour les assises de l’énergie, grassement rémunéré (100 000 $ sans jamais livrer de bilan), le plan émergence pour lequel il a passé 5 semaines à l’hôtel payé par l’Etat et où il a tenu une seule conference à l’IUT), il en voulait plus ! Il voulait être ministre bien sûr! Il est donc devenu un fervent opposant. Oubliez le temps où il défendait becs et ongles l’émergence, il s’était trompé. C’est vrai que 30 ans de galère à l’étranger forgent une bonne frustration. Et puis tout cet argent et cette attention d’un seul coup, ça fait tourner la tête…

Nadia Tourqui et Fahmy Thabit ? Ils se voyaient Commissaire au plan pour l’une et Ministre de n’importe quel portefeuille pour l’autre (pourvu qu’il soit ministre). Il n’en fut rien. Du coup leur belle-maman et tata a activé la rébellion de la famille. S’en est suivi le départ des assises. La suite on la connaît…

Soilih Mohamed Soilih ? Il se voyait en Directeur de la communication du Président. Ses appels du pied incessants auprès des proches du Président, ses présentations de stratégie de communication n’y ont rien fait. Résultats, il invente des conversations farfelues avec le Président et active son réseau gay pour mener l’offensive.

(ex) VP Djaffar ? Il voulait juste rester Vice-Président. Il était doux le son de la sirène. Il en a même oublié le faible suffrage en sa faveur dans sa ville natale d’Itsandra lors de l’élection présidentielle de 2016. Il se voyait déjà en haut de l’affiche… Et dire qu’il pensait vraiment que les gens avaient voté pour lui.

Boléro ? Les nouvelles institutions le disqualifient de fait pour la tournante de Moheli. Il va devoir passer la main, et laisser émerger une nouvelle génération à Mohéli. Hors de question! Si quelqu’un doit devenir Président c’est lui!! Alors s’il peut aider au retour de l’ancien ordre constitutionnel en soudoyant et en laissant quelques peaux de bananes…

Mouigni Baraka ? Il était prêt à faire entrer des hommes à lui ou même entrer au deuxieme remaniement Azali mais l’ancien Vice-Président Djaffar, s’y était opposé, concurrence Itsandra oblige!! Le retour ne se fera jamais malgré le départ de Djaffar.

Mzimba ? Il voulait redevenir Ministre des Affaires Étrangères, mais ne déboulonne pas Amine Souef qui veut. Le coup de grâce a été la nomination de son « ennemi intime » Djoumoi à la coopération. La rupture était annoncée.

Powered by Comores infos